Monsieur, vous êtes veuve
Titre original: Pane, vy jste vdova!
Genre: Comédie , Fantastique
Année: 1970
Pays d'origine: Tchécoslovaquie
Réalisateur: Václav Vorlícek
Casting:
Iva Janzurová, Eduard Cupák, Olinka Berova (Olga Schoberová), Milos Kopecký, Jirí Sovák, Cestmír Randa, Jan Libícek, Otto Simánek...
Aka: You Are a Widow, Sir
 

Dans un pays d'Europe imaginaire, le roi Rosebud IV reçoit son cousin Oscar XV. Lors de la cérémonie protocolaire, le maladroit sous-officier Bobo (c'est son nom, pas son statut social) tranche par inadvertance le bras d'Oscar XV. Si l'événement n'est pas dramatique pour Oscar, grâce à l'équipe chirurgicale du génial professeur Somr qui lui greffe un bras synthétique (en veau véritable) identique au membre perdu mais dépourvu de sensibilité, il l'est pour ce pauvre Bobo, devenu chômeur, et pour l'ensemble des forces armées du pays que Rosebud IV, suite à cet accident, a décidé de dissoudre dans un futur proche. Pour empêcher cela, l'ensemble des officiers supérieurs, avec à leur tête le général Otis, premier ministre de Rosebud IV, décide de planifier son assassinat. C'est l'ingénieux Major Steiner, ordonnance d'Otis, qui est chargé de la mise au point du putsch. Steiner est aussi le fiancé de la jeune et superbe actrice Molly Adams, amie de la célèbre tragédienne Evelyne Keletti dont le roi Rosebud IV est un grand admirateur. De son côté, Bobo va voir son ami l'astrologue Stuart Hample pour connaître son avenir. Stuart a la réputation de ne jamais se tromper, de fournir en informations (avant même qu'elles arrivent) le journal "Tempo" et d'avoir l'oreille du roi. Dans les astres, Hample voit que le destin de Bobo et le sien sont liés, qu'il (Hample) sera assassiné, mais que par la suite Bobo lui sauvera la vie et qu'il sera deux fois veuve (oui, veuve et pas veuf), puis qu'il épousera Molly Adams (dont il est secrètement amoureux) en même temps que le Major Steiner…

 

 

Si le résumé des dix premières minutes de cette délirante et hilarante comédie tchèque vous donne le tournis, c'est tout à fait normal. Avant de rentrer dans le film - et sa logique foutraque - le rédacteur de ces lignes est lui aussi resté dubitatif pendant le premier quart d'heure d'exposition. Il faut dire que le film semble partir dans tous les sens, avec la présentation d'une vingtaine de personnages "hors normes" (et je ne vous ai pas parlé de la plus gratinée, la "serial killeuse" obèse qui a deux fâcheuses manies : celle d'égorger ses partenaires sexuels mais aussi celle, moins banale, d'avaler les petits objets en or) dans une grande abondance de détails au premier abord saugrenus, mais qui vont tous trouver leur place dans un scénario d'une efficacité comique redoutable.

Alors, n'y allons pas par quatre chemins, c'est sans doute l'un des films les plus drôles qu'il m'ait été donné de voir ; qui plus est, l'un des rares à dérouler quasiment toute la palette humoristique : comique de répétition, burlesque visuel, dialogues hilarants, quiproquo boulevardier, comique de répétition, décalage surréaliste, numéros d'acteurs, et bien sûr comique de répétition, humour fin, humour plus grossier, sans oublier le comique de répétition (à ce propos, saviez-vous qu'en fait il y a deux formes de comique ? Mais je m'égare). Certes, tous les gags ne font pas mouche, certains sont téléphonés, d'autres sont visibles à des kilomètres, et tous ne sont pas d'une extrême finesse, mais les scènes comiques s'enchaînent sans longueurs et avec un tel sens du rythme que l'on ne peut qu'être conquis.

