Incubus
Titre original: The Incubus
Genre: Horreur , Esprits
Année: 1981
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: John Hough
Casting:
John Cassavetes, John Ireland, Kerrie Keane, Erin Flannery, Duncan McIntosh, Wendy Hughes...
 

Une petite ville américaine est frappée par une série de viols particulièrement étranges et brutaux. Un médecin et une journaliste mènent l'enquête, leur soupçon se porte sur le jeune Tim, sujet à d'étranges cauchemars.
Un peu de culture : Un incube est un démon à l'apparence masculine qui abuse des femmes endormies. Son pendant féminin est le succube. Le mot "incube" vient du latin et désigne "ce qui se couche dessus". La "succube" est celle qui se couche dessous.

 

 

Sortit en pleine vague "gore", Incubus se distingue des autres productions de l'époque en privilégiant une angoisse diffuse aux dépens d'un déferlement d'effets sanglants et racoleurs. En confiant la réalisation à John Hough (Twins of Evil, The Legend of the Hell House, Howling IV, Biggles,...) un de ces solides réalisateurs anglais qui ont fait la réputation et le style du cinéma de genre "so british" (la plupart s'étant formé à la télévision anglaise en travaillant sur la mythique série "The Avengers / Chapeau melon et Bottes de Cuir"), les producteurs semblent avoir fait un choix osé et judicieux, en effet le savoir faire et l'expérience du réalisateur vont permettre d'éviter l'écueil du scabreux et du voyeurisme qu'aurais put entraîner un tel sujet. Préférant la suggestion et le suspense à l'horreur démonstrative, il signe un film soigné ou sa maîtrise cinématographique fait merveille.
L'utilisation a bon escient d'une camera subjective soutenue par un sens du cadrage typique et quelques trouvailles visuelles particulièrement réussies vont lui permettre de renforcer l'impact et la violence des scènes chocs sans jamais trop en montrer (ex : la bibliothécaire écrasée contre la vitre, la fille dans la douche, le viol dans le cinéma). En fait la seule séquence réellement sanglante est le meurtre dans la grange (prélude à un double viol) d'ailleurs grandement exploitée sur le matériel publicitaire (voir certaines jaquettes vidéo !).

 

 

Ce parti pris de ne rien dévoiler va se révéler payant (mais sera aussi souvent reproché au film), le réalisateur réussit ainsi à créer une véritable ambiance de mystère et de terreur (voir même par moment carrément gothique !) renforcé par certains dialogues qui décrivent avec détail les atrocités commises sur les pauvres victimes. Utilisant le cavenas d'une enquête policière classique le scénario va nous mener au fur et à mesure des agressions et de l'accumulation de faits de plus en plus troublants (ex : quantité phénoménale de liquide séminal, couleur bizarre de ce dernier, force de l'agresseur,...) a soupçonner une cause surnaturel. Cette dernière étroitement reliée à des pratiques de sorcelleries dont ce sont rendu coupable certains habitants de la paisible localité dans le passé, le coupable n'étant pas la personne que l'on pouvait croire !
Contre toute attente John Hough a préféré un bon film à "l'ancienne" qui malgré certaines baisses de rythme et un monstre pas très réussi (heureusement il n'apparaît que lors du final), maintient un intérêt constant grâce à une intrigue un peu plus complexe que la moyenne des productions de l'époque en mélangeant épouvante, sorcellerie, malédiction !

 

 

The Omega Man
Vote:
 
6.78/10 ( 23 Votes )
Clics: 6997
0

Autres films Au hasard...