Nuits érotiques d'une courtisane, Les
Titre original: Poppea, una prostituta al servizio dell'impero
Genre: Erotique , Comédie , Peplum
Année: 1972
Pays d'origine: Italie
Réalisateur: Alfonso Brescia
Casting:
Femi Benussi, Vittorio Caprioli, Linda Sini, Don Backy (Aldo Caponi), Peter Landers (Piero Scheggi), Eva Czemerys, Howard Ross...
Aka: Poppée, une prostituée au service de l'empereur / Messalina II: Poppea, die Hure von Rom / Poppea, una prostituta al servizio dell'imperio
 

Othon et Savio, deux vagabonds magouilleurs, se retrouvent comme gladiateurs dans l'arène à la suite d'une altercation avec une patrouille romaine. Par inadvertance, Othon arrête la lance d'un gladiateur mécontent qui visait Néron ! Les deux hommes sont alors invités à la cour de Néron !

 

 

Fin des années septante, un film fait beaucoup parler de lui : le "Caligula" de Tinto Brass. Mais le projet est embourbé dans de multiples tracas judiciaires et ne sortira qu'en 1979. L'un des producteurs italiens décide d'utiliser les décors du film de Brass pour tourner un autre péplum, Messalina, Messalina de Bruno Corbucci qui sortira en Italie en 1977, mais restera dans les cartons des distributeurs étrangers jusqu'en 1981 où il sortira sous divers titres : Messaline impératrice et putain, "Messalina Kaiserin und Hure", "Caligula II: Messalina, Messalina", "Caligula, Part II: Messalina", "Empress of Love", "Caligula: Sins of Rome", "Messalina, Empress of Rome". Le film de Corbucci ayant très bien fonctionné en Allemagne, les distributeurs teutons dégottent un film similaire (comédie+péplum+érotisme) intitulé Poppea, una prostituta al servizio dell'impero mais totalement antérieur au film de Corbucci. Qu'importe, puisque le retitrage sauvage va encore frapper ! Mais le plus incroyable de l'histoire est l'absence totale du personnage de Messaline dans le script original. Tant pis, le film sortira sous le titre de Messalina II: Poppea, die Hure von Rom. Ce film n'a plus aucun rapport avec le "Caligula" de Tinto Brass, les deux productions étant séparées de presque dix ans. Par contre, on retrouve au générique le prolifique Mario Amendola (137 films comme scénariste et 37 comme réalisateur) qui fit équipe avec un certain Bruno Corbucci, avec qui il va créer le personnage de l'inspecteur Nico Giraldi. On peut dire que le scénariste aura bien malmené la vérité historique avec quelques films comme Messaline impératrice et putain, Les nuits érotiques d'une courtisane, "La vie sexuelle d'Hélène de Troie"... L'homme n'est guère apprécié des historiens !

 

 

Le film de Brescia est plus une comédie érotique se passant dans la Rome antique qu'un vrai érotico-péplum. Mais de toute façon, à l'époque les films érotiques en costume étaient principalement des décamérotiques, un genre typiquement italien inspiré du "Decameron" de Pasolini qui compte une cinquantaine de films presque tous inédits chez nous et réalisés entre 1972 et 1976. Le péplum érotique sortira enfin des placards vers 1979, à la sortie du fameux Caligula, mais cette fois on abandonne l'humour pour des fresques en carton pâte et sandales dorées remplies de stock-shots et involontairement comiques !

Le scénario de Les nuits érotiques d'une courtisane se base sur l'un des principes inaliénables de pas mal de comédies italiennes, le duo de comiques qui se retrouve embringué dans de picaresques aventures, et ici interprété par Piero Scheggi (le gros barbu qui mange tout le temps) et Aldo Caponi (le grand brun séducteur). A leur côté, dans le rôle de Poppée, on retrouve la belle Femi Benussi, l'une de ces prolifiques actrices italiennes qui, à force de tourner tout et n'importe quoi (Tarzana), s'est retrouvée à l'affiche d'un Pasolini avec l'acteur Toto (Des oiseaux petits et grands) et de quelques petites perles comme Une hache pour la lune de miel, "Les mille et une nuits érotiques", Nue pour l'assassin, L'Empire du crime... Elle enchaînera les genres avec une prédilection pour les comédies érotiques, comme beaucoup d'actrices de l'époque. Elle quittera le métier à la fin des années septante, refusant de passer au porno.

