Ecorché, L'
Titre original: Shallow ground
Genre: Horreur , Thriller
Année: 2004
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Sheldon Wilson
Casting:
Timothy V. Murphy, Stan Kirsch, Patricia McCormack, Lindsey Stoddart, Rocky Marquette, Natalie Avital, John Kapelos...
 

Je pensais ça facile, et puis je suis là devant mon pc à ramer quelque peu afin de commenter ce Shallow ground, tant son pitch tient à son ambiance assez singulière, que distille par fragments Sheldon Wilson (je garde le titre original car d'écorché, point il n'y a ! Et s’énerver contre les distributeurs français me semble vain).
On peut toutefois aisément synthétiser son entame sans pour autant dévoiler ce qui pourrait nuire à l'intérêt de cette petite pépite de l'horreur : dans un petit patelin des Etats-Unis quasi déserté, où ne restent que quelques âmes et des ouvriers construisant un barrage ce, un an après l'assassinat sauvage non élucidé d'une jeune fille, