Cataclysm
Genre: Horreur , Satanisme
Année: 1980
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Phillip Marshak, Gregg C. Tallas, Tom McGowan
Casting:
Cameron Mitchell, Robert Bristol, Marc Lawrence...
Aka: Satan's supper / Nightmare never ends
 

Un vieil homme juif ayant perdu sa famille dans les camps de la mort reconnaît son bourreau à la télévision. Problème de taille : celui-ci a toujours le même âge et le même visage trente cinq ans plus tard. Il prévient son voisin qui est aussi inspecteur de police et lui demande de l'aider. Celui-ci est incrédule jusqu'à la mort du vieil homme, défiguré, le thorax défoncé et le signe du diable gravé sur le corps : 666. Le policier finit par comprendre que ce jeune homme riche et influent, responsable d'une série de morts cruelles et bizarres, n'est autre que l'Antechrist.

 

 

Cataclysm est un véritable OFNI dans la production horrifique californienne. Non, je n'ai pas un cheveux sur la langue : il s'agit bien d'un Objet Filmique Non Identifié. Réalisation tricéphale, ce qui est fort rare, Cataclysm existe dans plusieurs versions. Aux USA, sous les titres "Cataclysm, Nightmare never ends" et "Satan's Supper", qui sont apparemment trois montages différents. Peut-être en existe-il d'autres ? Inédit en salles chez nous, il a cependant connu une brève carrière en vhs au début des années 80, grâce à l'éditeur Cine-Video-International, celui qui a également sorti un fameux film de psychopathes ruraux avec Pigs les monstres sanglants de Marc Lawrence (qui joue dans Cataclysm, d'ailleurs ). C'est cette version que nous avons visionnée. Trois réalisateurs se sont attelés à ce qui ressemble, en l'état, à une variation autour de La Malédiction. L'Antechrist est ici un jeune homme fortuné, entouré de sa cour, dont l'objectif est bien entendu de faire le mal. Il tentera de corrompre un écrivain agnostique auteur d'un best-seller intitulé "Dieu est mort" (!) pour le faire entrer dans son clan. Mais c'est sans compter les obstacles que représentent l'inspecteur incarné par Cameron Mitchell, la femme de l'écrivain en question, et un prêtre plus ou moins défroqué qui tente de mettre fin à l'existence du démon. Sosie quasi-parfait du Jess Franco des années 70, cet homme d'église n'hésite pas à piquer la place d'un curé dans le confessionnal, à affirmer que le diable est en chacun de nous à travers l'orgueil, l'égoïsme, le mensonge, et que Dieu n'est pas nécessairement hostile au meurtre !! Moins bordelique que ses confrères italiens (exception faite de sa genèse ), Cataclysm n'effrayera personne mais crée sa petite ambiance, dans le giron des productions sataniques d'alors. Belzebuth possède ici un pied de cochon, a le pouvoir de transformer en monstres ses victimes, fait exploser les voitures à distance et intervenir ses créatures armées de haches. Aussi, il méprise les pauvres et a tant participé au troisième Reich qu'à des guerres du XIXéme siècle, en ne changeant jamais d'apparence.

 

 

En piquant des idées à "Marathon man", La malédiction ou "Rosemary's Baby", nos trois réalisateurs réussissent convenablement leur entreprise et nous apprennent, après avoir décimé la totalité du casting, que le diable est partout, spécialement dans le fric et la guerre, ce que les américains ont parfois tendance à oublier au profit du sexe et des drogues. La présence de Cameron Mitchell en flic coriace n'hésitant pas à danser le disco ainsi qu'un final gore à souhait montrant que le démon a de beaux jours devant lui nous donnent carte blanche pour continuer l'exploration des perles rares de l'horreur made in America.

 

 

Xawa
Vote:
 
6.00/10 ( 7 Votes )
Clics: 4727
0

Autres films Au hasard...