Gordon, Stuart

 

Souvent associé dans l'esprit du public à Brian Yuzna qui, il est vrai, produisit plus d'un de ses films, dont le célèbre "Re-Animator", Stuart Gordon est aujourd'hui considéré comme un "Master of Horror". A juste titre, puisque le réalisateur, malgré quelques aventures au-delà du genre fantastique, continue depuis plus de vingt ans à nous servir régulièrement de petites merveilles horrifiques que viennent compléter quelques travaux effectués par Gordon en tant que scénariste ou producteur, ainsi que de rares caméos en tant qu'acteur.

Né le 11 août 1947 à Chicago, Stuart Gordon se fit tout d'abord remarquer à l'université du Wisconsin, où en 1968 (l'année de son mariage à l'actrice Carolyn Purdy) il commença à choquer le public autant que ses professeurs en montant une parodie psychédélique et satirique de Peter Pan, où l'éternel enfant ainsi que ses alliés étaient devenus des hippies en lutte contre des pirates symbolisant la police de Chicago, dominée par le capitaine Crochet, alias Richard Daley, le maire de la ville à l'époque. Rajoutez à cela une scène incorporant plusieurs danseuses nues censées être sous acide, et ajoutez enfin que la pièce fut jouée au moment même où la convention des démocrates américains servait de prétexte à l'oppression policière envers la jeunesse contestataire, et vous comprendrez que l'entreprise de Stuart Gordon et de ses collègues était vouée à rencontrer une sévère résistance.
Une interdiction pure et simple, que la bande de Gordon ne respecta pas. C'est ainsi que tout notre sympathique groupe rebelle se fit arrêter. Et Gordon de ne pas aller au bout de ses études, abandonnant les bancs de l'université quelques mois avant les examens. Ainsi commença la carrière du futur réalisateur de "Re-Animator", qui rêve toujours par ailleurs de pouvoir adapter son Peter Pan à l'écran.

Mais le bonhomme parvint à rebondir, toujours sur les planches, où il commença une relativement longue carrière au théâtre au sein de l'Organic Theater de Chicago, une compagnie expérimentale inspirée des comics Marvel qu'il contribua à créer lui-même en 1971, et où il supervisa de nombreuses pièces, dont une Perversité Sexuelle à Chicago écrite par le célèbre dramaturge David Mamet. En 1979, il adapta l'une de ces pièces à la télévision, à savoir Bleacher Bums, ce qui lui donna sa première expérience (aujourd'hui quasi invisible) derrière une caméra.
Dès 1983 ses envies de cinéma se firent sentir, et c'est ainsi qu'il se retrouva en 1984 et 1985 à la barre d'un "Re-Animator" adapté très librement de H.P. Lovecraft - le film fut même un temps envisagé comme une comédie musicale - qui allait faire exploser sa carrière, non seulement en raison du succès (inattendu, tellement que lorsque le film fut projeté à Cannes, Gordon se trouvait à Chicago, de retour au théâtre), mais aussi en raison des personnes que le réalisateur rencontra pour l'occasion : le producteur Charles Band (alors patron de Empire Pictures), Brian Yuzna (également producteur), ainsi que les acteurs Jeffrey Combs et Barbara Crampton.
Des personnes qui, depuis, n'ont jamais quitté l'horizon de Stuart Gordon. Banco financier et artistique pour "Re-Animator", donc, et tout ce petit monde se réunit dès l'année suivante, en Italie et en 1986, toujours sous la bannière d'Empire Pictures, toujours sous la houlette d'un Brian Yuzna producteur, toujours pour une adaptation libre de H.P. Lovecraft, toujours avec le tandem Combs / Crampton en guise d'acteurs principaux, et bien entendu toujours avec un Stuart Gordon réalisateur. Le résultat est "From Beyond", film horrifico-sadomasochiste au succès nettement plus relatif que celui de "Re-Animator". Qu'à cela ne tienne : Charles Band associa de nouveau Gordon et Yuzna en 1987 pour un "Dolls" non adapté de Lovecraft, un peu moins déviant que ses deux prédécesseurs, sans Combs ni Crampton, mais avec madame Gordon elle-même dans le principal rôle féminin (après deux petits rôles dans les deux films précédents de son mari).

Le film n'atteignit pas les recettes mirifiques de "Re-Animator", et Gordon partit un peu voir en dehors de chez Empire, direction la télévision. Tout d'abord avec "Kid Safe : The Video" (en 1988), un documentaire censé apprendre aux enfants quelques règles de sécurité... Plus intéressant, Gordon livra en 1990 deux téléfilms : une adaptation d'Edgar Poe, "Le Puits et le Pendule", avec Lance Henriksen et Jeffrey Combs, et "La Fille des Ténèbres", une histoire de vampires sexy et plutôt originale. Deux films qui confirmèrent le talent du réalisateur dans la création d'atmosphères visuelles atypiques.
Signalons aussi que cette période fut celle où il commença à travailler un peu en dehors du genre horrifique, puisqu'en compagnie de Brian Yuzna il signa le scénario de la comédie familiale disneyienne (pourtant toujours liée au genre fantastique !) "Chérie, J'ai Rétréci les Gosses" (Joe Johnston, 1989). En 1990, année de ses deux téléfilms, il retrouva également l'Empire de Charles Band (ainsi que l'acteur Jeffrey Combs) pour un ambitieux projet de science-fiction : "Robot Jox". Avec dix millions de dollars de budget, ce fut la plus grosse production de Charles Band. Un four. Le film fut le chant du cygne d'Empire Pictures, qui ferma boutique peu après, et même pendant le tournage.

