Envoûtés, Les (1977)
Titre original: The Possessed
Genre: Horreur , Satanisme
Année: 1977
Pays d'origine: États-Unis
Réalisateur: Jerry Thorpe
Casting:
James Farentino, Joan Hackett, Claudette Nevins, Harrison Ford, Eugene Roche, Ann Dusenberry...
Aka: Satan flerza del mal
 

Dans un lycée de jeunes filles dirigé par deux femmes, plusieurs faits inexpliqués sèment la panique et le désarroi au sein de l'institut. Ellen, l'une des directrices, décide de chercher de l'aide. C'est alors qu'arrive un certain Kevin Leahy.

 

 

The Possessed est un téléfilm pilote tourné par la Warner pour la télévision américaine (NBC) dans les années septante, l'idée étant d'exploiter un tant soit peu le succès du film L'Exorciste. Le réalisateur Jerry Thorpe (fils de Richard) se retrouve donc confronté à plusieurs challenges de poids, le plus important étant la censure qui sévissait sur la télévision américaine de l'époque et qui interdisait toute forme de nudité à l'écran, ainsi qu'une violence trop graphique (c'est-à-dire sanglante). Le scénariste, malin, détourne la difficulté en introduisant le concept de combustion spontanée. Le feu devient l'élément central de la possession, ce qui nous vaut quelques scènes assez spectaculaires, tout en restant soft. Par contre, difficile de restituer une quelconque tension sexuelle dans ces conditions. Et pourtant, l'actrice Joan Hackett réussit l'exploit de nous la jouer chaudasse avec une paire de collants en laine du plus bel effet, et cela sans découvrir un seul centimètre de peau !

 

 

L'acteur James Farentino (1937-2012) était plus connu pour ses démêlés avec la justice et les femmes que pour sa filmographie. On peut cependant retenir deux films intéressants, "Réincarnation" où il interprète un shérif enquêtant sur d'étranges meurtres, et "Nimitz, retour vers l’enfer" où il était pilote de chasse prisonnier du passé. Mais c'est sur le petit écran que l'acteur va faire une bonne partie de sa carrière. Il est le héros de l'éphémère série "Tonnerre de feu", inspirée du film (et diffusée sur TF1), il apparaît dans le soap "Dynastie" (29 épisodes), il joue le rôle du père de George Clooney dans "Urgences", et on le voit également dans diverses autres séries.
Les deux soeurs sont interprétées par deux actrices de télévision emblématiques des années septante : Joan Hackett (1934-1983) et Claudette Nevins (1937). Le visage de la première actrice vous dira sûrement quelque chose si vous étiez assidu des séries de cette époque (de "Bonanza" à "La Croisière s'amuse" !). La deuxième (Claudette) est aussi apparue dans un nombre incroyable de séries, et au cinéma on a pu la voir au générique de "Star Trek : Insurrection" et "Dead Silence".

 

 

Le responsable de tout ce bordel est évidemment le seul homme de l'école (le prof de biologie !) incarné par un jeune acteur plein de promesses, Harrison Ford, qui venait de tourner dans un obscur film de science-fiction intitulé "Star Wars". Le pauvre fait tourner la tête d'une belle collection de frustrées, composée de deux soeurs quadragénaires (dont une veuve et une célibataire) et d'une kyrielle de jeunes filles en pleine puberté. Évidemment, après avoir batifolé avec la directrice, il se tourne vers la jeune nièce de cette dernière, ce qui va mettre le feu au poudre (c'est le cas de le dire). Après quelques incidents sans victime, une étudiante est blessée, mais surtout le fornicateur périt brûlé vif. La police enquête mollement alors qu'un curieux individu se présente pour aider la communauté.
Sur septante minutes, difficile de développer les personnages. Pourtant, celui de Farentino était des plus intéressants. Kevin Leahy est un ancien prêtre qui a perdu la foi et sombré dans l'alcoolisme et le sexe. Victime d'un accident, il meurt quelques minutes. Comme rédemption, il est renvoyé parmi les vivants et parcourt le pays pour aider les personnes en proie au Malin.
Le film devait être la prémisse d'une future série. Le final et la porte restée entrouverte suggèrent que les aventures de Leahy n'étaient pas terminées. Pas de chance, les foudres du tout puissant audimat en auront décidé autrement, et la série ne se fera jamais. Ce qui n’empêchera pas Jerry Thorpe de récidiver quelques années plus tard dans un autre genre avec un autre pilote, "The Lazarus Project", qui lui accouchera d’une série. Comme quoi les lois de l’audimat sont impénétrables.

 

 

Jerry Thorpe est un honnête artisan qui écuma les séries télé, dans lesquelles il excellait (Kung-Fu, The Man from U.N.C.L.E.), réalisant même quelques incursions au cinéma ("The Venetian Affair"). Il est donc conscient des limites et joue en grande partie sur la suggestion, mais n'hésite pas de temps en temps à se montrer plus démonstratif. Les scènes d'incendie tournées en direct restent assez spectaculaires, car n'utilisent pas d'effets optiques ; sans parler du final où la possédée crache des clous au visage de l'exorciste.
En fin de compte, Thorpe détourne comme il peut les restrictions inhérentes aux téléfilms de l'époque et parvient à réaliser une petite bande horrifique en respectant son cahier des charges, et surtout en maintenant l’intérêt du spectateur !

NB : ne pas confondre avec "Les Envoûtés" (The Believers), réalisé par John Schlesinger et sorti en 1987.


The Omega Man

Vote:
 
1.00/10 ( 1 Vote )
Clics: 599
0
Écrire un commentaire pour ce film Écrire un commentaire pour ce film
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous enregistrer...

Autres films Au hasard...