 

 

Pour l'anecdote, Femi Benussi avait déjà interprété le rôle de Poppée dans "Les nuits érotiques de Poppée" (Le calde notti di Poppea), réalisé par Guido Malatesta, un cinéaste italien dont les titres de films font rêver (Maciste contre les monstres, Tarzan chez les coupeurs de têtes, Maciste vengeur du dieu Maya, Samoa fille sauvage).
Dans un petit rôle, on retrouve aussi la chaude Eva Czemerys, une actrice germano-russe qui est apparue dans de nombreuses séries B (souvent érotiques) italiennes aux titres évocateurs comme "Georgina la nonne perverse", "A l'ombre des barreaux", "Nuits érotiques d'une courtisane", "Journal secret dans les prisons de femmes", "Le Député plaît aux femmes", "Prostituée le jour épouse la nuit".

 

 

Renfloué par des distributeurs voulant profiter à peu de frais du filon des érotico-péplums, le film est exploité (en Allemagne) sous une jaquette racoleuse. Sans être un chef-d’oeuvre, le film de Brescia (à la surprise générale) s’avère supérieur aux nombreux navets tournés à la va-vite et il sortit dans la foulée du film de Tinto Brass. Déjà, l’érotomane sera bien servi car le film comporte nombre de scènes érotiques assez réussies (dont une longue séquence de naïades topless !), de plus les actrices sont aussi jolies et impudiques qu'aux charmes divers. Le duo Scheggi/Caponi a de petits airs de Spencer et Hill. On a même droit à une bonne vieille bagarre entre nos deux loustics et des soldats romains (ce qui les enverra illico dans l'arène) qui rappelle la glorieuse époque des films bourre-pif du duo précité.
La suite sera une succession de quiproquos et de malentendus (l'essence même de la comédie italienne), où l'on voit un empereur Néron lubrique et voyeur interprété par un Vittorio Caprioli (L'Aile ou la cuisse) qui ferait passer Mister Bean pour un neurasthénique ! La réalisation de Brescia est standard et professionnelle, le réalisateur s'en tire bien et signe peut-être l'un de ses meilleurs films. N'oublions pas que Alfonso Brescia (1930 - 2001) (alias Al Bradley) a réalisé avec un aplomb typiquement transalpin quelques perle du n'importe quoi, et cela dans presque tous les genres : Les Amazones font l'amour et la guerre, Le Manoir aux filles, "La Vie érotique d'Hélène de Troie", "Supermen contre amazones"... Mais son chef-d’œuvre reste sûrement The Beast in Space (version XXX), aka "La Bestia nello spazio", une version cul de ses précédents films de science-fiction d'une nullité déplorable (Anno zero guerra nello spazio, Star Odyssey, War of the Robots, Cosmos - War of the Planets).

 

 

Avec The Beast in Space, Brescia place la barre très haut et s'aventure là où nul autre n'était jamais allé ! Malheureusement, la médiocrité de ses films s'accentuant au fil du temps, il finira en réalisant notamment un Ator 3: Iron Warrior d'une nullité navrante.
Quoi qu'il en soit, au vu de sa filmographie, le résultat relève presque du miracle et on ne peut qu'être satisfait, surtout que le film de Brescia est largement supérieur à Messaline impératrice et putain de Corbucci, dont il avait été promulgué suite officielle par des distributeurs peu scrupuleux, et c'est déjà pas mal !

 

The Omega Man



En rapport avec le film :

# Un peu d'histoire afin de situer les personnages de Caligula, Messaline, Néron et Poppée :

- Il y a treize ans d'écart entre Caligula (né en l'an 12) et Messaline (née en 25).
- Caligula devient empereur (37-41) à la mort de Tibère (14-37).
- Il est peu probable que Caligula et Messaline aient eu une quelconque relation, Caligula préférant sa sœur Drusilla (16-38). Par contre, l'empereur Caligula est à l'origine du mariage de son oncle Claude et de Messaline.
- A la mort de Caligula (41), son oncle Claude devient empereur (41 - 54).
- Messaline, qui avait épousé Claude en 38, devient donc impératrice.
- A la mort de Messaline, assassinée sous les ordres de son mari Claude, Agrippine devient la nouvelle impératrice. Elle aura un fils appelé Néron.
- Néron et sa mère Agripine feront assassiner le pauvre Britannicus (55), premier héritier du trône car enfant de Claude et de Messaline.
- Néron fait assassiner sa mère Agrippine en l'an 59. Il fut empereur de 54 à 68 et épousa Poppée qui mourut en 65.

Vote:
 
6.75/10 ( 4 Votes )
Clics: 1565
0

Autres films Au hasard...