Défi du Maltais, Le
Titre original: Der Hexer
Genre: Krimi
Année: 1964
Pays d'origine: Allemagne
Réalisateur: Alfred Vohrer
Casting:
Joachim Fuchsberger, Heinz Drache, Sophie Hardy, Siegfried Lowitz, Carl Lange, Siegfried Schürenberg, Eddi Arent, Anneli Sauli...
Aka: The Ringer / The Mysterious Magician / The Wizard
 

Gwenda Milton, une secrétaire au service de l'avocat Maurice Messer, est retrouvée noyée. L'autopsie révèle que la victime a été préalablement étranglée. L'enquête est confiée à l'inspecteur Higgins de Scotland Yard. Celui-ci va devoir non seulement trouver les responsables de ce crime, mais faire face à une ancienne connaissance de la police britannique : Alex Milton, surnommé "le Magicien" ("le Maltais" dans la version française). Gwenda était la sœur d'Alex, exilé depuis plusieurs années en Australie. Il avait été forcé de quitter l'Angleterre après avoir poussé au suicide quelques individus peu recommandables. Manipulateur hors pair et as du déguisement, Milton risque fort de revenir à Londres afin de venger la mort de sa sœur, et de mettre des bâtons dans les roues de Scotland Yard. Afin de mettre toutes les chances de son côté, Higgins fait équipe avec un ex-flic à la retraite, Warren, seul homme à avoir failli arrêter le Magicien dans le passé.

 

Adapté du roman "The Ringer" (le sosie) d'Edgar Wallace, "Der Hexer" fut distribué dans les salles de cinéma françaises (en avril 1965) sous le titre "Le défi du Maltais", peut-être pour lui donner une filiation aux polars noirs américains des années 1950. Une filiation en tout cas incongrue étant donné que nous avons évidemment affaire à un krimi de la Rialto, avec pour vedettes masculines les habitués du genre. Nous retrouvons donc Joachim Fuchsberger dans la peau de l'inspecteur Higgins, rôle qu'il reprendra dans "The College Girl Murders" puis "Sous l'emprise de l'horreur". Heinz Drache ("La porte aux sept serrures") est également de la partie, de même que les inamovibles Siegfried Schürenberg et Eddi Arent. Ces derniers, d'ordinaire cantonnés aux rôles de "comiques de service", sont ici bien plus sobres qu'à l'accoutumée, et dans l'ensemble, "Le défi du Maltais" se présente comme un krimi relativement sérieux, même si l'on peut relever ça et là quelques touches humoristiques.
Pour compléter le tableau masculin, on peut noter les prestations convaincantes de Carl Lange ("Le vampire et le sang des vierges"), Siegfried Lowitz et Kurt Waitzman, qui écuma les krimis tout au long des années 1960.

 

Cocorico, le premier rôle féminin est dévolu à une Française. Sophie Hardy est donc l'atout charme du film, une actrice peu connue qui tourna dans quelques films de genre avant de tomber dans l'oubli. Depuis quelques années, celle que l'on a pu voir dans "La baie du désir" de Max Pécas et "Cartes sur table" de Jess Franco tente un retour au cinéma. Son talent dans "Le défi du Maltais" n'est pas, en tout cas, à remettre en cause, la Française faisant preuve à la fois d'un charme et d'une aisance naturels devant la caméra. Dans un rôle secondaire, on notera la présence de la Finlandaise Anneli Sauli, qui avait joué précédemment dans "Les mystères de Londres". Cette actrice, toujours en activité, a récemment tourné dans "L'homme sans passé", d'Aki Kaurismäki.
L'intérêt majeur du "Défi du Maltais" consiste donc à percer l'identité d'Alex Milton. Si l'on connaît son nom, on ignore tout de son visage, et l'homme prend un malin plaisir à se déguiser et changer d'identité avec une facilité stupéfiante. Malheureusement, lorsque l'on se penche sur le casting, et à moins d'un coup de théâtre improbable, il apparaît que les soupçons ne peuvent rapidement se porter que sur deux personnages. Et, sachant que l'un des deux est un peu trop "mis en avant", le spectateur ne tombant pas dans le piège parviendra à démasquer bien avant la fin le "Magicien". Le suspense est donc mince à ce niveau, une petite déception à laquelle on peut rajouter un manque de "folie" dans le scénario, si l'on compare à d'autres krimis de cette époque. Le "méchant" de l'histoire devant opérer avec un maximum de discrétion, le fan sera frustré de ne pas voir de savant fou, de gadgets incroyables (à l'exception d'un sous-marin de poche), ni de situations franchement délirantes. Et même si le final apporte quand même son lot de surprises, le spectateur reste un peu sur sa faim. C'est dommage, d'autant plus que le nœud de l'intrigue tourne autour d'un trafic de traite des blanches, dont les "proies" sont choisies au sein d'un pensionnat de jeunes filles dirigé par un révérend peu "orthodoxe". Mais l'idée est finalement mal exploitée, ce qu'on est en droit de regretter, d'autant plus avec Alfred Vohrer aux manettes, le grand spécialiste du genre.

 

Cela dit, "Le défi du Maltais" demeure un spectacle distrayant, avec quelques originalités comme un plan de caméra où l'on voit par l'intérieur d'un cadran de téléphone, et un panneau intervenant à cinq minutes de la fin, demandant au spectateur s'il a démasqué le "Magicien". Pour le reste, les fans de krimi auront le plaisir d'écouter une nouvelle B.O. de Peter Thomas (pas sa meilleure, néanmoins), et de retrouver quelques singularités propres aux krimis de la Rialto, comme le générique en couleurs, et le mot "FIN" apparaissant sur un élément du décor. Le film fit l'objet d'une suite, "Neues vom Hexer", l'année suivante, toujours sous la houlette d'Alfred Vohrer, avec certains des protagonistes du premier opus, et demeurée inédite en France. Pour l'anecdote, une sorte de parodie de "Der Hexer" fut tournée en 2004, intitulée "Der Wixxer" (dérivé du verbe "wichsen" : "se branler"). Le réalisateur proposa à Joachim Fuchsberger d'y faire un cameo, mais ce dernier refusa. Plus tard, on lui offrit le DVD, et le film l'amusa. Du coup, il accepta de tourner dans la suite, logiquement nommée "Neues vom Wixxer". C'était en 2007. Aujourd'hui, Joachim Fuchsberger fait toujours du cinéma, à bientôt 83 ans. Le krimi, ça conserve !

 

 

Note : 6/10

Flint

Vote:
 
8.67/10 ( 3 Votes )
Clics: 3865
0

Autres films Au hasard...