En raison d'un projet avorté, Thor (une histoire de tortue tueuse qui capota en raison du triomphe des Tortues Ninjas), et d'un emploi de producteur exécutif sur Chérie, J'ai Agrandi le Bébé, il fallut attendre 1993 pour retrouver Stuart Gordon. Il participa tout d'abord à l'écriture du scénario du Body Snatchers d'Abel Ferrara, mais surtout il réalisa Fortress, avec Christophe Lambert et, est-il besoin de le préciser, Jeffrey Combs. Budget supérieur à celui de Robot Jox, mais le film rencontra cette fois un succès certain, du moins à l'étranger. Malgré cela, en 1995, retour à la case départ. Charles Band s'était reforgé une santé avec sa nouvelle compagnie, Full Moon, et l'équipe de "Re-Animator" (excepté Brian Yuzna) se rassembla une nouvelle fois.
Une adaptation de Lovecraft, avec Jeffrey Combs et Barbara Crampton dans les rôles principaux. Il s'agit de "Castle Freak". Le film ne restera pas dans les annales. L'année suivante, il aida un peu au scénario du "Dentiste" de Brian Yuzna, puis il se mit au scénario, à la production et à la réalisation de son propre "Space Truckers", un film de science-fiction humoristique dans lequel figure Barbara Crampton, pour un petit rôle. En 1998, outre une participation au show télévisé de "Chérie, J'ai Rétréci les Gosses", et outre une autre collaboration avec Brian Yuzna pour le scénario de "The Progeny", il réalisa pour Disney une adaptation d'une pièce signée Ray Bradbury : "The Wonderful Ice Cream Suit".

Le troisième millénaire s'ouvrit pour Stuart Gordon avec une participation à un court-métrage, Snail Boy, en 2000. Mais c'est bien en 2001 que les choses sérieuses reprirent : "Dagon", autre adaptation de Lovecraft (en réalité davantage basé sur une autre nouvelle de l'auteur, Le Cauchemar d'Innsmouth), se profilait à l'horizon, après avoir été sans cesse repoussé depuis 1985 et l'immédiate période consécutive à Re-Animator. Un film espagnol, produit par Brian Yuzna pour sa propre firme, la défunte Fantastic Factory. Les deux hommes s'adjoignirent en outre les services de Denis Paoli, un de leurs collaborateurs occasionnels également impliqué sur les scénarios de "Re-Animator", "From Beyond", "Le Puits et le Pendule", "Body Snatchers" et sur les deux "Dentiste". En revanche, pas de Jeffrey Combs ni de Barbara Crampton. On se consolera par la qualité du film.
En 2002, un vieux souvenir se rappela à Stuart Gordon : Bleacher Bums, sa pièce de théâtre de la fin des années 70, qui se vit une nouvelle fois adaptée à la télévision, et pour laquelle Gordon participa en tant que co-producteur exécutif. Poste qu'il occupa également pour le Deathbed de Danny Draven, financé par Full Moon. Puis en 2003 s'ensuivit King of the Ants que Gordon produisit également, un thriller horrifique au budget microscopique, tellement que c'est madame Gordon elle-même qui se chargea de nourrir l'équipe du film, avant que ses plats ne soient paraît-il réutilisés pour les effets spéciaux !

Dernièrement, en 2005, Stuart Gordon a renoué avec ses deux genres fétiches : l'adaptation d'une pièce de David Mamet nommée "Edmond" (un thriller), ainsi, bien sûr que l'adaptation d'une nouvelle de H.P. Lovecraft, avec l'aide de Dennis Paoli. A l'instar de ses petits camarades des Masters of Horror, Gordon a en effet choisi de reprendre la recette de ce qui a fait son succès. Le résultat en est "Dreams in the Witch-House", l'un des tout meilleurs épisodes des "Masters of Horror".
Le futur de Stuart Gordon s'annonce encore dans la continuité, avec tout d'abord la saison II de ces même "Masters of Horror" qui devrait voir le réalisateur s'atteler avec Dennis Paoli et Jeffrey Combs à la conception d'une nouvelle adaptation du "Chat Noir" d'Edgar Poe, mais également à un "Stuck" toujours horrifique qui devrait quant à lui inaugurer la renaissance de la firme Amicus, la rivale de la prestigieuse Hammer Films dans le milieu du cinéma gothique britannique des années 60.

Stuart Gordon mérite donc sans conteste son statut de Maître de l'Horreur. S'il est avant tout connu pour le gore exubérant de "Re-Animator", il a également prouvé tout au long de sa carrière qu'il pouvait se diversifier, en versant dans l'érotisme horrifique, dans la science-fiction, dans le gothique, et même dans les comédies familiales (cela dit toujours liées au genre fantastique). Grâce principalement à ses travaux effectués pour Charles Band, et à l'instar de gens comme Joe Dante, il est désormais lié à toute une petite famille cinématographique avec des noms aussi prestigieux que Brian Yuzna ou Jeffrey Combs. Il représente sans doute l'un des derniers grands représentants du cinéma horrifique indépendant américain des années 80. Bref, Stuart Gordon, sous ses allures d'ours bourru, est un réalisateur admirable.

 

Filmographie :

 

- 2005 : Masters of Horror : Dreams in the Witch-House
- 2005 : Edmond
- 2003 : King of the Ants
- 2001 : Dagon
- 1998 : The Wonderful Ice Cream Suit
- 1996 : Space Truckers
- 1995 : Castle Freak
- 1993 : Fortress
- 1990 : Robot Jox
- 1990 : La Fille des Ténèbres
- 1990 : Le Puits et le Pendule
- 1987 : Dolls
- 1986 : From Beyond
- 1985 : Re-Animator
- 1979 : Bleacher Bums