Geek, The
Genre: Porno , Agressions animales
Année: 1971
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: ?
Casting:
Mycle Brandy, Lynn Holmes...
 

Etrange production dont l'équipe technique n'est même pas créditée, seules deux actrices sont connues pour avoir tourné dans d'autre productions érotico-pornographique de l'époque. Il s'agit de Mycle Brandy ("Flesh Gordon", "Zodiac Killer") et Lynn Holmes (à la plus obscure des carrières). Nous suivons donc trois couples de campeurs hippies (reconnaissables à leur camionnette VW) qui ont la merveilleuse idée de chasser un "Sasquatch" (aussi connu sous le pseudo de "Bigfoot"), créature du folklore américain qui hanterait les grandes chaînes montagneuses (Adirondacks, Rocheuses, Appalaches).

 

 

Les plus âgés d'entre nous se rappellent sûrement avec un brin de nostalgie la série télé "L'homme qui valait trois milliards", et surtout un double épisode intitulé "L'empreinte du Diable". Cet épisode mythique, qui fit l'objet d'une sortie cinéma à l'époque, mettait en scène un belliqueux mais sympathique "Sasquatch" qu'un doublage des plus approximatifs (sans doute réalisé par Nelson Monfort) avait surnommé affectueusement "Le Scalpeur". Mais quel rapport entre les deux, me direz-vous ? Et bien, les deux monstres se ressemblent étrangement ; et si la série télé essayait de camoufler la combinaison du monstre, le porno se contente de grimer un acteur (qui laisse d'ailleurs des traces sur le postérieur de ses victimes) et de le revêtir d'un manteau de fourrure... effet garanti.
Après un long moment, nos campeurs tombent enfin nez à nez avec une créature ; l'une des campeuses essaye courageusement d'entrer en contact et se fait promptement saillir par le "grand pied", trop heureux de l'aubaine (et sûrement lassé des bouquetins !). L'animal semble avoir pris goût à la chose puisqu'il revient promptement à l'attaque sur une deuxième campeuse qui, voulant lui échapper, se foule la cheville dans une scène hilarante ! La pauvre n'a pas le temps de réaliser que notre brave poilu commence à l'astiquer, cette fois il profite bien de l'immobilisme de sa proie pour lui explorer l'intimité plus amplement ! Inutile de préciser que le film n'a de valeur que pour ces deux "viols" totalement ubuesques.

 

 

Par son sujet scabreux (le viol par une créature non identifiée), le script fait penser à ces films pornos underground provocateurs qui pullulaient dans les années 70 (Waterpower, Forced Entry,...), mais la manière de réaliser la chose annihile tout le côté malsain de cette incroyable pantalonnade. Les actrices "violentées" miment tant bien que mal le plaisir et/ou la terreur, surtout la première, l'autre (sans doute en train de rire) se cachant le visage au sol la plupart du temps. Le reste du film est d'une incroyable pauvreté, les acteurs sont poilus comme des cactus et les actrices, guère mises en valeur il faut bien l'avouer, sont elles aussi fortement poilues (mais à un autre niveau !). Bref, The Geek est une bouffonnerie tournée en super 8 dans un style proche du film de vacances jaunâtre, tellement décalé qu'il en devient fascinant.

 

 

The Omega Man

 

Vote:
 
6.60/10 ( 10 Votes )
Clics: 7961
0

Autres films Au hasard...