Save the green planet
Titre original: Jigureul jikyeora !
Genre: Science fiction , Horreur , Comédie
Année: 2003
Pays d'origine: Corée du Sud
Réalisateur: Jun-hwan Jeong
Casting:
Ha-kyun Shin, Yun-shik Baek, Jeong-min Hwang, Jae-yong...
 

Un apiculteur sous anti-dépresseurs (Byeong-gu) et sa compagne (Soo-ni), qui semblent vivre vêtus de cirés noirs et de casques de spéléos, kidnappent puis séquestrent un riche industriel (Kang Man-sik) afin qu'il avoue être un extraterrestre en mission pour détruire la Terre avant l'éclipse lunaire devant se produire dans les sept jours.
Nous voici donc en présence d'une comédie déjantée lorgnant du côté de la série B ; eh bien non, pas tout à fait, ce serait sans compter sur la savante roublardise du metteur en scène (Jun-hwan Jeon dont c’est le premier long-métrage).
En effet, le script autant que la mise en scène sont là afin de nous balader du début jusqu'à la fin, où l’on reste perplexe mais avec un petit sourire en coin. Le film marie avec pas mal de maîtrise le burlesque, le mélodrame, l'horreur, et le thriller d'anticipation.
L'intelligence du film est de réussir un ensemble cohérent, ce malgré la coexistence de genres aux antipodes, ce qui semblait plus qu'aventureux, un pari très risqué pas loin d'être prétentieux, et qui aurait pu facilement tomber dans le portnawak total.

 

 

Et puis aussi, l'intérêt de "Save the green planet" se trouve à un autre niveau de lecture ; en effet, totalement décomplexé, Jun-hwan Jeon se rapproche ici complètement du modèle hollywoodien, emprunte son pompiérisme et sa paranoïa, pour mieux le véroler, tranquillement, mais sûrement, de l’intérieur ; l’histoire la plus improbable, se voit ainsi traiter avec le même professionnalisme et le même sens du spectacle que le blockbuster américain de base, pour l'emmener vers une critique à la fois politique et sociale très acide.
Le mythe du bon sauvage est finalement rudement mis à épreuve, et croire à la générosité humaine n'a ici, absolument pas place ; Byeong-gu est capable des pires horreurs, ce malgré ce que l'on croit un moment, sa mission sous couvert d'une mission humanitaire idéaliste, n'a pour but au final que d'éliminer "l'autre" parce qu'il appartient à une autre race ; du reste la métaphore fasciste se manifeste de façon rigolarde (mais avec un rire jaune, sans jeu de mots) par exemple lorsqu'il rase de force le crâne de Kang Man-sik sous prétexte que les extraterrestres communiquent par les cheveux !

 

 

Ce n’est pas un hasard si l'extra-terrestre (ou pas) est patron d’un conglomérat chimique et Jun-hwan Jeon s'allie ici à l'activisme ouvrier coréen, souvent très violent, dans la façon dont le héros traite son prisonnier.
Certes, niveau rythme, il est un peu dommage que le film soit un peu trop long et cède donc à une certaine mode actuelle qui mine quelque peu le cinéma coréen qui se doit de posséder un format de deux heures, et le film s'embarrasse d'une intrigue policière un peu confuse et qui contribue à cette longueur ; de plus il doit aussi énormément à son acteur principal (Shin Ha-Gyun), tellement à fond dedans qu'il parvient à nous embarquer tout le long durant dans son trip ; néanmoins, il s'agit d'une bonne réussite, qui malgré des maladresses qui restent celles d'un premier film, peut aisément devenir culte de par son bouche à oreille. "Tiens j'ai vu un film incroyable, j'te raconte pas la fin, mais il faut que tu le vois, c'est barge, enfin, c'est pas con non plus, enfin, vois le ...".
Et donc, je le conseille assez vivement.

 

 

Note : 6,5/10

 

Mallox
Vote:
 
7.75/10 ( 4 Votes )
Clics: 3748

1 commentaire(s) pour cette critique


Autres films Au hasard...