Volcano High
Titre original: WaSanGo
Genre: Fantastique , Action
Année: 2001
Pays d'origine: Corée du Sud
Réalisateur: Tae-gyun Kim
Casting:
Hyuk Jang, Min-a Shin, Su-ro Kim, Sang-woo Kwone, Jun-ho Heo...
Aka: Hwasan Highschool
 

Enfant, Kyoung-Sou est tombé dans un aquarium rempli d'anguilles. A la suite de cet accident, il obtient le pouvoir de contrôler la foudre. Mais ne le maîtrisant pas, il se fait virer, de lycée en lycée, pour violence à l'encontre des professeurs et des proviseurs.
Volcano High est la dernière école de la région qu'il peut intégrer. C'est sa dernière chance, et il compte bien se maîtriser afin d'éviter les problèmes. Dans ce lycée, des jeunes manipulent eux aussi leur force intérieure, se défiant les uns les autres pour savoir qui sera le plus fort de Volcano High ; et par ce titre hériter du manuscrit sacré qui leur confèrera alors une grande puissance. Mais le conseiller principal d'éducation cherche aussi à s'emparer de ces textes. Il demande de l'aide à cinq professeurs aux méthodes peu éducatives. Kyoung-Sou va alors devoir révéler sa véritable puissance pour se battre, avec les autres élèves, contre ces enseignants.

 

 

L'intérêt des films de baston comme Crows Zero de Takashi Miike est qu'il y a, quand ceux-ci sont bien faits, une critique sociale très forte. Car ce genre de film est destiné, avant tout, à un public jeune qui n'a pas forcément le recul nécessaire pour avoir des réflexions sur la situation de son pays. Volcano High est lui aussi une critique de la Corée. En effet, le fait que l'école soit divisée en plusieurs clans ne pouvant s'unifier pour combattre la menace que représente les professeurs symbolise la division entre le Nord et le Sud.
La Corée s'est divisée en deux pays, les Coréens du nord détestent leurs voisins du sud, et vice-versa. Même si, à la fin, les élèves s'unissent enfin pour combattre la menace, ils continueront néanmoins à se défier, comme si il y avait une impossibilité à rester soudé. Quant aux enseignants, ils mettent en évidence la dictature du gouvernement coréen et son esprit militaire. Le C.P.E. les fait venir afin d'exercer des lavages de cerveau sur les élèves. Il les vide de leurs "mauvaises pensées" et leur inculque ce qu'il désire, pour leur enlever toute personnalité et les transformer en robot, selon sa volonté.

 

 

Le film met en scène des personnes possédant des pouvoirs surnaturels qui leur permettent de léviter, projeter de l'énergie ou contrôler l'eau. L'ambiance du film et le décor semblent tout droit sortie d'un jeu vidéo ou d'une bande dessinée, comme si les jeunes Coréens vivaient dans une sorte de rêve, en substituant les jeux vidéo à la vie réelle. Il faut aussi préciser que les Coréens sont les champions du monde de la plupart des jeux vidéo, et représentent de toute façon la majorité des joueurs (proportionnellement à leur pays) sur les différents réseaux multi-joueurs. D'ailleurs, la plupart des personnages dans le film ont un pseudonyme en plus de leur véritable nom : Jang Lyang, le n°1 du club d'haltérophilie devient le Diable impitoyable ; You Tchai-Yi, n°1 du club de kendo, devient Jade de glace ; Song Hak-Lim, leader de Volcano High, devient La Grue des bois de pin. Le personnage qui utilisera le plus cette tendance est Jang Lyang, changeant même de prénom (à la base, il s'appelle Jang Dal-Choune).
Ils jouent tous un rôle ayant pour but de convaincre le héros à prendre part à la bataille, comme les personnages des jeux, qui aident le joueur dans sa quête. La Grue des bois de pin libèrera la force de Kyoung-Sou, que le professeur Ma (le leader des enseignants) avait entravé. Jade de glace lui apportera l'amour, et le Diable impitoyable se sacrifiera, causant la colère du héros.
De plus, l'histoire est un récit initiatique comme dans la plupart des jeux (les RPG/jeux de rôle, entre autres), puisque le héros subira des épreuves pour finalement découvrir, non pas le manuscrit sacré (qui est une sorte de McGuffin), mais quelque chose en lui. Il prend conscience que sa force peut-être contrôlée, et de ce fait n'est plus un poids.

