Witchmaker, The
Genre: Horreur , Satanisme , Sorcellerie
Année: 1969
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: William Brown
Casting:
John Lodge, Alvy Moore, Thordis Brandt, Warrene Ott...
 

Ambiance bayou et marais embrumés pour cette exploitation satanique tournée en location en Louisiane, à Marksville plus précisément.
Luther, sorcier maléfique et leader d'une confrérie démoniaque, habite au coeur des marécages.

 


Depuis quelques temps, il est sorti de sa tanière, histoire de sacrifier quelques baigneuses en les attachant par les pieds à des arbres puis en les égorgeant pour mieux recueillir leur sang dans un seau. La sinistre besogne accomplie, il les marque du symbole de la Croix d'Ankh renversée (voir affiche). Le docteur Hayes et quelques amis para-psychologues, informés de ces rituels barbares, louent une maison sur place le temps d'élucider l'affaire. Ils sont accompagnés de la charmante Tasha, dotée de pouvoirs extra-sensoriels hérités d'une ancêtre, sorcière.
Luther, se promenant dans le coin, tombe sur Tasha, qu'il épie. Ses capacités psychiques lui sont révélées aussitôt. Epaulé par Jessie, une sorcière âgée de plus de 200 ans, Luther fera tout pour inciter Tasha à rejoindre sa confrérie et participer à un important sabbat sanglant à la gloire de Satan.

 

 

En 1969, année de sortie du film, le règne de Satan sur les écrans de cinéma et de drive-in n'en est encore qu'à ses balbutiements. The witchmaker s'impose logiquement comme l'un des chefs de file du genre, malgré une notoriété qui ne va cesser de décroître au fil du temps, au point de plonger le film dans l'anonymat le plus ingrat possible.
Encore aujourd'hui, aucune édition dvd ou vhs n'est disponible pour le découvrir, hormis une timide édition vidéo américaine parue dans les années 80 et quasi-insaisissable. *
C'est bien regrettable puisque The Witchmaker appartient à cette catégorie si savoureuse de "perle oubliée".
Principal atout : l'atmosphère angoissante qui puise toute sa force dans le cadre si particulier des bayous de Louisiane, constamment noyés sous des nappes de brouillard; en revanche, les décors de studio ne se limitent qu'à 2 intérieurs : celui de la maison louée par le Docteur Hayes et ses complices et la caverne où Luther a installé son autel, ce qui s'avère plus que restreint.
Luther, justement : c'est le talentueux John Lodge qui le campe, inquiétant sans en faire des tonnes. Warrene Ott, entr'aperçue dans Undertaker and his pals, se révèle quant à elle parfaite dans le rôle de la sorcière Jessie. Tellement crédible qu'une rumeur persistante voudrait qu'à la fin du tournage, une secte locale composée d'authentiques sorciers lui ai demandé de devenir leader de leur culte. Proposition gentiment déclinée par la demoiselle affolée.

 


Face à un spectateur trop exigeant ou peu habitué au genre, le film risque néanmoins de déplaire essentiellement en raison d'un léger problème de rythme et d'un hypothétique côté "dépassé", ou "cliché", ce qui paraîtrait illégitime, au vu du statut de The Witchmaker d'oeuvre précurseuse.
Espérons tout de même une reconnaissance hautement méritée dans les années à venir.

 

* Cette chronique a été rédigée en 2005. Depuis, The Witchmaker est sorti en DVD chez Code Red (en 2011).

 

 

Throma
Vote:
 
7.00/10 ( 2 Votes )
Clics: 5185
0

Autres films Au hasard...