Dynamite Jackson
Genre: Blaxploitation , Action , Arts Martiaux
Année: 1974
Pays d'origine: Philippines / Etats-Unis
Réalisateur: Cirio H. Santiago
Casting:
Jeannie Bell, Stan Shaw, Pat Anderson, Ken Metcalfe, Max Alvarado, Chiquito, Percy Gordon...
Aka: Dynamite Wong & TNT Jackson
 

Diana Jackson a vingt-quatre ans. Elle est belle, habite dans un quartier de Harlem et il ne faut pas l'emmerder sinon elle va vous mettre en pièces. Oui, parce que Diana, surnommée TNT, est experte en arts martiaux en plus d'arborer une superbe coupe à la Jackson Five. Sans nouvelles de son frère Stag, elle décide de prendre le premier vol pour Hong Kong. Une fois sur place, elle se rend dans le Quartier Chinois, fait des mauvaises rencontres et met en fuite une demi-douzaines d'assaillants qui pensaient avoir affaire à une proie facile. Finalement, elle rencontre un certain Joe qui connaissait son frère (j'emploie l'imparfait parce que le teaser nous montre le pauvre Stag se faire dessouder par les membres d'un cartel de drogues). Joe accepte de l'aider et leurs investigations les conduisent à Sid, qui dirige un trafic d'héroïne, Elaine sa maîtresse, ainsi que Charlie et Ming ses hommes de main. Diana va tenter de se faire une place dans le milieu de la drogue, persuadée qu'il s'agit de la meilleure piste pour savoir ce que Stag est devenu.

 

 

TNT Jackson est un film important dans la carrière du cinéaste philippin Cirio H. Santiago. Non pas qu'il s'agisse de l'une de ses plus grandes réussites, mais parce qu'il a trouvé avec ce long métrage un concept efficace (héroïne belle et sachant se défendre, recherche d'un parent disparu, infiltration dans une organisation criminelle, bastons à gogo, vengeance et rythme non stop) à tel point qu'il le recyclera en deux occasions : en 1981 avec Attaque à mains nues, et en 1993 avec "Angelfist".
Déjà, rien que le titre est à lui seul un recyclage, ou disons plutôt un clin d’oeil involontaire au Cleopatra Jones tourné l'année précédente par Jack Starrett. Même si, en l'occurrence, il convient de ne pas blâmer Cirio Santiago mais plutôt les distributeurs français qui avaient rebaptisé le film Dynamite Jones avant même que TNT Jackson ne sorte aux USA. Du coup, lorsque le film de Santiago sortira (tardivement) en France, ce sera sous le titre de Dynamite Jackson. Pour couronner le tout, une autre production des Philippines (avec Hong Kong), mettant aussi en lice une femme experte en arts martiaux et réalisée par Bobby A. Suarez, sortira en 1979 sous le titre Dynamite Johnson avec une héroïne ayant pour nom Cleopatra (c'est bon, tout le monde suit ?) ! Il y a de quoi y perdre son latin d'autant que "Cleopatra Wong", trilogie initiée en 1978 avec Marrie Lee dans le rôle titre, se définit également comme un cocktail de charme et d'arts martiaux.

 

 

Mais revenons à Dynamite Jackson. Il s'agit là d'un pur film d'exploitation, qui a le mérite de ne pas s'étirer en longueurs puisqu'il dure moins d'une heure et quart. L'action y est omniprésente, avec un quota de bastons largement rempli et un zeste d'érotisme toujours appréciable. L'intrigue est on ne peut plus linéaire et prévisible, mais peu importe, on ne s'ennuie pas même si Jeannie Bell, ancien top model, ne maîtrise pas plus les arts martiaux que Tamara Dobson dans Cleopatra Jones. Les combats sont ainsi axés sur une recherche de l'esthétisme, à défaut d'être réalistes. Pour sûr, on est loin de la Shaw Brothers.
Jeannie Bell, qui jouera la même année dans l'excellent "Policewomen" de Lee Frost, va être confrontée à tout un panel d'adversaires parmi lesquels Stan Shaw (Darktown Strutters) ou encore Pat Anderson ("Cover Girl Models"). Le chef du cartel, Sid, est quant à lui interprété par Ken Metcalfe, qui aura un rôle identique dans Attaque à mains nues et sera un acteur récurrent de Cirio Santiago. Ken Metcalfe est même crédité en tant que co-scénariste de TNT Jackson. La seconde personne responsable du scénario n'est autre que Dick Miller, acteur depuis une soixante d'années à la filmographie impressionnante que Joe Dante a régulièrement fait tourner. Selon certaines rumeurs, Roger Corman , qui a produit le film, aurait réécrit une partie du scénario parce qu'il ne lui convenait pas.

 

 

Peu importe, l'essentiel est que Dynamite Jackson, sans casser trois pattes à un canard, divertit et remplit son contrat en termes d'action. Il ne faut surtout pas rater la scène située aux alentours de la quarante-cinquième minute, où Diana Jackson est assaillie dans sa chambre par quatre hommes de Sid. Vous aurez donc l'occasion de voir Jeannie Bell porter deux slips de couleur différente lors de cette scène, grâce à un faux-raccord qui restera dans les annales du cinéma. Et puis, le combat final dans un hôtel de luxe où tous les protagonistes se retrouvent pour un affrontement dantesque vaut également le détour. Avec ce film, Cirio Santiago s'infiltrait dans le courant de la blaxploitation, un créneau dans lequel il allait persévérer avec des titres comme The Muthers, "3 panthères au combat" et "Le samouraï noir".

 

 

Flint



En rapport avec le film :

# La fiche dvd Le Chat qui fume de Dynamite Jackson

# Le fameux faux raccord :

Diana voit quatre assaillants surgir dans sa chambre pour lui régler son compte. Elle pose le peignoir, et entame le combat en petite tenue :

 

 

Elle porte une culotte de couleur marron. Notons, que durant le combat, la lumière n'arrête pas de s'allumer puis de s'éteindre. Dans l'obscurité, Diana grimpe sur un meuble et saute sur un adversaire :

 

 

Miracle ! Le slip est devenu blanc. Ce qui déconcerte quelque peu son assaillant :

 

 

D'autant que, un miracle n'arrivant jamais seul, dans la seconde qui suit la petite culotte de Diana a retrouvé sa couleur initiale :

 

Vote:
 
6.29/10 ( 7 Votes )
Clics: 3244
0

Autres films Au hasard...