Videodrome
Genre: Science fiction , Horreur
Année: 1983
Pays d'origine: Canada / Etats-Unis
Réalisateur: David Cronenberg
Casting:
James Woods, Sonja Smits, Deborah Harry, Peter Dvorsky...
 

Max Renn dirige une chaîne télévisée spécialisée dans les programmes à caractères violents et sexuels. Alors qu'il était à la recherche d'un nouveau spectacle à offrir à ses spectateurs, Max va tomber sur Videodrome, une émission de snuff. Intrigué par ce qu'il a vu, il va enquêter pour découvrir l'origine de ce programme. Mais au fur et à mesure de ses investigations, il va découvrir que Videodrome n'est pas marquant uniquement au niveau de l'esprit des spectateurs... mais également au niveau de leur chair.

 

 

Avec Videodrome, Cronenberg livre son premier véritable chef d'oeuvre. D'une richesse incroyable, le film ne s'appréhende pas comme un film classique, linéaire. Totalement surréalistes, les événements qui se déroulent sous nos yeux n'interviennent pas à grand renfort d'effets spectaculaires. Ainsi, c'est le plus naturellement du monde que l'on voit Max se transformer en magnétoscope humain pour s'enfoncer une cassette dans l'abdomen... Le style de réalisation de Cronenberg, plutôt lent, contemplatif, peut à la première vision décontenancer le spectateur. Un peu comme du David Lynch, mais avec des thématiques différentes.
Cronenberg assoit ici définitivement l'intérêt qu'il porte à la chair, ses évolutions et ses dégénérescences. Dans la première partie de la filmographie du cinéaste, celle à laquelle appartient le film (et qui s'achèvera par "La Mouche"), ces évolutions se feront souvent de manière organiques, viscérales. Gores. Et dans "Videodrome" tout cela va prendre des proportions hallucinantes, sans aucune barrière, faisant du film un véritable OVNI mais aussi l'un des points culminants de la carrière du canadien. Ce n'est pas pour rien que la phrase clef du film sera aussi celle qui résumera le mieux le cinéma de Cronenberg : "Longue vie à la nouvelle chair".

 

 

Mais il convient aussi de donner une raison d'apparaître à cette nouvelle chair. Avec Videodrome, Cronenberg s'attache à décrire le pouvoir de l'image. A l'époque où le film fut réalisé, en 1983, c'était l'émergence du magnétoscope, de la large diffusion de toutes sortes de programmes, et de la technologie moderne. Bref une sorte de révolution. Anticipant sur les conséquences possibles de ces changements, conséquences toujours d'actualité puisque les supports médias ne cessent d'évoluer (avec les dérives que cela entraîne), Cronenberg livre une oeuvre visionnaire.
Un chef d'oeuvre, je vous dit...

Note : 10/10

 

Walter Paisley
Vote:
 
7.96/10 ( 25 Votes )
Clics: 3762
0

Autres films Au hasard...