Adventurers, The
Titre original: Da mao xian jia
Genre: Drame , Action
Année: 1995
Pays d'origine: Hong Kong
Réalisateur: Ringo Lam
Casting:
Andy Lau, Rosamund Kwan, David Chiang, Ron Yuan, Chien-lien Wu, Paul Chun...
Aka: The Great Adventurers
 

1975, au Vietnam - les parents de Wai travaillent pour la CIA. Un jour, ils sont trahis par l'un de leurs amis qui les assassinent. Vingt ans plus tard, le traitre est devenu un riche homme d'affaires. Quant à Wai, il est prêt à tout pour venger la mort des siens.

 


Une fois encore, Lam rebondit là où on l'attendait le moins. Car sous des aspects de blockbuster romantico-dramatique (avec le couple glamour de l'époque : Andy Lau/Rosamund Kwan) se cache de nouveau un de ces films barjots et déviants dont Lam a le secret ; ou comment faire cohabiter un certain romantisme avec des séquences brutales et des scènes d'actions spectaculaires. Le personnage de Lau représente l'archétype du héros "Lamien", profondément torturé et solitaire, dévoré par la vengeance qu'il murit depuis son enfance. Le "héros" n'aura de cesse d'assouvir celle-ci, quel que soit le prix à payer (même si cela coûte la vie de proches). Evidemment, la vengeance, chez Lam, se transforme en tragédie grecque, et le héros se retrouve vite face à des dilemmes cornéliens, mais dont le résultat sera presque toujours sanglant. Seule la fin optimiste semble échapper à ce funeste destin, en donnant un espoir aux personnages (du moins ceux qui restent).

 


Le film débute par une scène où l'on voit un jeune garçon jouer dans un champ. Nous sommes au Vietnam pendant la guerre, et soudainement l'enfant se retrouve par hasard face à un cadavre en décomposition. C'est un signe, car l'existence du garçon sera à jamais marquée par la mort. Ayant assisté au massacre de ses parents et de sa soeur par un ami de la famille (ex agent de la CIA passé aux rouges), son seul but sera de retrouver et d'exécuter le traitre. Elevé par son oncle et devenu pilote de chasse, le destin lui donne une première occasion de se venger de son bourreau, qui est depuis un dangereux et très influent trafiquant. Mais la tentative échoue, et le jeune homme doit s'exiler aux Etats Unis. Paradoxalement, cet exil sera pour lui l'occasion de se rapprocher de son ennemi, par l'intermédiaire de la fille de ce dernier. Quel meilleur moyen d'approcher son ennemi que de devenir son gendre ! Evidemment, comme rien n'est facile chez Lam, la femme / maîtresse du meurtrier (la belle Rosamund Kwan) n'est pas insensible au charme de son nouveau beau fils, en qui elle espère trouver la solution à ses problèmes (éliminer son mari). Une situation explosive qui va entrainer d'irrémédiables dégâts. Que les amateurs se rassurent, cet imbroglio sentimental n'empêchera pas le réalisateur de truffer son film de scènes d'actions parfois extrêmes, comme la tête d'un complice qui explose lors d'une fusillade ! Le tout se clôture lors d'un final spectaculaire et d'anthologie qui se déroule en pleine jungle, dans le camp retranché d'un trafiquant, avec poursuite en hélicoptère et bombardement au napalm. Il faut voir Andy Lau avec la belle Rosamund dans les bras, courir avec comme toile de fond une belle explosion ; comme quoi le romantisme n'empêche pas l'efficacité.

 


Andy Lau est un acteur et chanteur très populaire à Hong Kong qui connut plusieurs carrières en tournant dans des films aussi variés que "Boat People", "Le Flic de Hong Kong 1& 2" avec Jackie Chan, ou la série des "Internal Affairs". Il fut nommé champion du box office HK de 1985 à 2005, devant Stephen Chow et Jackie Chan. En 1991, il fonde sa propre compagnie de production : "Team Work Production House Limited". Si vous avez déjà vu quelques films d'action chinois, le visage mélancolique de la belle Rosamund Kwan doit sûrement vous rappeler quelque chose. En effet, l'actrice a tourné avec les acteurs les plus populaires de la péninsule, de Jackie Chan ("Mister Dynamite", "Project A 2") à Chow Yun Fat ("The Head Hunter"). Mais elle est surtout connue pour avoir été la partenaire attitrée d'Andy Lau, avec qui elle tournera au moins une dizaine de films ("The Adventurers", "The Sting", "Crocodile Hunter"...). Elle obtiendra la consécration grâce à son rôle de Tante Yee, la petite amie occidentalisée de Wong Fei-Hong dans la saga "Il était une fois en Chine". De 1997 à 2001, l'actrice prendra un congé sabbatique, avant de revenir dans "Big Shot Funeral", aux côtés de Donald Sutherland.

 


Avec cette oeuvre réalisée juste avant son premier film non asiatique (Risque Maximun), Lam quitte le monde du polar noir mais ne renie pas pour autant son style angoissant et pessimiste. On pourra regretter un scénario qui utilise parfois d'étonnants raccourcis. Exilé aux Etats-Unis, Lau se trouve engagé par la CIA, ce qui lui permet de tendre un piège à la fille de son ennemi. Mais l'ensemble se regarde sans ennui et avec une certaine curiosité sur ce qui va suivre. Lam réussit toujours à surprendre même dans un pur film de commande, produit uniquement pour mettre en valeur le couple Andy Lau/Rosamund Kwan. En fait, Lam a accepté de réaliser "The Adventurers" suite aux échecs successifs de "Full Contact" et "Le temple du Lotus Rouge", pour ne pas rester inactif, d'où ce côté un peu hybride mais intéressant. Une oeuvre mineure pour beaucoup, mais à découvrir pour se faire une idée des multiples facettes d'un réalisateur hors norme, qui ne vit que pour la réalisation et qui est prêt à tout pour y arriver, comme ses héros.

 

The Omega Man
Vote:
 
6.67/10 ( 6 Votes )
Clics: 3893
0

Autres films Au hasard...