Commissaire X dans les griffes du dragon d'or
Titre original: Kommissar X - In den Klauen des goldenen Drachen
Genre: Aventures , Espionnage
Année: 1966
Pays d'origine: Autriche / Singapour / Allemagne /Italie
Réalisateur: Gianfranco Parolini
Casting:
Tony Kendall, Brad Harris, Barbara Frey, Luisa Rivelli, Ernst Fritz Fürbringer, Gisella Hahn, Nikola Popovic...
Aka: Las garras del dragon rojo / Agente Jo Walker operazione Estremo Oriente / So Darling, So Deadly
 

Le professeur Akron a créé un filtre (à partir d'un diamant) capable d'amplifier la puissance d'un faisceau laser. A un tel point que le laser ainsi équipé devient une arme aussi dangereuse que mortelle. L'invention du scientifique ne tarde pas à parvenir jusqu'à Li Hu Wang, chef d'une vaste organisation criminelle établie au cœur de la vieille cité chinoise de Singapour. Se sentant en danger, Akron demande l'aide des Etats-Unis qui décident d'envoyer sur place le détective Jo Louis Walker et le capitaine Tom Rowland. A peine arrivés à l'aéroport de Singapour, les deux hommes échappent de peu à un attentat. Walker et Rowland vont subir des attaques répétées avant d'être en mesure de rencontrer le professeur Akron et sa fille Sybille, que Li Hu Wang a projeté de kidnapper.

 

 

Avec cette troisième aventure du duo composé de Jo Walker alias le Commissaire X et du capitaine Rowland, la franchise repart sur les bases du premier volet, avec un scénario certes linéaire mais efficace et une réalisation énergique. On sent que Gianfranco Parolini, en retrait dans Chasse à l'homme à Ceylan, a repris les commandes, et Commissaire X dans les griffes du dragon d'or se pose en film d'action du début à la fin sans la moindre baisse de régime.
L'intrigue suit pas mal de similitudes au niveau des événements, à savoir que nos deux héros se retrouvent inlassablement dans des situations délicates, souvent en danger, et parfois prisonniers de leurs ennemis. Parolini passe ainsi une bonne partie de son temps à imaginer de quelle manière son duo va être en mesure de s'en sortir. Concrètement, l'oeuvre a plus des allures de sérial que de pur film d'espionnage, ce qui n'est pas désagréable, bien au contraire.
Car si les mécanismes se répètent, les épreuves que subissent Walker et Rowland sont suffisamment variées pour éviter de tomber dans une certaine routine. Idem en ce qui concerne les lieux dans lesquels les héros se retrouvent prisonniers, à chaque fois différents (le siège commercial de Wang dans le quartier chinois, le laboratoire du professeur Akron et le repaire secret de Wang pour le final).

 

 

Au niveau du caractère des deux personnages principaux, on peut constater que le dilettantisme de Walker commence à déteindre sur Rowland. Alors que l'on pourrait imaginer que le duo irait directement rencontrer le scientifique dès son arrivée à Singapour, il n'en est rien. Les deux hommes s'installent dans un hôtel de luxe et Walker, après s'être débarrassé d'un type qui voulait le tuer, va piquer une tête dans la piscine et courir la gueuse, tandis que Rowland va faire du ski nautique. Ce qui nous vaut une scène croustillante avec un Brad Harris, vêtu de son seul maillot de bain, se faisant canarder par deux adversaires, et sortant alors de son slip un revolver habilement dissimulé dans un sac en plastique étanche !
Tom Rowland se décoince au fil des aventures, ce qui permet à Brad Harris de développer son potentiel comique pour le moins efficace, comme en témoigne ce passage dans le night-club d'un hôtel où Rowland se déchaîne littéralement sur la piste de danse. A ce niveau là, on en vient à se demander si Brad Harris ne surpasse pas les célèbres moulinets à venir (quelques années plus tard) de Roger Moore/Brett Sinclair dans "Amicalement votre".
Quant à Jo Louis Walker, il reste égal à lui-même, tombant amoureux de chaque jolie fille qu'il croise (et il y en a beaucoup), ce qui pose inévitablement des problèmes dans la mesure où plusieurs d'entre elles sont à la solde du grand méchant de l'histoire.

 

 

On en vient donc à Li Wu Hang, sorte de Fu Manchu qui, à l'instar de Christopher Lee, est interprété par un acteur occidental. Cet acteur, Nikola Popovic, est d'ailleurs le même qui incarnait l'ennemi n°1 du premier épisode, Le commissaire X traque les chiens verts. On remarque à ce propos dans le casting la présence d'acteurs communs dans les premier et troisième volets, comme celle de Giuseppe Mattei (le bras droit de Wang) ou du Français Jacques Bézard (un homme de main).
Le professeur Akron est joué quant à lui par Ernst Fritz Fürbringer, acteur à la carrière prolifique que l'on a pu voir dans pas mal de Krimi, comme La grenouille attaque Scotland Yard, Scotland Yard contre cercle rouge et Scotland Yard contre le masque où il tenait le rôle de Sir Archibald.
Au rang des vedettes féminines, on retiendra la présence de Gisela Hahn, aperçue dans "On l'appelle Trinita" d'Enzo Barboni mais également " Chasseur de l'enfer" de Jesus Franco et "Contamination" de Luigi Cozzi. Toute aussi blonde, Luisa Rivelli n'est pas forcément connue mais en cette année 1966 elle aura beaucoup tourné, notamment dans l'espionnage, dans des films comme Opération Opium, Opération Goldman et aussi le Colorado de Sergio Sollima.

 

 

Sans atteindre (notamment au niveau de son budget) la quasi-perfection du premier volet, Commissaire X dans les griffes du dragon d'or reste un spectacle de qualité, fort divertissant, dans lequel le spectateur n'a pas le temps de s'ennuyer et prend plaisir à partager la complicité qui unit Brad Harris et Tony Kendall à l'écran. Ces deux là ont l'air de s'amuser comme des petits fous et leur joie est communicative. Le spectacle est assuré par un nombre conséquent de figurants, les belles et dangereuses amazones au service de Li Hu Wang, des explosions spectaculaires techniquement réussies (l'avion à l'aéroport, la base du grand méchant), des situations de danger inventives (la cage d'ascenseur, la chambre des tortures de Wang) et une bonne dose d'humour au second degré. Et puis, ce côté sérial expliqué plus haut (conforté par le complice de Wang masqué d'une cagoule rouge) rend l'ensemble fort sympathique en plus de maintenir un rythme constant. Bref, ce troisième volet nous réconcilie avec cette franchise qui avait déçu lors de l'épisode précédent.

 

 

Flint

Vote:
 
6.80/10 ( 5 Votes )
Clics: 2674
0

Autres films Au hasard...