Jour des fous, Le
Titre original: Slaughter high
Genre: Slasher
Année: 1986
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: George Dugdale
Casting:
Caroline Munro, Simon Scuddamore, Carmine Iannaconne, Donna Yeager, Gary Martin...
 

Le premier avril, une bande d'étudiants décide de jouer une "bonne" blague au petit souffre-douleur de la classe. Malheureusement, la blague tourne mal et le pauvre Marty est pris dans l'incendie du labo de chimie. On réussit à l'extirper des flammes mais le bougre est sévèrement brûlé au visage à l'acide. Dix ans plus tard, une réunion d'anciens élèves est organisée mais arrivés sur les lieux, seuls les joyeux plaisantins ont été conviés. Commence alors une longue nuit où ils devront survivre face à un "mystérieux" tueur caché derrière un masque de Joker.

 

 

Les bonnes vieilles années 80 ; l'âge d'or des slashers, à l'époque des dizaines de films du genre garnissaient les rayons des vidéoclubs. Qu'ils soient bons ou mauvais, les slashers constituent un genre que j'apprécie, non pas pour le scénario, ni pour le suspens de découvrir qui est le tueur, mais plutôt pour l'inventivité du réalisateur dans les meurtres, et le déguisement utilisé. Donc, en général, je suis plutôt bon public et je ne suis pas trop exigeant sur la qualité de la marchandise, d'autant plus que ceux qui me connaissent savent que le roi de la daube, c'est Jacko.
Ici le masque est assez sobre, sorte de réplique d'un visage de vieillard mais petit détail qui m'a fait sourire, c'est le chapeau de Joker avec grelots au bout de chaque corne qui font "gling gling" à chaque mouvement : question discrétion on repassera.
Pour ce qui est des meurtres, là on a droit au classique couteau et autres objets contondants mais aussi, et je pense que c'est une première, à une canette de bière tueuse. La scène est d'ailleurs assez drôle car apparemment la boîte est remplie d'un acide assez surpuissant et comme malgré que dix ans ont passé, les ex-étudiants sont toujours restés aussi cons, ils font des concours de qui boit le plus vite donc on va dire que le benêt qui boit cette chopine magique n'a pas le temps de sentir ni le goût, ni l'odeur car il avale ça tout rond. De là vient l'effet secondaire non désiré de la binouse qui lui explose dans le bide avec sortie d'intestins et tout et tout...

 

 

Quand je dis que malgré le temps ils sont toujours restés un peu mongoloïdes, j'ai des preuves :
Preuve numéro 1) Vous êtes poursuivi par un maniaque très nettement déglingué du bulbe dans un espace plutôt restreint, c'est à dire une école, quoi de mieux que de prendre un bon bain chaud pour se détendre...
Preuve numéro 2) Même cas de figure mais un peu plus tard dans la soirée, donc la moitié du casting s'est déjà faite désossée. Quoi de mieux qu'une bonne partie de baise pour se détendre ?
On a beau dire et beau faire mais un étudiant de slasher, c'est finaud comme un radiateur quand même. Car à part la bière, la beuh et le cul, ben pas grand-chose ne les intéresse et ce même quand ils sont chacun dans la vie active...
Il y a aussi une question qui me turlupine : comment Caroline Munro est venue se perdre dans une telle galère ? A mon avis, le fisc devait être hargneux avec elle cette année là.
Enfin, pour conclure, je dirai que le film a beaucoup trop de défauts et ce malgré quelques morts innovantes comme la fameuse chope ou le lit électrique. Mais ce ne sont pas quelques idées par ci par là qui sauvent un film du naufrage.

 

 

Hoo j'ai oublié de parler de la fin qui est plutôt hallucinatoire ; c'est bien simple je pensais m'être endormi et que je me faisais le final en rêve tellement il est improbable.

 

Jack Deth
 
A propos du film :
 
# Pour la petite anecdote, l'acteur interprétant Marty (Simon Scuddamore) n'a tenu que ce rôle au cinéma car il s'est suicidé un peu après la sortie du film... Un grand malade je vous dis.
Vote:
 
4.80/10 ( 10 Votes )
Clics: 3894

1 commentaire(s) pour cette critique


Autres films Au hasard...