Hyenas
Genre: Horreur , Fantastique
Année: 2010
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Eric Weston
Casting:
Christa Campbell, Costas Mandylor, Joshua Alba, Rudolf Martin Christina Murphy, Meshach Taylor , Bar Paly, Andrew James Allen...
Aka: Hyenas - la meute Sanglante
 

Une femme et son bébé sont massacrés dans des circonstances particulièrement abominables, le mari de la victime, Matthew Gannon, va découvrir que sa famille a été victime de créatures mi-humaines mi-hyènes. Avec l'aide d'un vieux chasseur un peu fou, il décide de les traquer. Mais bientôt les chasseurs deviennent des proies car les créatures de la nuit, dirigées par Wilda, sont sur leurs traces.

 

 

Depuis la démocratisation des effets spéciaux numériques, les lycanthropes sont devenus des valeurs sûres des productions fantastiques. Malheureusement, cela entraîna la fin des exploits de Rob Bottin ("Hurlements") et autres Rick Barker ("Le Loup garou de Londres"). Place aux morphings hideux pas toujours réussis. Il faut avouer que les loups garous ont toujours inspiré une certaine curiosité et si aujourd'hui la technologie a multiplié le nombre de productions lycanthropiques (on a même droit à une série télé sur MTV "Teenwolf"), à chaque fois le même problème revient, comment différencier la physionomie du monstre de son prédécesseur ? Cela donna au cours des années pas mal de petites perles du n'importe quoi. Ainsi la série des "Hurlements" qui avait pourtant bien commencé avec le film de Dante a pris très vite des orientations des plus curieuses : loups garous lubriques et à fortes poitrines dans Hurlements 2, loups garou marsupiaux de "Hurlements 3" ou loups garous invisibles dans l'opus 5. Dans le délire on peut aussi citer Metalbeast qui mélangeait allègrement loup garou et cyborg, alors que dans un registre plus léger nos héros en pâte à modeler "Wallace & Gromit" devaient affronter un lapin garou. Mais tout cela n'est rien comparé à l'idée qui vient subitement à l'esprit d'Eric Weston, réalisateur d'un formidable Evilspeak alias Messe Noire, mais aussi d'un film de guerre avec Johnny Hallyday ("Iron Triangle") : le scénariste réalisateur décide de remonter aux sources africaines du mythe et de modifier quelque peu les données de base, la transformation ne se fait plus en loup mais en hyène !

 

 

Un choix qui peut paraître biscornu pour un animal victime de sa mauvaise réputation et de son rire déplaisant. Considérées comme des charognards, les hyènes sont en fait de redoutables chasseurs, de plus la meute est basée sur une organisation matriarcale car les femelles sont toujours plus fortes et plus imposantes que les mâles. La domination de la femelle est héréditaire. Elle donnera naissance à une future dominante. Si plusieurs petites femelles naissent dans cette portée, on dit que la petite future dominante tuera très vite les autres petites femelles. L'idée intéressante du réalisateur est d'avoir intégré avec plus ou moins de bonheur ces données dans son script. Il s'amuse avec cette communauté commandée par des femmes qui se battent pour le pouvoir, il se permet un clin d'oeil lorsque quelques spécimens mâles se plaignent de leurs mauvaises conditions de travail. Malheureusement, pour le reste, Eric Weston se contente de rester dans la norme standard avec son duo de chasseurs et quelques adolescents en manque de sensations fortes.

Le clan est décrit comme une bande organisée se déplaçant dans des voitures et se rassemblant dans des lieux déserts comme une mine désaffectée. Rien ne les différencie des humains, ils peuvent donc s'infiltrer aisément parmi eux pour effacer leurs traces... enfin, une petite partie seulement, car les autres semblent s'évertuer à reproduire tous les poncifs vestimentaires des bandes urbaines (lunettes noires, bandanas, tatouages,…) et des gothiques, histoire de bien se faire remarquer.
Par contre, le script reste assez évasif sur certains points : les victimes mordues sont-elles contaminées comme avec un loup garou ? Les transformations ont l'air de se passer essentiellement la nuit ou dans l'obscurité, peuvent-elles se faire en plein jour ? Le mode de reproduction n'est pas très clair et à peine évoqué (les femelles de la meute semblent devoir se reproduire avec des humains, mais pourquoi ?)

 

 

L'un des points positifs du film (peut être le seul pour certains) est la présence de la pulpeuse Christa Campbell, une scream queen qui commença sa carrière dans des films érotiques et qui gagnera peu à peu ses galons en jouant dans des productions comme 2001 Maniacs, "Hell Driver", "The Wicker Man", "Day of the Dead" (version 2008), "Spider 3D"… Son rôle dans Hyenas rappelle un peu celui de Belinda Balaski dans "Hurlements", en tout cas chacune de ses apparitions est un réel plaisir, il faut la voir entièrement nue monter sur le capot d'une voiture dont les occupants subjugués ne remarquent pas la présence d'une bande de hyènes sur la banquette arrière. Le réalisateur abuse d'ailleurs de ce genre de scènes où érotisme et effets spéciaux se mélangent allégrement. Les effets numériques sont parfois réussis, mais souvent à la limite de l'acceptable, pourtant Weston soigne son film et certaines séquences sont particulièrement réussies : la voiture noire de la meute, les attaques, la vision nocturne verdâtre des chasseurs...

Handicapé dès le départ par un sujet casse gueule et de grossières erreurs de casting (Meshach Taylor en chasseur est aussi crédible que Céline Dion dans Megavixen), Eric Weston signe un film paresseux qui, même s'il évite de se vautrer dans le ridicule, reste bien en deçà de ce que l'on pouvait espérer.

 

 

The Omega Man

Vote:
 
1.00/10 ( 1 Vote )
Clics: 2335
0
Écrire un commentaire pour ce film Écrire un commentaire pour ce film
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous enregistrer...

Autres films Au hasard...