Quand la marabunta gronde
Titre original: The Naked Jungle
Genre: Agressions animales , Aventures
Année: 1954
Pays d'origine: États-Unis
Réalisateur: Byron Haskin
Casting:
Charlton Heston, Eleanor Parker, William Conrad, Abraham Sofaer, John Dierkes, Leonard Strong...
 

1901, en Amérique du Sud : Joanna a épousé par procuration Chris, un riche planteur qu'elle n'a jamais vu. A son arrivée, l'accueil que lui réserve son époux est glacial, mais les jeunes mariés auront vite d'autres préoccupations car une invasion de fourmis rouges est annoncée...

 

 

Le réalisateur Byron Haskin (responsable des SFX chez Warner) et le producteur George Pal avaient déjà collaboré l'année précédente sur "La Guerre des Mondes", adaptation contemporaine (en tout cas pour l'époque) et réussie du roman de ce bon vieux H.G. Wells. Les deux compères se retrouvent aux commandes de ce petit film d'aventure qui fleure bon la nostalgie et la rétroprojection, loin des explosions et des martiens belliqueux.

Nous sommes transportés en Amazonie, où vit au fin fond de la jungle un dénommé Leningen, riche propriétaire, qui plus est craint de la population. Ce dernier a beau être bourru comme un troupeau de gnous, il n'en demeure pas moins homme et il aimerait bien égayer une existence un peu terne et solitaire grâce à la présence d'une compagne, de préférence pas trop moche (autrement dit, il aimerait se vider les couilles). Mais comme le temps lui manque, du fait de ses intenses activités, il décide d'épouser par correspondance et par procuration la belle mais précieuse Joanna, choisie par son frère, lui-même en Amérique. Malgré des abords plutôt rustres, Leningen est un homme exigeant qui est habitué à obtenir, en matière de main-d'œuvre comme de matériaux, ce qui se fait de mieux. Du coup, lorsqu'il apprend que la belle Eleanor n'est pas un "article" de première main (elle est veuve), Leningen se sent frustré, pas loin d'avoir été trahi. La pauvre Joanna va bientôt s'apercevoir que la jungle et ses dangers ne sont rien comparés au caractère trempé de son époux et, bien vite, les deux personnalités vont s'affronter. C'est alors qu'un danger bien plus terrifiant encore va les rapprocher.

 

 

L'un des gros défauts de Quand la marabunta gronde vient d'un script mal équilibré. En effet, la première partie, composée de scènes d'exposition et de dialogues informels, peut paraitre ennuyeuse et, à ce titre, il est fortement conseillé de visionner le film de Byron Haskin en version originale car dans sa version française, la musique disparait de certaines scènes, un procédé tendant à effacer le spectaculaire et la tension au profit d'un ensemble très théâtral. Par contre, la deuxième partie, qui se concentre sur l'invasion des fourmis, est un agréable film d'aventures qui met en scène les vraies vedettes du film : les fameuses fourmis légionnaires.

Il faut savoir que ces petites bêtes sont capables de former des colonies de très grande importance (dont le nombre peut aller de cent-mille à vingt millions), ce genre de colonies étant appelées Marabunta. Par conséquent, Marabunta n'est pas le nom spécifique d'une fourmi, mais désigne la migration massive et dévastatrice de fourmis légionnaires vivant en Amérique Centrale et en Amérique du Sud.
Et pour The Naked Jungle, c'est au spécialiste des SFX John P. Fulton qu'incombe la tâche de donner vie à cette Marabunta. Ce dernier, qui venait de travailler pendant près de dix ans sur les bobines horrifiques de la Universal, débute alors chez Paramount pour laquelle il vient juste de se charger des effets de "The Bridges of Toko Ri" ainsi que de La Piste des éléphants, ce dernier film narrant une autre histoire d'invasion animale. Le résultat de son travail pour The Naked Jungle s'avère tellement impressionnant que certaines séquences seront reprises dans un documentaire animalier !

 

 

En 1954, Charlton Heston n'est pas encore le monstre sacré que l'on connait, même si, deux ans plus tôt, il a déjà tourné "Sous le plus grand chapiteau du monde". L'acteur n'a pas encore connu la consécration avec "Les dix commandements /1956" ou "Ben Hur / 1959". En revanche, sa partenaire qui a le même âge que lui, Eleanor Parker, est déjà considérée comme une valeur sûre. Elle vient d'ailleurs de triompher dans "Scaramouche", aux côtés de Stewart Granger. L'actrice est à l'origine imposée par la Paramount pour cette production-ci, à la place de Leslie Caron choisie en premier lieu par George Pal, et le nom d'Eleanor Parker défile en tête du générique.

Il est du coup légèrement cocasse de constater que Heston fait clairement office de faire-valoir, ce qui nous vaut, à chacune de ses mufleries à l'écran, un gros plan sur l'actrice qui, pour le plus grand plaisir des spectateurs et en tenant compte des desiderata de l'époque, change de tenue quasiment à chaque plan, allant jusqu'à abuser des décolletés (ses costumes sont faits par Edith Heard, costumière attitrée et oscarisée de la Paramount). Le pauvre Heston hérite de fait d'un personnage peu sympathique mais toujours prompt à l'action. Et The Naked Jungle fournit l'occasion de retrouver l'acteur dans sa première période, celle de jeune premier au regard sombre et à la mâchoire carrée.
À cette époque, le film d'aventure suit certaines règles et contingences, et se base sur des stock-shots à la pelle, des décors de studio, des acteurs tendus à souhait avec en sus une grande rasade de paternalisme colonial. De plus, tant qu'à faire, on y ajoute une actrice chaude comme la braise. Ici, on agrémente la recette de fourmis goulafres et on obtient un concentré de nostalgie que l'on peut, encore aujourd'hui, consommer sans modération !

 

 

The Omega Man




En rapport avec le film :

# La trame de ce film a été reprise dans un épisode de MacGyver : Le Monde de Trumbo - "Trumbo's World" (épisode 5, saison 1).

Vote:
 
6.00/10 ( 2 Votes )
Clics: 509
0

Autres films Au hasard...