Blob, Le (remake)
Titre original: The Blob
Genre: Science fiction , Horreur
Année: 1988
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Chuck Russell
Casting:
Kevin Dillon, Shawnee Smith, Donovan Leitch, Jeffrey DeMunn...
 

Enchaînant directement après son très bon Freddy 3, Les griffes du cauchemar, l'alors prometteur Chuck Russell embarque avec lui le scénariste Frank Darabont pour s'atteler au remake d'un autre mythe, beaucoup plus ancien cette fois-ci : Le Blob. Une créature gélatineuse débarquée originellement de l'espace en 1958 devant les caméras de Irvin S. Yeaworth Jr. afin d'envahir les Etats-Unis et boulotter quelques malchanceux, histoire de grandir un peu. Car oui, plus le blob mange, plus il grandit. Un peu comme le communisme, qui devient de plus en plus fort au fur et à mesure qu'il avale l'esprit et l'âme de ses endoctrinés. Tel était tout du moins le propos en 1958.
Mais trente ans plus tard, la donne a changé. La guerre froide est quasiment finie, et le danger semble venir de l'Amérique et de ses propres dirigeants (nous sommes alors sous la présidence du belliqueux Ronald Reagan). Ainsi, Chuck Russell ne nous parle pas d'un communisme de toute façon en pleine décrépitude, mais des sombres expérimentations biologico-spatiales ourdies dans l'ombre par la chafouine armée américaine qui cherche à étouffer l'affaire.

 


Mais bon, finalement, cela ne change pas grand chose au problème : le blob est là, et menace la vie des habitants d'une paisible ville américaine, notamment celle d'une pom pom girl et de son allié de circonstances, un jeune marginal dont le look assez osé en fait le symbole vivant de la jeunesse des années 80. Des personnages qui verront leur entourage se faire copieusement gober ou acidifier de façons plutôt gores et assez sympathiques, parfois très osées dans le choix des victimes.
Plus généralement, le blob est une créature très bien conçue, voisine du slime de Ghostbusters 2, et dont les possibilités sont bien exploitées (dans un milieu aquatique, dans des espaces exigus, en tant que monstre géant...). Sur ce plan-là, rien à redire. Le film se plaît en outre à détruire tous les repères quotidiens d'une communauté embourbée dans sa petite vie monotone, comme le faisait son aïeule trente années auparavant. Bien que cela ne soit pas non plus un monument de subversion, on pourra se réjouir de voir les normes détruites par une créature ironiquement conçue par les défenseur du rêve américain (l'armée).

 

 

A l'inverse, on pourra regretter le ton comique employé au début du film, pas forcément très fin. Mais enfin, il se trouve assez vite abandonné, pour un humour plus noir, vraiment très représentatif de la décennie filmique que furent les années 80. Souvenons-nous qu'en outre Russell et son scénariste Darabont sont les hommes qui ont orienté Freddy Krueger vers le personnage sarcastique et grand-guignolesque qui a fait sa renommée.
Ici, le ton employé est le même, et même lorsque l'humour un peu vulgaire du début est abandonné, le réalisateur lui substitue un ton léger hérité de personnages adolescents pas franchement sérieux voire plutôt stupides. Y compris un duo de héros aux décisions parfois douteuses. Une orientation qui pourra plaire ou déplaire selon les goûts, mais en tous cas pour ce qui est du blob en lui-même, on ne peut qu'être satisfait du traitement qui lui est réservé. D'autant plus que quelques scènes feront plus ou moins ouvertement référence au film d'origine, qui se voit ici mentionné tout en étant plutôt efficacement mis à jour pour la décennie 80, tant dans les thèmes que dans la construction du film.

 



Note : 6/10

 

Walter Paisley

Vote:
 
7.58/10 ( 24 Votes )
Clics: 3248
0
Écrire un commentaire pour ce film Écrire un commentaire pour ce film
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous enregistrer...

Autres films Au hasard...