Kara-tigresse aux mains d'acier, La
Titre original: Sister Street Fighter
Genre: Drame , Action , Arts Martiaux
Année: 1974
Pays d'origine: Japon
Réalisateur: Kazuhiko Yamaguchi
Casting:
Etsuko Shihomi, Sanae Obori, Kenji Obha, Sonny Chiba, Hiroshi Miyauchi, Tatsuya Nanjo, Asao Uchida...
Aka: Onna Hissatsu Ken
 

Tina est envoyée au Japon pour retrouver la trace de son frère Lee, agent infiltré dans la mafia locale. Passant rapidement voir son oncle et ses cousins, elle apprend que la couverture de Lee n'est plus et qu'il a été éliminé. Tina décide pourtant de pousser son enquête plus loin et de démanteler cette petite pègre par la seule force de ses poings et pieds.




Sonny Chiba, c'est un peu le Nicolas Sarkozy japonais. En effet, l'acteur est carrément un demi-dieu au pays du soleil levant, tandis qu'une poignée de geeks (dont un certain Quentin Tarantino) l'ont transformé en icône de la contre-culture outre atlantique, grâce à la sortie de la trilogie "Streetfighter". Champion de karaté, l'acteur profite de sa renommée pour créer une école, la "Japan Action Club", dans laquelle il va former ses successeurs comme Henry Sanada ("San Ku Kai") et bien sûr Etsuko "Sue" Shihomi. L'actrice, évidement experte en arts martiaux, est aussi particulièrement mignonne, ce qui ne gâche rien. Elle jouera au côté de son mentor dans les deux premiers "Streetfighter" avant de devenir la vedette de cette fausse suite, Chiba se contentant d'un percutant second rôle. L'actrice jouera ensuite dans pas mal de films, de 1973 à 1986, le plus souvent avec son mentor : "The Shogun's Samurai", "Shogun's Ninja", "Super Express 109", "Gogol 13"...". Chez nous, les films de Chiba seront distribués de manière plus anecdotique, et leur sortie erratique sera noyée dans le raz-de-marée de karaté / kung fu. Seul ce "Sister Street Fighter» aura les honneurs d'une sortie, sous l'un des titres les plus stupides de l'histoire du cinéma : "La Kara-tigresse aux mains d'acier". Du coup, à part quelques amateurs éclairés et les rats de festivals, presque personne ne connaissait l'homme il y a encore quelques années (jusqu'à son apparition dans le "Kill Bill" de Tarantino) et encore moins sa protégée. "Sister Street Fighter" peut être considéré comme un spin-off de la série des "Streetfighter", qui donnera lui-même naissance à sa propre série avec trois suites : "Sister Street Fighter 2 - Hanging by a Thread" (1974), "Return of the Sister Street Fighter" (1975) & "Sister Street Fighter : Fifth Level Fist (1976)".




Moins violent que les trois opus du maître, le film contient néanmoins son lot de morts sanglantes dont l'inévitable éventration, véritable marque de fabrique de Chiba. Sans atteindre la bestialité de son mentor, la belle nous gratifie d'une scène surréaliste où elle retourne la tête de son adversaire à 90 degrés ; le bougre, la tête complètement dévissée, aura le temps de descendre un escalier avant de s'écrouler aux pieds de ses complices médusés. Sans parler de la mort sanglante du méchant (libidineux comme il se doit) qui éclaboussera d'un geyser de sang la tenue immaculée et le visage de notre combattante (et accessoirement l'objectif de la caméra). Outre les nombreuses scènes de combat, le film mélange au gré d'un scénario convenu et sans originalité quelques idées décalées et déviantes, comme la belle suspendue par les pieds et fouettée (sous le regard concupiscent du méchant), ou le viol de sa jeune nièce par un homme de main corpulent, et des situations parfois à la limite de l'absurde, notamment un gang de tueurs avec un panier d'osier noir sur la tête, ou des amazones thaïlandaises en baskets rouges. Ne parlons pas du méchant, au goût vestimentaire douteux (magnifique pantalon à lignes du final), toujours accompagné non pas d'un chat mais d'une belle potiche qui s'amusera à fouetter l'héroïne, mauvaise idée car elle finira empalée à la place de cette dernière.

 

Les "Street Fighter" étaient la réponse japonaise au succès des Bruce Lee. Cette suite n'échappe pas à l'influence du petit dragon, chaque combattant étant obligé de pousser un cri de chat mouillé avant chaque affrontement. Sans parler de l'arme du méchant, qui ressemble étrangement à celle de Shih Kien dans "Opération Dragon", ni des tenues de Etsuko Shihomi qui sont totalement anachroniques, mais rappellent furieusement celles portées par Lee dans ses films. Nonobstant ces empreints flagrants, le film n'est jamais ennuyeux, malgré quelques incohérences et invraisemblances flagrantes, comme le retour sans explication de l'héroïne après une chute de plusieurs mètres ou l'apparition / disparition de certains seconds rôles, (ou est donc passée la blonde championne de karaté). C'est une bande dessinée pour adultes, pétrie de stéréotypes, avec le méchant et ses hommes de mains tout droit sortis d'un James Bond. On retiendra cependant un petit clin d'oeil d'ouverture vers les chinois, car l'héroïne vit à Hong Kong et est sino-japonaise ; on est loin des affrontements hargneux et nationalistes de Wang Yu (voir "les Dieux de la Guerre") et de la fureur dévastatrice de Chiba. La belle Etsuko Shihomi instaure son style plus fluide et moins percutant, mais toujours aussi efficace. Le film n'est peut-être pas le meilleur du genre (c'est du moins le plus célèbre), mais c'est toujours un plaisir de voir une belle rétamer une bande de dégénérés obsédés et machos (les mêmes qui pullulent dans les pornos japonais), ce qui est plutôt rare dans le cinéma japonais.



The Omega Man

Vote:
 
7.00/10 ( 10 Votes )
Clics: 4614
0

Autres films Au hasard...