Anges violés, Les
Titre original: Okasareta hakui
Genre: Drame , Pinku eiga
Année: 1967
Pays d'origine: Japon
Réalisateur: Koji Wakamatsu
Casting:
Juro Kara, Keiko Koyanagi, Miki Hayashi, Shoko Kido, Makiko Saegusa, Michiko Sakamoto, Kyôko Yayoi...
 

Dans un dortoir d'infirmières, ces dernières s'amusent à mater par le trou de la serrure deux amies lesbiennes. Cette activité a tout du rituel voyeuriste. Un soir, elles invitent un inconnu qui rôdait devant le dortoir, et lui propose de regarder, à son tour, l'ébat coquin. Si les nurses semblent apprécier cette position, l'homme, lui, n'a pas l'air du même avis. Il se révolte alors contre cette situation, et exécute l'une d'entre elles.

La nuit promet d'être longue.

 


Si sa filmographie en 1967 en est pourtant qu'à son commencement, les idées de Koji Wakamatsu, elles, semblent en être déjà à leur firmament. S'inspirant plus ou moins du crime commis un an auparavant à Chicago par Richard Speck, qui tua huit étudiantes en médecine après s'être introduit dans leur dortoir, Koji Wakamatsu s'impose ici comme un réalisateur utilisant les faits de son temps afin de mieux répondre aux questions qu'il propose, et critiquer de la manière la plus juste et incisive possible. Plus qu'un réalisateur de genre, Koji Wakamatsu est donc un philosophe populaire du plus bel acabit.

"Les Anges violés" s'ouvrent sur un générique constitué de photos et autres documents coquins. Wakamatsu y présente le personnage principal : un homme en marge de la société qui, par dessus tout, apparaît comme un être extrêmement frustré. Ces images là, via leur défilement assez rapide, expriment très justement ce désir - ici charnel - qui pour lui demeure inaccessible. Et, s'imposant comme une sorte de mal incurable, c'est aussi le symbole qu'utilise Wakamatsu pour y dissimuler sa propre vision de la société de consommation.

 


Ce sera cet homme là qui, frustré encore une fois par le fait de regarder par la serrure et de ne pouvoir agir, sentira le besoin de faire exploser son impuissance. Grâce à son arme, il pourra se faire entendre; tout comme face à la mer où on peut le voir, dès le début du film, tirer dans le vent. Si la position du voyeur est ici à l'étude, la mise en abyme avec un (nous) spectateur impuissant n'en est que plus intéressante. Et ce sera alors par la suite, lors d'un démentiel plan séquence ou Koji Wakamatsu saisira, en virtuose, la scène caméra à l'épaule, afin de filmer le dialogue -de sourds- entre le garçon et l'une des infirmières (cette dernière accumulant les mensonges pour sauver sa peau), que le film prendra alors tout (ou en partie) son sens. Le meurtrier se dévoile comme un homme qui a besoin d'être écouté, un homme qui est sans doute délaissé, qui se sent trop “petit” dans une société répressive aux allures de labyrinthe et qui restreint sans cesse le droit des hommes à s'émanciper. Il trouvera donc la femme idéale "dans" la dernière infirmière qui restera. La seule qui, depuis le début, a osé le regarder et tenté de le comprendre.

 


Si Wakamatsu pose bien des questions et apporte autant de réponses, il renouvelle surtout et encore une fois le pinku eiga. On notera par exemple l'utilisation de la couleur, qui est ici utilisée pour les “bains de sang” : l'ange que crée notre homme (meurtre affreux au demeurant) se présentant alors comme son œuvre d'art, mérite ainsi un certain éclairage. C'est comme si, grâce à ce meurtre, on allait pouvoir mieux comprendre cette homme en mettant donc à la lumière du jour ses faits les plus convaincants. De même, à la toute fin, on a l'impression qu'il s'est enfin compris, qu'il a enfin trouvé son âme sœur : cette infirmière qui, citée plus haut, l'écoute. Une sorte de mère, et de petite amie. Ici la couleur persiste, telle une révélation. Les choses semblent soudainement moins ternes.

 

 

Pour son septième et avant-dernier film de l'année 1967, Koji Wakamatsu réalise un huis-clos tendu et "réellement" bien interprété, un must du pinku eiga et - sans doute - LA référence du film de dortoir. Techniquement et graphiquement splendide, "Les Anges violés" appartiennent aussi à un vrai cinéma engagé, celui de Wakamatsu, sans trop l'être non plus dans le sens "lourdingue", puisqu’il sait rester populaire tout en sachant, donc, se faire analyser par qui sera assez fou pour tenter la chose. Enfin, on notera que le film fut présenté en 1971 à la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes.

 

The Hard

 

En rapport avec le film :

 

Vote:
 
6.50/10 ( 8 Votes )
Clics: 6800
0

Autres films Au hasard...