Red State
Genre: Horreur , Thriller , Drame , Action
Année: 2011
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Kevin Smith
Casting:
Michael Parks, John Goodman, Melissa Leo, Kyle Gallner, Kerry Bishé, Michael Angarano, Nicholas Braun, Ralph Garman, Stephen Root...
 

Trois adolescents vivant dans le Midwest américain répondent sur Internet à une annonce promettant des relations sexuelles. Ils sont loin de se douter qu'ils vont tomber entre les mains d'une secte d'extrémistes religieux aux intentions macabres.

 

 

L'Amérique terre de liberté est un paradis pour les fondamentalistes et les intégristes en tous genres, qui déversent leur haine contre tout et n'importe quoi (le féminisme, les homosexuels, les musulmans, l'IVG, la théorie de Darwin, la viande rouge, les socialistes, le kamasoutra,…). Si les grandes villes comme New York, Boston, Seattle et San Francisco restent l'Amérique des scientifiques et des lettrés (une bande de pédés), la campagne profonde est devenue religieuse, puritaine et nationaliste (vive Sarah Palin !). C'est dans ce terreau fertile que pullulent des communautés qui vivent pratiquement en autarcie et souvent armées jusqu'aux dents. L'un des exemples les plus célèbres reste le drame de Waco, ville du Texas où s'était installé un groupe de fanatiques religieux appelé les "Davidiens". 28 février 1993 : des membres de l'ATF (Bureau fédéral des alcools, tabacs, armes à feu et explosifs) se présentent pour arrêter le leader et quelques adeptes à propos d'une histoire d'armes à feu illégales que possédaient le groupe : l'opération tourne au fiasco et le FBI doit prendre la relève. Après 51 jours de siège, le FBI donne l'assaut, résultat : 82 personnes dont 21 enfants et le leader du groupe, David Koresh, périssent.

 

 

La communauté décrite par Smith dans son film est basée sur les mêmes critères, leurs membres vouant une haine viscérale à l'homosexualité et à tout ce qui se rapproche du sexe. Trois jeunes branleurs échappés d'"American Pie" vont en faire la douloureuse expérience : ayant repéré un plan baise avec une MILF sur internet, voila nos trois lascars partis s'envoyer en l'air. Mais si la belle a l'air chaude, c'est à l'idée de faire passer nos trois nigauds "ad patres", car elle est membre d'une secte religieuse qui compte bien châtier les trois pervers racolés sur le net. Ne vous attendez pas à un déferlement de tripaille façon "Hostel", le film de Smith est beaucoup plus subtil et surtout effrayant. Michael Parks est excellent dans son rôle de pasteur intégriste, ses interventions sont à la fois grandioses et atterrantes (une sorte de Christine Boutin en roue libre). Mais si le prédicateur est particulièrement inquiétant, ses adeptes sont eux tout bonnement effrayants. En bonne position, Sarah la fille du pasteur qui a servi d'appât, une bonne chrétienne qui, au nom du seigneur, vous viderait un chargeur dans le bide (ou autre part) sans le moindre remord. Son mari ne vaut pas mieux, seule leur fille Cheyenne semble avoir une once d'humanité en voulant sauver les enfants du groupe lors de l'assaut final. Les actions de ces soi-disant bon chrétiens reflète parfaitement leur état d'esprit dégénéré, ils exécutent des homosexuels lors de prêches qui ressemblent à des cérémonies démoniaques, les emballant dans du cellophane afin d'éviter la contamination et les exécutent d'une balle dans la tête, puis, comble du cynisme, débarquent à l'enterrement de leurs victimes déversant leur haine et leurs slogans sur la famille et les amis du défunt.

 

 

Si les membres de la communauté sont particulièrement gratinés, les autorités ne le sont pas moins, avec un shérif pleutre, homosexuel refoulé et excité de la gâchette et un membre de l'ATF cynique et légèrement caractériel envers sa hiérarchie (John Goodman, excellent). Le siège sera l'occasion de quelques bavures bien saignantes et les survivants ne seront pas nécessairement les plus innocents ou vertueux. S'il est trop tard pour qu'un peu d'humanité vienne reprendre son bon droit, la justice, même malmenée, aura de quoi se rassasier. A ce titre, le débriefing de John Goodman qui clôture le film est d'un cynisme hallucinant, aussi angoissant que les sermons haineux du pasteur. Tout le monde en prend pour son grade et seuls nos trois malheureux branleurs semblent avoir obtenu grâce aux yeux du réalisateur (mais pas des ouailles du pasteur).

 

 

Un film aussi engagé surprend venant d'un réalisateur comme Kevin Smith à qui l'on doit des oeuvres comme "Clerks, les glandeurs", "Jay & Bob contre-attaquent" ou Zach et Miri font un porno, des films hautement jouissifs qui font la part belle aux dialogues délirants et aux personnages décalés (ou l'inverse !). Mais en réfléchissant, pouvait-il en être autrement ? En effet depuis "Dogma", le pauvre Smith se fait laminer la tronche par la critique "branchée" qui n'arrête pas de le piétiner en radotant "c'était mieux avant". Le réalisateur n'avait plus beaucoup d'autre choix, il choisit donc de réaliser vite fait un vrai pamphlet anti intégriste, car le brave Kevin au travers de ces fondamentalistes tarés vise aussi d'autres types de sectarisme. Même si le film n'est pas exempt de défauts (loin de là), il donne l'occasion à son réalisateur de prouver son incroyable virtuosité technique comme le montre l'ébouriffante tentative d'évasion de l'un de nos trois queutards qui traverse le repère des fondamentalistes de pièce en pièce : caméra subjective, montage cut, tout y est mais avec une netteté incroyable, loin des hachis Parmentier de Bay et consorts, une course poursuite haletante à la conclusion des plus brutales. Rien que pour cette courte scène, le film mérite largement d'être vu car Red State, en plus d'être une claque, est surtout un magnifique doigt d'honneur à tous les réactionnaires.

 

 

The Omega Man

Vote:
 
5.50/10 ( 2 Votes )
Clics: 2372
0
Écrire un commentaire pour ce film Écrire un commentaire pour ce film
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous enregistrer...

Autres films Au hasard...