Ghidorah
Titre original: San daikaijû : Chikyu saidai no kessen
Genre: Kaiju Eiga
Année: 1964
Pays d'origine: Japon
Réalisateur: Ishirô Honda
Casting:
Yosuke Natsuki, Yuriko Hoshi, Hiroshi Koizumi, Akiko Wakabayashi...
 

Difficile de faire le résumé d'un film comme Ghidorah qui constitue certainement l'un des épisodes les plus surréalistes des aventures des gros monstres japonais. Réalisé par Ishirô Honda, principal réalisateur des Godzilla, le film ne nous présente pas moins de quatre monstres géants ! En effet, la nature est détraquée, des comètes se sont écrasées sur Terre et ont libéré Ghidorah, le monstre volant tricéphale ainsi que Radon, le volatile géant. Jaloux, Godzilla sortira de l'océan pour faire ravaler son bulletin de naissance au seul Radon, un ennemi séculaire du lézard géant. Mais Ghidorah, laissé seul, n'est pas un comique, comme nous en averti cette princesse en exil dont l'esprit s'est retrouvé possédé par des télépathes martiens au moment où son avion explosait en plein vol suite à un complot qui continuera malgré les monstres et malgré le changement d'identité de la belle princesse.
Blague à part, Ghidorah risque bien de détruire la planète, comme il l'a fait il y a 5000 ans sur Mars, et ça serait bien que Godzilla et Radon fassent équipe pour déjouer ses plans. Quitte à les laisser piétiner le Japon, qui n'en est plus à une destruction près. Mais comment les convaincre ? Deux princesses lilliputiennes prêtresses sur "L'Ile des Enfants" en visite dans l'archipel nippone ont l'idée de convoquer Mothra, le papillon géant qui n'est ici encore qu'une chenille (géante aussi). A charge pour lui de convaincre les deux autres pour s'allier contre le terrible Ghidorah.

 

 

Mais avant ça, il faudra attendre une bonne heure qui n'en est pourtant pas moins fort plaisante, tellement cette intrigue délirante fourmille d'idées tordues. Toutes les scènes avec les prêtresses de Mothra sont mémorables, avec ces deux mini femmes qui disent la même chose de façon synchronisée, et qui ne rechignent pas à pousser la chansonnette quand il le faut, ce qui autorise des scènes complètement décalées sur "L'île des enfants", où les autochtones dansent pour célébrer le culte de Mothra. L'intrigue relative à la princesse devenue martienne a ceci d'avantageux qu'elle nous apprend l'historique de Ghidorah (dont il s'agit de la première apparition à l'écran) et nous précise donc les périls incroyables qui menacent le monde et qui ont contribué à la fin de la civilisation martienne. Limite métaphysique. Autant dire tout de suite que les vilains terroristes qui cherchent encore bassement à assassiner la princesse sont complètement à côté de la plaque.
Heureusement, un flic le sera aussi, il aidera donc la princesse tout en amenant le film sur des rives policières que l'on ne s'attendait pas à trouver. Quand à Godzilla et Radon, et bien ils se foutent sur la gueule, pour leur plaisir et pour le notre, tout en détruisant tout. On notera tout de même une scène où les deux gros monstres, sous les yeux d'un Mothra tournant la tête de gauche à droite, se renverront réciproquement un rocher. On en conclue que nos monstres sont donc sportifs, et aiment le volley-ball. Tout ça c'est très bête, certes, mais ça meuble plus qu'efficacement un film au scénario décidément riche en rebondissements naïfs que les amateurs apprécieront.

 

 

Puis arrive donc la fameuse dernière demi-heure, tant attendue. Ca démarre fort : il faut voir Mothra converser avec Godzilla et Radon, le tout traduit par les deux lilliputiennes. Le combat tant attendu respectera ses promesses et inclura de façon sensiblement égale les quatre protagonistes, dont les capacités seront respectées. Quelques piques comiques (Godzilla qui se fait griller le fessier) atténueront le côté kitsch et amuseront le spectateur.
Quota largement rempli donc pour ce "Ghidorah" dont le spectateur de bon goût ne peu qu'apprécier la volonté d'en faire toujours plus. Comme quoi, la peur du péril atomique, typique du Japon et à la série des "Godzilla", ça a du bon.

 


Note : 7/10

 

Walter Paisley
Vote:
 
6.67/10 ( 3 Votes )
Clics: 3483
0

Autres films Au hasard...