Transgressing
Titre original: Trasgredire
Genre: Erotique
Année: 2000
Pays d'origine: Italie
Réalisateur: Tinto Brass
Casting:
Yuliya Mayarchuk, Jarno Berardi, Francesca Nunzi, Max Parodi, Mauro Lorenz, Leila Carli, Vittorio Attene, Antonio Salines...
Aka: Cheeky
 

Carla, superbe blonde, quitte Venise et son petit ami Matteo pour se rendre à Londres. A la recherche d'un appartement, elle fait la rencontre de Moira qui tient une agence immobilière. Ex-femme d'un play-boy (Mario), Moira est devenue une lesbienne convaincue et tombe immédiatement sous le charme de Carla. Celle-ci, qui étouffait à Venise à cause de la jalousie maladive de Matteo, se montre peu farouche devant les attouchements de Moira, même si l'amour entre femmes ne l'intéresse pas plus que cela.
Petit à petit, Carla se laisse entraîner dans l'univers de Moira, découvrant grâce à elle une Londres interlope où le sexe occupe une place prépondérante.

 

 

Calé entre "Monella" et Senso '45, Trasgredire est un film relativement quelconque au sein de la filmographie érotique de Tinto Brass. A partir d'un titre basé sur un jeu de mots, opposant les mots "tradire" (trahir) et "trasgredire" (transgresser), le réalisateur a voulu développer une fois encore le thème de la jalousie masculine comme sentiment nécessaire afin de retrouver la passion de l'être aimé. La jalousie est une étape conduisant à la redécouverte du plaisir, tel est le parcours qui attend Matteo depuis Venise jusqu'à Londres, tandis que Carla, plus frivole, est en quête d'une sexualité moins stricte, plus débridée.

Le problème de Transgressing tient autant à la maigreur de son scénario qu'au jeu de ses interprètes. A commencer par le premier rôle féminin, l'Ukrainienne Yuliya Mayarchuk, stéréotype de la blonde nunuche et nymphomane, qui s'avère aussi belle que mauvaise actrice. Son partenaire masculin, Jarno Berardi, est du même calibre, et on ne sera pas étonné d'apprendre que les carrières de l'un comme de l'autre sont par la suite demeurées au point mort. Yuliya Mayarchuk aura néanmoins bénéficié de quelques rôles secondaires, notamment chez Carlo Vanzina et Abel Ferrara.
Le reste du casting est à l'avenant, assez médiocre, et constitué pour la plupart d'inconnus à l'exception de certains d'entre eux, aperçus dans d'autres films du metteur en scène italien, comme Francesca Nunzi ("Monella"), Max Parodi (Monamour) ou Antonio Salines (Le Voyeur).

 

 

Reste le savoir faire de Tinto Brass, et sa faculté à émoustiller le spectateur lors de séquences particulièrement chaudes au cours desquelles l'anatomie de ses actrices est dévoilée jusqu'au plus profond de leur intimité, comme avaient su le faire dans le passé des réalisateurs tels Jesus Franco ou Erwin C. Dietrich. Ainsi les scènes se déroulant à la piscine, rendez-vous de femmes magnifiques disciples de Lesbos, dans la douche peu après (avec Carla et Moira), dans le salon de massage ou encore sur la plage témoignent de la maestria du cinéaste pour dépeindre un érotisme torride toujours à la lisière du hard.

Ces quelques passages n'empêchent pourtant pas Transgressing d'éviter le label de comédie érotique sans grand relief (à part celui des postérieurs des actrices). Comparé à "La Clef", "Miranda", Paprika ou Senso '45, Trasgredire fait bien pâle figure, et la pourtant très jolie Yuliya Mayarchuk vient rejoindre la cohorte des actrices issues de l'Europe de l'Est incapables de soutenir la comparaison avec leurs rivales latines, bien plus sensuelles et charismatiques.
Le postérieur est le miroir de l'âme, peut-on entendre à un moment dans le film. Peut-être, mais quand l'œuvre est sans âme, qu'importe le postérieur...

 

 

Flint


En rapport avec le film :

# La fiche dvd Bach Films de Transgressing

Vote:
 
6.75/10 ( 8 Votes )
Clics: 4524
0

Autres films Au hasard...