 

 

Alors, oui, on pourra trouver ce métrage moins original (encore que) et moins inventif formellement que Qui veut tuer Jessie ?, film pour lequel Václav Vorlícek connut la reconnaissance internationale cinq ans plus tôt. Il n'empêche que, des deux, le plus drôle c'est haut la main Monsieur, vous êtes veuve. Reste que les deux films sont de grandes réussites, des réussites que l'on peut attribuer à parts égales à Václav Vorlícek et à son coscénariste Milos Macourek. Grand pourvoyeur de synopsis délirants pour des films aux titres surréalistes, Macourek fut le scénariste principal des comédies fantastiques qui firent la réputation du cinéma tchécoslovaque des années 60 et 70. Même s'il travailla avec d'autres réalisateurs (Oldrich Lipský en particulier), et que de son coté Vorlicek lui fit de nombreuses infidélités, ce sont leurs œuvres communes qui sont considérées par leurs compatriotes comme le meilleur de la comédie tchèque. Si Milos Macourek nous a quitté en 2002, Václav Vorlícek, lui, est toujours actif (au moment où je rédige ces lignes) et a même réalisé en 2011 un film sur un vieux scénario co-écrit avec Macourek. Il faut reconnaître néanmoins que depuis les années 90 (comme tant d'autres réalisateurs des années 70) Vorlicek a perdu la recette qui rendait ses films si originaux.

 

 

Si Monsieur, vous êtes veuve est aussi drôle que réussi, c'est également grâce à ses formidables interprètes, et en premier lieu son actrice principale Iva Janzurová. Avec Iva Janzurová et Olinka Berova, on a là un duo féminin combinant la grâce et le talent... mais dans des proportions différentes. Bon, c'est un peu exagéré, car Olinka Berova n'est pas une mauvaise actrice et Iva Janzurová est loin d'être un laideron, même si sa "bouille" lunaire la prédisposait aux rôles de soubrette de comédie. Si ces deux comédiennes de la même génération on débuté au même moment (soit un peu moins de dix ans plus tôt), Olinka Berova (qui s'appelait encore Olga Schoberová) connut la renommée dès 1963 avec "Jo Limonade", alors que c'est avec ce film que Iva Janzurová devint une vedette de Plzen à Kosice. Elle fut d'ailleurs primée au festival du film fantastique de Trieste. Récompense méritée, tant sa prestation constitue un tour de force (elle joue un double rôle ou un triple rôle, suivant la façon dont on considère la chose, quoique toujours de la même personne, enfin disons sans transformation physique, dont un rôle d'homme transformé en femme et essayant de se faire passer pour une femme tout en faisant comprendre au public que c'est bien un homme... je ne sais pas si je suis très clair, là) et sa "vis comica" est évidente. Olinka Berova, pour sa part, joue un rôle plutôt décoratif, bien qu'important, pour sa deuxième (et pénultième) participation à un film tchèque, après l'échec de son "lancement" par la Hammer avec "La déesse des sables". Une Olinka Berova qui ne devait alors pas se douter qu'à vingt huit ans sa carrière était déjà derrière elle.

 

 

Coté masculin, comment ne pas citer Eduard Cupák qui, d'une certaine manière, a lui aussi un double rôle (ceux qui ont vu le film comprendront). Orphelin à dix ans, après que ses parents furent exécutés par l'occupant nazi pour falsification de carte d'alimentation, il fut un grand nom du théâtre tchèque. Mais son statut d'opposant au régime ralentit considérablement sa carrière cinématographique après 1968. Comment ne pas citer aussi le vétéran Milos Kopecký (héros du Baron de Crac de Zeman), pivot de l'intrigue dans le rôle du professeur Somr. Comment ne pas citer encore un autre vétéran du cinéma tchèque, Jirí Sovák, qui joue le rôle du roi. Le héros de Qui veut tuer Jessie ?, dont les cheveux ont viré à la couleur neige entre les deux films, était le comédien fétiche de Václav Vorlícek et du cinéma comique tchèque en général, dont il fut en quelque sorte le Bourvil, en plus aristocratique (pour continuer dans les analogies un brin foireuses, on peut dire que Kopecký fut le De Funès tchèque en plus flegmatique). Né Schmitzer, Sovák changea son nom durant la 2ème guerre mondiale, pour ne pas être enrôlé dans la Wehrmacht en tant que Volksdeutsche (durant la même période, Kopecký, lui aussi natif de Prague, dut lui aussi dissimuler son identité, voire se dissimuler tous court, mais parce que sa mère était juive).

Bref, de grands acteurs, et un grand film !

 

 

Note : 9/10

 

Sigtuna

Vote:
 
8.13/10 ( 8 Votes )
Clics: 3515

1 commentaire(s) pour cette critique


Autres films Au hasard...