Ultime chevauchée, L'
Titre original: Raiders of Old California
Genre: Western
Année: 1957
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Albert C. Gannaway
Casting:
Jim Davis, Arleen Whelan, Faron Young, Marty Robbins, Lee Van Cleef, Louis Jean Heydt , Harry Lauter, Douglas Fowley, Lawrence Dobkin...
 

Une troupe de tuniques bleues profitent de la guerre pour faire main basse sur les terres d'un noble mexicain, Don Miguel Sebastian, après l'avoir battu. Des années plus tard, les soldats devenus propriétaires commencent à expulser les fermiers qui exploitaient la terre de Sebastian. Un juge et son fils Marshal viennent mettre un peu d'ordre dans cette étrange affaire.

 

 

Western de série B, L'Ultime chevauchée est réalisé et produit par un certain Albert C. Gannaway, homme d'affaires et amateur de Country, surtout connu pour avoir transposé à la télévision une des institutions américaines du samedi soir, un show radiophonique de musique country, "The Grand Ole Opry" (à noter que l'émission fait aujourd'hui encore le plein). Un gros succès qui va aider Gannaway à produire une série de westerns qu'il va aussi réaliser en 1957. Appliquant les règles de base de la série B, il réalise "The Badge of Marshal Brennan" et Raiders of Old California en utilisant le même casting et les même décors de l'Utah, la musique venant souvent d'un catalogue libre de droit. Gannaway réalisera une dizaine de films et n'hésitera pas à faire appel à des chanteurs s'étant produits dans son émission. Évidemment, aujourd'hui les noms de Chet Atkins, Marty Robbins ou Faron Young ne disent plus grand chose au grand public mais à l'époque c'étaient de vraies stars, il est d'ailleurs de coutume aux States que des artistes de Country se classent en tête des ventes, à égalité avec des artistes comme Michael Jackson, Madonna ou Elvis !

 

 

Si ce genre de procédé est bien pratique pour attirer les autochtones élevés aux pilons de poulet et à la Budweiser (bière américaine entre la pisse de chat et l'eau de vaisselle), à l'étranger il faut changer de tactique, ce sont donc les deux méchants du casting qui se retrouvent bien en évidence sur la jaquette. Jim Davis, véritable pilier du genre qui apparaîtra dans prés de 170 films (on notera "Le Jour de la fin des temps" (The Day Time Ended), petit film de SF produit par Charles Band), mais son titre de gloire restera sûrement pour beaucoup son rôle de patriarche dans la série télé des années 80 "Dallas". L'autre nom qui apparaît est celui de Lee Van Cleef qui, à l'époque, essayait désespérément de percer au cinéma (15 films rien que cette année là). Son interprétation de chien fou est sûrement l'une des raisons pour lesquelles ce film n'est pas tombé dans les limbes de l'oubli cinématographique. Belle revanche (posthume) pour l'acteur qui ne trouvera jamais aux Etats-Unis un rôle à sa mesure, une blessure et un penchant pour l'alcool l'ayant en effet empêché de décrocher autre chose que de la figuration. C'est presque un clochard qui est contacté quelques années plus tard par Sergio Leone pour tourner "Et pour quelques dollars de plus" aux côtés de Clint Eastwood en remplacement de Lee Marvin ! L'acteur accepte et enchaîne avec "Le Bon, la brute et le truand". Devenu une star en Europe, il continuera dans le western spaghetti, enchaînant les films parfois avec bonheur comme dans Sabata, Le dernier jour de la colère, Le Grand duel, etc. Il revient de temps en temps aux Etats-Unis pour quelques rôles ("La Chevauchée des sept mercenaires"), mais reste fidèle au vieux continent où il enchaîne les genres (guerre, policier, etc.) En 1981, John Carpenter fait appel à lui pour un rôle notable dans "New York 1997", incontestablement l'acteur est alors devenu culte !

 

 

Face à ces deux méchants, il fallait bien un autre duo et c'est le chanteur Faron Young qui interprète le rôle du Marshal (qui porte aussi le même nom dans le film) et le vétéran Louis Jean Heydt celui du juge : un duo assez particulier puisqu'ils sont père et fils (dans le film). A noter que le personnage de shériff interprété par Douglas Fowley semble avoir beaucoup inspiré les personnages de Stumpy dans "Rio Bravo" et Bull dans "El Dorado", ce n'est d’ailleurs pas le seul point commun entre les films de Hawks et ce Raiders of Old California puisque la trame contient aussi quelques similarités (un groupe de gentils contre un méchant propriétaire et ses hommes de main, le bureau du shériff comme lieu de ralliement, etc.) Évidemment, Gannaway n'a pas le talent de Hawks !
On peut regretter le rôle plus que facultatif de la belle et auburn (pas de chance le film est en noir et blanc) Arleen Whelan, alors en fin de carrière (quarante balais mais toujours à l'aise sur un canasson !). On ne peut même pas dire qu'elle est en détresse, en danger certes mais guère plus puisqu'elle est l'épouse d'un des soldats qui décide de trahir ses compagnons !

 

 

Le film se doit d'être regardé avec indulgence, les anachronismes fusent de toutes parts, ainsi les uniformes des soldats mexicains semblent venir de la série télé "Zorro", alors que les Américains portent l'uniforme de la guerre de sécession. Les pauvres Mexicains n'ont que de simples fusils a poudre et les tuniques bleues déjà des Colts six coups ! Qu'importe puisque l'action ne faiblit jamais, contenant toujours quelques oripeaux des sérails d’antan. Cette petite série B peut aussi compter sur une belle équipe de casse-cous / cascadeurs (Bill Coontz qui travaillera beaucoup pour le western mais aussi sur "She Demons", "Frankenstein's Daughter" et même "Convoy") qui s'en donnent à coeur joie surtout dans les bagarres à mains nues, comme le montre le face à face avec une bande d'Indiens patibulaires qui passaient par là. On notera aussi que malgré sa taille (une bonne tête de moins que son adversaire), le brave Faron Young réussit à mettre la pâtée à ce bon vieux Van Cleef !
Malgré son budget limité, le film se paye un final assez spectaculaire avec un troupeau de bovidés envahissant la ville, histoire de faire diversion pour que le méchant puisse s'enfuir, pas de panique ce dernier finira aplati.
Si vous avez comme moi été biberonné aux séries western ("Au nom de la loi", "Bonanza", "Rawhide", "Le Grand Chaparral" avec Linda Cristal, "Le Virginien", "Les Bannis", etc.) ce film vous rappellera le bon vieux temps, car la chose se regarde comme un épisode de série télé. Pour les autres, si vous avez moins de 25 ans, le choc risque de causer des lésions graves, mais avec de l'entraînement...

 

 

The Omega Man



En rapport avec le film :

# La fiche dvd Artus Films de L'Ultime chevauchée

Vote:
 
0/10 ( 0 Votes )
Clics: 1754
0

Autres films Au hasard...