 

 

Le plus intéressant, dans ce film, se trouve au niveau de l'esthétique et des effets spéciaux. Le lycée est pratiquement le seul décor. Les autres lieux sont uniquement utilisés pour des flashbacks, et ces derniers ne sont pas assez développés pour susciter un grand intérêt (ils sont en noir et blanc et extrêmement courts). L'image est travaillée par ordinateur pour enlever les couleurs chaudes. Ainsi, les couleurs froides rendent le lycée moins rassurant, et celui-ci tombe par moments dans les codes du film d'horreur. Cette atmosphère métallique, présente dès le début et jusqu'à la fin, emprisonne les personnages dans une prison. Ils ne peuvent alors que se battre, pour obtenir le titre du plus fort, comme le feraient des rats dans une cage, qui luttent pour manger l'autre. Le ciel ressemble aux limbes, inscrivant l'école dans un espace-temps différent du notre. Cela accentue l'aspect bande-dessinée, mais ferme tout espoir de liberté et de normalité. Une scène sort du lot, grâce à ses couleurs très vertes, mais elle ne dure que le temps d'un songe, pendant lequel Kyoung-Sou est charmé par la sœur jumelle du n°1 du club de rugby. Mais cela dit, le côté inquiétant reprend très vite le dessus, car le professeur Ma parvient à bloquer la force de notre héros.


La pluie est très présente, également, répondant au code des films d'actions, car elle rend les combats plus spectaculaires (Jet Li en est la figure par excellence : "Hero", "En sursis", Le maître d'armes, "Les seigneurs de la guerre"... mais aussi les scènes de batailles dans "Pirates des Caraïbes" ou "Master and Commander", ou encore Sylvester Stallone dans Rambo ; la liste est longue et les exemples ne manquent pas). Mais c'est aussi parce que le héros maîtrise la foudre, lui permettant de contrôler l'eau, comme on l'apprendra dans une scène (sous les douches) assez impressionnante.

 

 

Cependant, le plus marquant dans Volcano High est la beauté des effets spéciaux (proches de "Matrix", qui avait ouvert la voie en 1999). Avec le recul, on se rend compte qu'ils n'ont absolument pas pris une ride. Ils sont à la fois très sobres, et représentatifs de la force intérieure. Celle-ci est matérialisée, non pas sous la forme d'une boule d'énergie crépitant (comme le fameux "kaméhaméha" de Sangoku), mais plutôt comme une fluctuation de l'air, entourant l'énergie qui reste invisible. Cette discrétion des effets spéciaux rend l'univers plus crédible.
Les cascades sont aussi très réussies, se rapprochant des mouvements des combats de"Hero" ou "Tigre et Dragon". Cette légèreté des corps ne fait que mettre en évidence l'attachement des personnages à la terre ferme et au lycée. Le héros rêve de liberté, mais s'enferme dans une école à cause de sa force, qui devrait être justement une clé pour ne plus être emprisonné.
Enfin, par son côté démesuré, nous rentrons aussi dans l'univers de la bande dessinée. Les personnages ne sont que des caricatures, et la plupart d'entre eux ont des postures corporelles et faciales dignes d'un Jim Carrey. Cela rend Volcano High encore plus déjanté, sans toutefois tomber dans la parodie (grâce essentiellement au professeur Ma, le grand méchant).

Au final, c'est un film qui se laisse regarder, malgré quelques longueurs (dues en grande partie au caractère du héros, qui refuse de se battre). On en ressort assez satisfait, et content de ne pas avoir vu un film où les effets spéciaux seraient dépassés. Signalons également que les cascades, impressionnantes, ont été réalisées par les acteurs eux-mêmes (accrochés à des filins).

 

Note : 7/10

Kuro

 

Vote:
 
1.00/10 ( 1 Vote )
Clics: 2718
0

Autres films Au hasard...