Nom de code : Sakura
Titre original: Sakura Killers
Genre: Action , Ninja
Année: 1987
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Richard Ward, d'après le générique du film ; Wang Yu (as Richard Ward) et Dusty Nelson, d'après IMDB
Casting:
Chuck Connors, George Nichols, Mike Kelly, Cara Casey, Manji Otsuki, John Ladalski, Brian Wong, Thomas Lung...
Aka: Sakura Killers
 

Ami lecteur, si tu aimes les films de ninjas, alors ce film est fait pour toi. Enfin... si tu n'es pas trop difficile. Mais peut-on être difficile et aimer les films de ninjas ? Poser la question, c'est déjà y répondre. Ici, c'est bien simple : c'est con, par moment très con, rarement bon, jamais excellent (en tout cas volontairement).

L'intrigue, d'abord : des ninjas s'emparent d'une cassette vidéo dans un laboratoire secret et un duo d'Américains se rend à Taïwan pour la récupérer, vaguement dirigé par un mystérieux Colonel depuis son ranch, secondé par une jolie blonde fana d'aérobic. N'importe quoi.

 

 

Les acteurs, ensuite : une vraie gueule de cinéma en la personne de Chuck Connors (Soleil vert, Virus, Refroidi à 99%, Tourist Trap, et bien d'autres plus ou moins bons) ; un gros lourd musclé et dragueur au jeu aussi peu fin que son style de frappe ; un acolyte à l'air perdu dont on ne comprend jamais vraiment bien le rôle, pourtant important, hormis lors des combats ; une blonde qui ne sert à rien (quel misogyne a dit pléonasme ?) ; une amie asiatique qui tombe bien puisque son oncle est justement un ancien ninja (ah oui alors, ça tombe vraiment bien !) ; un oncle ancien ninja donc, qui se révèle un maître hors-pair pour apprendre les techniques du ninjutsu à des amateurs éclairés en un temps record ; une Yukiko sous la coupe des ninjas mais vite retournée par les bons ricains ; un chauve à moustache mais vrai spécialiste des arts martiaux vu dans pas mal de films quand il n'officie pas à la préparation des acteurs (John Ladalski : "Le cascadeur chinois", "Ninja Holocaust", "Kickboxer", Le sens du devoir V, ...) et bien sûr toute une flopée de combattants ninjas (qui n'ont d'ailleurs pas besoin d'être très nombreux : ces vaillants tueurs japonais avançant toujours le visage en partie masqué, leurs interprètes peuvent être de tous les duels sans qu'on les reconnaisse !)

 

 

Les combats, enfin : épuisants ! Du début à la fin, ils se multiplient, et va-z-y que je te savate, et va-z-y que je te shurikenne, et va-z-y que je te sabre de bas en haut ou de haut en bas ! A mains nues, agrémentés de coups de pieds, d'armes blanches et même d'un lancer de boomerang, il y en a tant qu'on finit par s'en lasser. D'autant plus vite, d'ailleurs, qu'on ne saisit pas trop pourquoi ces types se battent, le prétexte de la K7 secrète étant des plus flous et son explication vaguement scientifique et franchement à la ramasse n'arrivant que tardivement (et puis qui se battrait pour une K7 VHS ? A part quelques amateurs de cinéma bis purs et durs, je ne vois pas !)

S'ils ne sont pas trop mal réalisés, ces trop nombreux combats ne sont pas forcément très bien filmés et leur succession nous fatigue plus que leurs participants. Tout comme les dialogues qui remplissent plus qu'ils ne renforcent l'intrigue et dégagent un grand vide que quelques bourre-pifs façon arts martiaux nippons ne sauraient combler.

 

 

Un film à voir, donc, mais uniquement à plusieurs, avec des vivres et des munitions vaguement euphorisantes, sous peine de se faire très vite chier. Alors, et alors seulement, on pourra apprécier les multiples tenues colorées de George Nichols (chemises flashy, survêtement jaune, tenue de ninja rouge et masque !), les réparties profondes des uns et des autres (la blonde Karen, pestant contre "les Jaunes, qu'on dit pourtant si organisés" !), le sixième sens du Colonel, qui bute des ninjas entre deux swings de golf, les séquences d'entrainement aux techniques ninjas ("que les enfants commencent à apprendre dès 5 ans" mais que les deux "héros" vont assimiler en quelques jours...) et ces combats trop longs.

Dans sa version dvd, Sakura Killers était proposé en double programme avec The Black Ninja. Dans les deux cas, ces films sont vraiment faits pour l'amateur de ninjas. Enfin... s'il n'est pas trop difficile. Mais peut-on être difficile et aimer les films de ninjas ? (Merde, j'ai comme l'impression d'avoir déjà lu ça quelque part...)

 

 

Bigbonn

Vote:
 
5.00/10 ( 1 Vote )
Clics: 2233
0

Autres films Au hasard...