Tueur aveugle, Le
Titre original: The Human Monster
Genre: Horreur , Policier , Krimi
Année: 1939
Pays d'origine: Grande-Bretagne
Réalisateur: Walters Summers
Casting:
Bela Lugosi, Wilfred Walter, Hugh Williams, Greta Gynt, Edmon Ryan, Alexander Field...
Aka: The Dark Eyes of London
 

Un nouveau cadavre est repêché dans la Tamise, Scotland Yard est sur les dents car ce n'est que le dernier en date d'une longue série. L'inspecteur Holt, chargé en partie de l'enquête, se fait passer un savon par son supérieur. Holt doit aussi, le jour même, recevoir un policier américain de Chicago accompagnant un faussaire notoire qui rentre à Londres pour y passer en jugement. Sur le quai de la gare, Holt croise la jeune et blonde Diana Stuart. Au même moment, dans une agence d'assurances, l'inquiétant docteur Orloff (Bela Lugosi) reçoit le père de Diana, Henry Stuart, pour lui remettre un chèque et lui faire signer en compensation un contrat d'assurance vie. Orloff se présente comme étant un philanthrope soucieux du bien être des aveugles et demande à Henry Stuart d'aller visiter, le soir même, un pensionnat destiné à ces derniers dont le directeur est un de ses amis...

 

 

"Le tueur aveugle" est la première adaptation d'un des plus célèbres romans d'Edgar Wallace, appelé lui aussi "The Dark Eyes of London". Que dire de ce film quasi oublié aujourd'hui, ni déshonorant, ni enthousiasmant, qui a au moins le mérite de ne pas ennuyer ses spectateurs. Comparé au krimi de 1961, ("Les mystères de Londres"), tiré de la même oeuvre, ce "Tueur aveugle" fait pâle figure, mais hélas le film allemand n'a été édité que dans la langue de Goethe. Ce qui me rappelle cette célèbre citation de l'ecclésiaste : "heureux les germanophones car le royaume des krimis leur est ouvert" (à moins que ce ne soit une citation de Flint, l'un des plus estimables critiques de "Psychovision"), mais trêve de digressions, revenons à nos aveugles.
Bon, vous l'avez sans doute deviné, l'auteur de la présente notule n'a pas grand-chose à dire sur ce film, oeuvre du duo Walter Summers - John Argylle, les deux chevilles ouvrières de la maison de production du second nommé (la "John Argylle Production") pour laquelle, des années 20 aux années 40, ils cumulèrent les fonctions de réalisateur, scénariste et producteur. Ce qui distingue ce film de la masse de leurs autres productions, ainsi que du nombre conséquent d'adaptations britanniques d'Edgar Wallace qui ne franchirent jamais la Manche, c'est la présence au générique d'une star, et quelle star : Bela Lugosi, car c'est de lui dont il s'agit, "has been" à Hollywood à l'époque du tournage, "icône post moderne" aujourd'hui.

 

 

Je me garderais bien d'évoquer sa carrière dans le cadre de cette modeste critique, ni de dire tout le bien que je pense de la "finesse" de son jeu d'acteur, pour me contenter de parler de sa prestation dans le présent film. Et bien, Lugosi se montre relativement sobre, sans doute parce qu'il joue le rôle d'une personne normale (en tout cas comparé à ses emplois habituels). Il a, malgré tout, quelques éclairs de "surjeu", courts mais (involontairement) amusants, qui m'ont fait croire un moment que son personnage était doué de pouvoirs hypnotiques. Le scénario du film s'est d'ailleurs éloigné du roman pour mieux coller à sa vedette. Le résultat n'est pas toujours heureux, gommant l'aspect whodunit pourtant inhérent au krimi, tant il est évident, de toute façon, que Lugosi ne pouvait incarner que le criminel. Toujours pour mieux coller à l'image que l'on se fait de Lugosi, le scénario ouvre quelques pistes qu'il se garde bien de développer (comme le statut d'ex-médecin d'Orloff, et ses expériences supposées sur les aveugles), présente quelques légères incohérences (pas bien graves) et ménage une (petite) surprise.

 

 

L'autre acteur marquant du film, c'est l'obscur Wilfred Walter, dans le rôle secondaire mais crucial du tueur aveugle qui donne son titre français au métrage. Si je me suis moqué de la prestation de Bela Lugosi, je dois avouer que, comparée à celle de Wilfred Walter, elle est admirable. "Mein Gott" qu'il est mauvais, on m'objectera que sous un tel déguisement n'importe qui serait ridicule, sauf que Wilfred Walter a conçu lui même son grotesque maquillage, et à sa demande. Un acteur complet donc, formé au célèbre "Old Vic" où la frontière entre jeu shakespearien et cabotinage est mince.
En comparaison, le reste de la distribution parait bien terne. Un mot quand même sur l'atout charme du film, la blonde Greta Gynt ; née en Norvège, elle partit au milieu des années 30, a à peine 20 ans, à l'assaut des îles britanniques pour y gagner gloire et richesses, comme ses compatriotes masculins l'avaient fait un millénaire plus tôt avec des arguments plus tranchants. Pas grand chose à dire sur sa prestation très correcte dans ce "Tueur aveugle" si ce n'est que le couple qu'elle forme avec Hugh Williams (dans le rôle de l'inspecteur Holt) manque cruellement de charisme.
Pour l'anecdote, si le nom de l'anti-héros vous est familier, ce n'est pas une coïncidence, Jess Franco vit en effet ce film durant son adolescence dans l'Espagne franquiste (et lui trouva des qualités qui m'ont malheureusement échappé), et le personnage du Docteur Orloff dans ses films est bien un hommage à celui de Lugosi dans "Le tueur aveugle".
En résumé, un film anodin mais sympathique doté d'un charme suranné. Bela Lugosi a fait bien pire.

 

 

Note : 5,75/10

Sigtuna

 

En rapport avec le film :

 

# La fiche dvd Artus Films du film "Le tueur aveugle"

 

Vote:
 
5.38/10 ( 8 Votes )
Clics: 4167
0

Autres films Au hasard...