5 Survivants, Les
Titre original: Five
Genre: Science fiction , Fantastique , Post-apocalypse
Année: 1951
Pays d'origine: États-Unis
Réalisateur: Arch Oboler
Casting:
William Phipps, Susan Douglas, James Anderson, Charles Lampkin, Earl Lee...
Aka: Cinq survivants / Anni perduti / Die letzen Fünf
 

À la suite d'un holocauste nucléaire, la Terre n'est plus peuplée que par cinq survivants : une femme enceinte, un philosophe, un homme de couleur, un banquier et un explorateur. Ensemble, ils cherchent un abri dans une maison abandonnée.

 

 

La peur du nucléaire et l'éradication de la race humaine seront des thèmes majeurs de la science-fiction des années 50 avec l'invasion extra-terrestre. Des thèmes qui trouvent toujours écho de nos jours, et même si la menace a changé de visage et ne vient plus du même ennemi,elle demeure une grande préoccupation. Mais contrairement à la plupart des productions qui aborderont le sujet à l'époque, ici pas de mutation ou de monstre, mais l'histoire de cinq rescapés immunisés aux radiations (du moins le croient-ils). Le film démarre de manière tout à fait traditionnelle par l'explosion d'une bombe atomique et l'apparition du très photogénique champignon qui en résulte. Le nuage et les cendres radioactives qui en résultent se répandent alors sur le monde. Pour décrire cette situation, le réalisateur utilise un montage astucieux et très simple, il prend des photos de monuments connus et les recouvrent grâce à un effet optique représentant le nuage. Mais Five démarre vraiment avec une vue aérienne d'une route (prise d'un hélicoptère), la caméra se rapproche doucement d'une silhouette errante. En quelques minutes, le réalisateur donne le ton d'un film incroyablement moderne dans sa réalisation et ses cadrages. La silhouette sur la route c'est Roseanne, jeune femme déboussolée et enceinte qui va finir par atterrir dans la maison de Michael (et accessoirement aussi, la maison du réalisateur), un autre survivant. Bien vite, ils seront rejoints par deux autres rescapés (un noir et un vieux caissier), dont l'un ne survivra pas à la contamination.

 

 

Le réalisateur nous décrit alors la cohabitation et les préoccupations des survivants ; mais bien vite un naufragé va venir semer le trouble et la mort dans le groupe : Eric, un aventurier narcissique, manipulateur et raciste. Contrairement à Michael qui préfère se tenir loin des villes (à cause des radiations notamment), Eric considère ces dernières comme une source d'approvisionnement inépuisable, il méprise les efforts de Charles de vouloir cultiver et l'isolationnisme de Michael. Bien vite, les tensions vont éclater, mais Eric va parvenir à convaincre Roseanne de partir avec lui.

Arch Oboler (1909 – 1987) est un écrivain, scénariste, producteur, réalisateur qui travaillera à la radio, au théâtre à la télévision et au cinéma. C'est un touche à tout de génie, inconnu du grand public, mais dont l'influence est des plus déterminante pour certains. Après avoir écrit des scenarii comme "Escape" (1940) et "On Our Merry Way" (1948), il passe en 1945 à la mise en scène avec "Bewitched" et "Strange Holiday", suivi de Five (1951). En 1953, il innove avec le premier film couleur en 3D, "Bwana Devil", l'histoire de lions tueurs qui sera adaptée à l'écran bien plus tard (1996) dans "L'Ombre et la proie". En 1966, il retente l'expérience de la 3D avec "The Bubble", dont Stephen King se souviendra sûrement pour son roman "Dôme".

 

 

Pour son film, Arch Oboler recrute son casting à la télévision, pratique courante dans les série B de l'époque, car la plupart des acteurs de télévision sont trop contents de quitter quelque temps la petite lucarne. C'est le cas de Williams Phipps, qui compte un peu plus de deux-cents participations, dont une bonne partie dans des séries télé, ce qui ne l'empêcha pas de participer à quelques classiques de la science-fiction des années cinquante comme Invaders from Mars (1953), "The War of the Worlds" (1953), "The Snow Creature" (1954) ou "Cat-Women of the Moon" (1953). Sa partenaire, la Canadienne d'origine autrichienne Susan Douglas (1925-2013), préfère se diversifier avec le théâtre, la télévision (où elle fera un beau come-back dans les années 80/90),la radio (elle devient la patronne de CBC Radio Dramas) et le cinéma (notamment La Cible). James Anderson est aussi un habitué du petit écran, il fera merveille dans les séries western comme "Laramie", "Rawhide", "Bonanza" ou "Maverick". Pour Charles Lampkins, par contre, il s'agit du premier rôle de sa carrière qui va compter une centaine de participations, dont "Cocoon" et "Le Guerrier fantôme". Le plus âgé de la bande, Earl Lee (1886-1955), décédera quelques années plus tard à 69 ans après avoir tourné dans une vingtaine de productions.

 

 

Tourné à l'économie avec trois fois rien, le film de Arch Oboler est à découvrir. Aujourd'hui, on s'aperçoit que ce dernier a été largement pillé. Ainsi, en voyant l'actrice Susan Douglas, on a du mal à ne pas penser à Judith O'Dea dans La Nuit des morts-vivants. Le réalisateur, qui est pourtant un homme de radio, fait preuve d'une réelle aptitude pour les cadrages, et le visuel de certaines scènes est simplement magnifique (le couple Michael et Roseanne devant la fenêtre, la scène de la plage, le début du film où Roseanne erre dans des décors abandonnés - repris par la suite dans une kyrielle de productions).
L'interprétation est aussi de qualité, avec une mention spéciale pour James Anderson, excellent en salopard de service qui a décidé de profiter au maximum de la situation. Le film de Oboler est une tentative réussie de produire un film de qualité hors des circuits traditionnels (même si le film sera de toute façon distribué par un grand studio, Columbia). Les contraintes budgétaires du film deviennent aussi une vraie liberté narrative qui permet quelques innovations : tournage en extérieur, caméra sur l'épaule qui colle aux acteurs (voir le début où la caméra semble aimantée par l'actrice Susan Douglas). Évidemment, le film n'est pas dénué de défauts (le caractère assez outrancier de la femme, totalement immature) mais l'ensemble mérite amplement d'être vu !

 

 

The Omega Man

 

En rapport avec le film :

# La Fiche dvd Artus Films de Les 5 Survivants

Vote:
 
6.50/10 ( 2 Votes )
Clics: 1246
0
Écrire un commentaire pour ce film Écrire un commentaire pour ce film
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous enregistrer...

Autres films Au hasard...