F comme Flint
Titre original: In Like Flint
Genre: Espionnage , Parodie
Année: 1967
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Gordon Douglas
Casting:
James Coburn, Lee J. Cobb, Jean Hale, Andrew Duggan, Steve Ihnat, Yvonne Craig...
 

Alors que le super-agent Derek Flint coule des jours heureux avec ses trois nouvelles femmes (les cinq précédentes s'étant depuis mariées), Lloyd C. Cramden, patron de la Zonal Organization World Intelligence Espionage (Z.O.W.I.E.), doit faire face à une énigme impossible à résoudre. Tandis que le chef des services secrets, invité par le Président des Etats-Unis à une partie de golf, chronométrait le swing du chef d'état, il est apparu que l'appareil indiquait trois minutes, alors que la logique aurait voulu qu'il se soit écoulé trois secondes, tout au plus.

En réalité, Cramden, le Président et sa garde rapprochée ont été neutralisés par un gaz paralysant dissimulé dans une balle de golf. Un poison ayant aussi pour effet d'effacer la mémoire, ce qui explique le profond trouble de Cramden. Trois minutes se sont donc effacées de sa mémoire, durant lesquelles une organisation a enlevé le Président des Etats-Unis, le remplaçant par un parfait sosie. Cette organisation a pour nom "Femme Fatale", elle est située sur un îlot du Pacifique, à quelques kilomètres d'une base militaire américaine doublée d'un centre spatial, dans les Iles Vierges. Sous une couverture d'institut de soins esthétiques et de remise en forme, "Femme Fatale" cache en réalité un consortium exclusivement féminin qui envisage de renverser les gouvernements du monde entier afin de transformer la planète en matriarcat. Pour arriver à ses fins, l'organisation a doté tous ses sèche-cheveux d'un appareil conditionnant le sujet. Bientôt, toutes les femmes seront endoctrinées, et se rallieront à la cause de "Femme Fatale". Sauf si Derek Flint décide de s'en mêler...

 


Deux ans après "Notre homme Flint", le meilleur des agents secrets reprend donc du service, pour une seconde et dernière fois. On retrouve dans ce nouvel opus les ingrédients qui faisaient le charme du premier film : un héros infaillible, séducteur et décontracté, une espionne craquante, et un décor de rêve (îlot du Pacifique) servant de cadre à la base des méchants. La réalisation en a cette fois été confiée à Gordon Douglas. D'abord acteur durant la première moitié des années 30, l'homme est ensuite passé à la réalisation. Il s'est essayé à plusieurs genres, comme la science-fiction ("Des monstres attaquent la ville", 1954), mais c'est à partir des années 60 qu'il accroît sa notoriété, dans le polar, à travers trois œuvres mettant en vedette Frank Sinatra : "Les 7 voleurs de Chicago", "Tony Rome est dangereux" et "La femme en ciment". Il tourne encore deux films important en 1970 : "Appelez-moi Monsieur Tibbs", avec Sydney Poitier, et "Barquero", avec Lee Van Cleef.

A l'instar de "Notre homme Flint", "F comme Flint" ne comporte pas de grosses vedettes, si l'on excepte évidemment James Coburn, et à un degré moindre Lee J. Cobb. Tout juste peut-on dire que Jean Hale, la coordinatrice de charme de "Femme Fatale", a joué dans "Le massacre de la St-Valentin", de Roger Corman ; Andrew Duggan a eu une longue carrière dans la télévision (mais on a pu le voir aussi dans "Le monstre est vivant", de Larry Cohen) ; enfin, Yvonne Craig (la danseuse étoile) connut son heure de gloire grâce au serial "Batman" aux côtés d'Adam West, dans lequel elle incarnait Batgirl. L'actrice a également joué dans "Mars needs Women", de Larry Buchanan.

 


Mais qu'importe la renommée des seconds rôles, puisqu'avant tout le film repose sur la performance de James Coburn, une fois encore magistral. On a vraiment le sentiment qu'il endosse une seconde fois la tenue de Derek Flint avec un réel plaisir. Un plaisir partagé par le spectateur qui assiste, pendant 1H45, à un festival de l'acteur. On savait, après le premier opus, que l'espion excellait dans des domaines aussi nombreux que variés. Cette fois, on apprend que l'homme est capable de communiquer avec les dauphins, et qu'il écrit des ouvrages scientifiques (il finalise dans le film un traité sur l'isomérie). Mais la cerise sur le gâteau, en dehors des langues étrangères qu'il maîtrise toujours autant et des gadgets qu'il confectionne, est sans aucun doute son passage au Bolchoï en tant que danseur étoile, lors d'un spectacle à l'Opéra de Moscou qui lui permet de rencontrer ainsi la prima ballerina Natasha, une ancienne conquête à qui il veut soutirer des informations. Et quoi de plus simple pour l'agent secret, effectivement, que de figurer dans le ballet, au nez et à la barbe du KGB qu'il ne manquera pas de ridiculiser au cours d'une poursuite mémorable sur les toits de Moscou, avant de s'envoler pour Cuba déguisé en révolutionnaire local !

 


Flint est l'agent secret ultime (secret en théorie, vu que le simple fait de le nommer provoque une lueur de convoitise au sein de la gent féminine), et son érudition n'a d'égale que son sens de l'improvisation. Afin de sauver la planète, il n'hésite pas à enfiler une tenue de cosmonaute pour affronter un général félon s'étant emparé d'une fusée avec à son bord des ogives nucléaires. Inutile de préciser que notre espion préféré aura le dernier mot, et qu'il pourra goûter un repos bien mérité dans une station orbitale, en compagnie de deux charmantes spationautes soviétiques.

"F comme Flint" reste donc dans l'esprit de "Notre homme Flint", à savoir celui d'une parodie d'espionnage bourrée d'humour et d'action, de gadgets incroyables (ici, une boucle de ceinture/diapason capable d'émettre des ultra-sons, et qui sauvera notre héros en deux occasions), de jolies filles et de dialogues savoureux. Lorsque Flint apprend que le Président des Etats-Unis a été remplacé par un acteur ayant subi des opérations de chirurgie esthétique, il ne peut que répondre avec un air dépité :

Un acteur président !

Quatorze ans plus tard, Ronald Reagan deviendra Président des Etats-Unis...

 

 

Note : 10/10 (en toute subjectivité)

 

Flint
Vote:
 
6.30/10 ( 43 Votes )
Clics: 5052

1 commentaire(s) pour cette critique


Autres films Au hasard...