Giallo a Venezia
Genre: Giallo
Année: 1979
Pays d'origine: Italie
Réalisateur: Mario Landi
Casting:
Gianni Dei, Leonora Fani, Mariangela Giordano, Jeff Blynn, Michele Renzullo, Vassili Karis, Giancarlo Del Duca, Eolo Capritti, Maria Mancini...
 

Les corps de Fabio et de sa compagne Flavia, fervents adeptes de l'amour libertin et dépravé, sont retrouvés au bord de la Lagune.
L'inspecteur DePaul, gobeur d'oeufs invétéré, mène l'enquête sur cette curieuse double mort en interrogeant les proches des victimes.
Un an avant son sulfureux "Patrick vive ancora", séquelle trash non-officielle du film de Richard Franklin, Mario Landi (responsable auparavant de plusieurs épisodes du Commissaire Maigret rital !!!) combine déjà sex soft-core et horreur hard-gore dans ce "Giallo a Venezia", véritable monument extrémiste.

 

 

Extrémiste aussi bien dans la dépravation des agissements sexuels de Fabio et Flavia que dans les mises à mort sordides perpétrées par un sinistre maniaque camouflé derrière des lunettes de soleil. Jamais giallo n'aura montré de pareilles atrocités : prostituée poignardée à maintes reprises dans le vagin, jambe découpée lentement au couteau électrique, immolation terrifiante d'une victime expiant sa curiosité...
Landi prend d'ailleurs un malin plaisir à faire durer les meurtres, tout est filmé en gros plan et aucun détail n'échappe au spectateur.
Les multiples séquences érotiques parsemées ça et là, ne représentent, quant à elles, aucun intérêt car trop longues et finalement peu "hard"... J'en veux pour preuve la séquence où Flavia se masturbe pendant près d'un quart d'heure sur le lit de son cher Fabio : l'érotisme y est suggéré et la situation paraît interminable.

Malgré ce coté "suggéré" permanent, l'immoralité sexuelle dont est victime Flavia la soumise dérange quand même.
Fabio l'impuissant lui en fait voir de toutes les couleurs : il la fouette sauvagement ; lorsque l'occasion se présente il n'hésite pas à partager son plaisir avec de parfaits inconnus ; quand Flavia se fait violer par 3 pervers, il ne lève pas le petit doigt...

 

 

L'intrigue fonctionnant sous forme de flash-back ainsi que l'enquête de l'inspecteur DePaul ne passionnant guère, on se surprend finalement à attendre fébrilement la prochaine mort violente, coincée entre deux scènes de sexe.
Mordus de cinéma subversif et déviant, vous voilà prévenus !

 

Throma
Vote:
 
7.87/10 ( 15 Votes )
Clics: 5819
0

Autres films Au hasard...