Young Warriors
Genre: Action , Policier , Vigilante
Année: 1983
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Lawrence David Foldes
Casting:
Ernest Borgnine, Richard Roundtree, Linda Day George, James van Patten, Anne Lockart, Tom Reilly, Linnea Quigley...
Aka: The Graduates of Malibu High
 

La soeur d'un étudiant se fait violer et massacrer par un gang. Son frère décide de retrouver ses bourreaux, avec l'aide des membres de sa fraternité.

 

 

Suite de "Malibu High", un sexploitation que l'on peut trouver en DVD chez Bach Films, cette séquelle est une variation assez bizarre sur le thème de l'auto-défense. Le film commence comme un sous "Porky's" à tendance zoophile, avec lâcher de porc en pleine guindaille, bizutage et petites pépés peu farouches. Sans crier gare, tout bascule avec une scène de viol particulièrement gratinée où une étudiante subit les pires outrages en n'arrêtant pas d'appeler sa mère (on se croirait dans un rape & revenge crapuleux des années 70). Elle finira par succomber à ses blessures sur un lit d'hôpital, au grand désespoir de ses parents (Ernest Borgnine et Lynda Day George) et de son frère qui va commencer une lente descente aux enfers, entraînant avec lui ses amis.
En effet, le film passe alors à la vitesse supérieure et devient un "vigilant movie", transformant nos bizuteurs en apprentis justiciers. Mais la vengeance est aveugle et entraîne de nombreux dommages collatéraux, comme vont l'apprendre à leurs dépends nos jeunes justiciers.

 

 

Sauf lors de quelques scènes, notamment celle du viol, les "méchants" ne sont jamais explicitement montrés ; leurs exactions sont bien évoquées, mais jamais le film ne s'attarde sur eux. Comme dans le film de Carpenter "Assaut", ce ne sont que des ombres, incarnation de la violence et du chaos, ils n'existent que pour faire le mal. Evidemment, combattre de tels individus, c'est abandonner soi même toute humanité, comme tente de le prouver depuis quelques années plusieurs "vigilant movies", et surtout notre bien aimé "Punisher" (version papier) qui abandonne toute émotion pour se transformer en machine à tuer.
C'est à ce dur exercice de déshumanisation que va être confronté Kevin et ses amis. Désemparé par l'attitude des autorités, dont son père lui même inspecteur (Ernest Borgnine), Kevin va peu à peu couper tous ses liens sociaux et familiaux pour s'isoler dans sa vengeance, au point de se séparer de sa petite amie (excellente et bouleversante Anne Lockhart) et s'éloigner de sa famille (surtout sa mère), un comportement qui va déteindre sur ses "amis", qui se referment peu à peu sur eux-mêmes au point de devenir des parias.
Mais avant de pouvoir assouvir sa vengeance, Roger et sa bande de vigilants vont expérimenter le douloureux chemin de l'initiation (ce qu'ils faisaient subir aux bizuts au début du film), en accumulant les erreurs et maladresses au point d'abattre deux jeunes braqueuses lors d'une fusillade disproportionnée, et de perdre l'un des leurs, égorgé par les fameux violeurs. Mais cela ne refroidira pas notre petit groupe, qui finira par débusquer les violeurs à la camionnette noire ; tout cela finira dans la poudre et le sang.

 

 

Ne vous laissez pas abuser par une affiche racoleuse et un titre accrocheur, car nous sommes ici face à un faux film d'action mais un vrai film schizophrène, qui semble par moments se diriger vers une étude de moeurs, mais sans jamais vraiment abandonner son côté cinéma d'exploitation qui resurgit par à-coups. Des fusillades filmées au ralenti avec impacts de balles bien sanglants, l'apparition stylisée des violeurs et leur véhicule, le chien qui fait partie intégrante du groupe au point d'arborer une casquette militaire lors des patrouilles nocturnes, la scène d'amour sortie d'un mauvais soap avec des centaines de bougies... ce côté "exploitation" est renforcé par son casting typique.

 

Doit-on encore présenter Ernest Borgnine, qui fait partie de l'inconscient collectif, chacun se souvenant de lui dans un rôle différent ("New-York 1997", La horde Sauvage, "L'aventure du Poséidon", "Le trou noir"...).

 


Richard Roundtree, lui, est surtout connu pour son rôle de Shaft, l'un des premiers "héros" cinématographiques noir américain. Lynda Day George interpréta le rôle de Lisa Casey dans la série télé "Mission Impossible". En 1970, elle épouse l'acteur Christopher George avec qui elle tournera nombre de films. Young Warriors sera le seul film dans lequel elle jouera après la mort de son mari en 1983. Elle apparaîtra ensuite dans quelques séries télé avant d'arrêter de tourner. Les fans de la série "Galactica" se souviennent encore d'Anne Lockhart, alias le Lt Sheba. L'actrice est l'un de ces visages familiers apparus dans une kyrielle de séries télé des années 80-90 ("Buck Rogers", "Magnum", "Simon & Simon", "Supercopter", "JAG", "Walker"...). Deux autres noms connus apparaissent au générique, comme Mike Norris (fils de Chuck) et Linnea Quigley, "scream queen" des années 80, dont le rôle de punkette nue dans "Le retour des morts-vivants" a traumatisé plus d'un zombie.

Le réalisateur/ producteur Lawrence D. Foldes n'est pas ce qu'on pourrait appeler un réalisateur notoire. On pourrait même dire qu'il a une filmographie plutôt erratique (six films réalisés en vingt-trois ans) comprenant des oeuvres comme "Don't Go Near The Park", une histoire de cannibales immortels, ou "Nightforce", un film d'action marrant avec Linda Blair. Bref, rien de confondant, seul "Don't Go Near The Park" est connu pour apparaitre dans la fameuse "nasty" liste de la censure anglaise. En comparaison, Young Warriors demeure son film le plus réussi, du moins le seul qui semble avoir marqué durablement les personnes qui l'on vu. En effet, le film est une intéressante et douloureuse digression sur un thème connu ; on ne voit pas toujours où veut en venir le réalisateur mais l'ensemble, malgré de nombreux défauts, se laisse regarder sans regret.

 

 

The Omega Man

Vote:
 
7.75/10 ( 4 Votes )
Clics: 3440
0

Autres films Au hasard...