Cataclysme Force 7.9
Titre original: Jishin rettô
Genre: Science fiction , Drame , Catastrophe
Année: 1980
Pays d'origine: Japon
Réalisateur: Kenjirô Ohmori
Casting:
Hiroshi Katsuno, Toshiyuki Nagashima, Yumi Takigawa, Kayo Matsuo, Hideji Ôtaki, Eiji Okada..
 

Tokyo. 19 mai 198X. 15H30. Aucun savant n'a pu donner les moyens d'éviter l'un des plus grands drames de l'humanité. Désastre sans précédent sur une des plus belles villes du monde. Tokyo est en feu, en ruines, des millions d'hommes, de femmes et d'enfants meurent écrasés, broyés, brûlés par le plus spectaculaire cataclysme de l'histoire du cinéma.

 

 

Quelques années après les succès de La Submersion du Japon et de Nostradamus - Fin du monde an 2000, la Toho se consacre à la mise en route d'un autre gros projet de film catastrophe : Jishin retto. Diffusé en France sous le titre Cataclysme force 7.9, cette production spectaculaire est en quelque sorte la réponse japonaise au film américain "Tremblement de terre", mais également à "La Tour infernale", au travers de quelques séquences qui tiennent cependant plus du clin d'oeil. Scénarisé par Kaneto Shindô, à l'origine des scripts de titres comme "Onibaba", "Kuroneko", mais également réalisateur de "Les Enfants d'Hiroshima" ou de "L'île nue", le récit débute de manière très classique. Un sismologue et son équipe de géophysiciens découvrent qu'un puissant séisme menace Tokyo. D'après eux, un cataclysme sans précédent dans l'histoire du pays émerge doucement. Les autorités et politiciens en place ne prêtent pourtant guère d'attention aux avertissements répétés du scientifique, et pendant que ce dernier tente vainement d'exposer ses théories, le moment fatidique se rapproche… jusqu'à ce que la terre se mette à trembler comme jamais. Le sol se fissure, les immeubles sont réduits en miettes, de violents incendies se déclarent dans tous les coins de la ville, et des inondations menacent de balayer tout ce qui tient encore debout…

 

 

Avant de pouvoir profiter des images de ce désastre, il va malheureusement falloir s'armer de patience. Cataclysme force 7.9 est en effet composé de deux parties bien distinctes. La classique exposition des personnages prend ici des airs de mélodrame bien niais, se focalisant plus sur les problèmes liés au divorce du protagoniste principal que sur le reste. Et malgré l'arrivée du séisme qui se fait de plus en plus pesante, le réalisateur ne parvient absolument pas à susciter la moindre tension dans son film. A noter que les montages français et américains de Cataclysme force 7.9 sont raccourcis d'environ 20 minutes, et qu'il est probable que nous soyons ainsi épargnés de quelques conversations interminables. L'ambiance désespérée qui règne sur le film finit par s'effacer derrière une mise en scène assez fade et des dialogues lourdement ponctués par des effets sonores qui donnent un côté parodique à de nombreux échanges. Aspect accentué par le doublage français désastreux qui nuit réellement à la crédibilité du récit.

 

 

Là où La Submersion du Japon réussissait de belle manière en s'attardant sur ses personnages, leurs relations, ainsi que sur les aspects politiques et diplomatiques engendrés par une situation tragique, Cataclysme force 7.9 échoue lamentablement et sombre rapidement dans un océan de clichés.

Heureusement, le film s'avère bien plus réussi dans sa seconde partie, dans laquelle le réalisateur s'attarde sur l'impressionnante destruction de la ville de Tokyo. Si les séquences cataclysmiques sont un peu moins ambitieuses que celles de La Submersion du Japon, le film de Kenjiro Omori propose tout de même un échantillon assez vaste de catastrophes. Séismes, incendies, inondations sont de la partie et ne laissent aucun répit aux habitants de la ville, qui disparaissent par milliers. Essentiellement réalisés à partir de maquettes réduites en charpies, les trucages sont par moments perfectibles, bien que techniquement l'ensemble tient plutôt bien la route. Il faut dire que le studio possède une certaine expérience en la matière, et les amateurs des combats titanesques de Godzilla & Co devraient apprécier. Cataclysme force 7.9 réutilise également quelques images de Nostradamus – Fin du monde an 2000. S'il est loin d'égaler son équivalent américain Tremblement de terre, qui est alors la référence du genre, Cataclysme force 7.9 propose tout de même quelques scènes de destructions massives qui méritent le coup d'oeil.

 

 

Nicolas

Vote:
 
4.33/10 ( 3 Votes )
Clics: 3748
0

Autres films Au hasard...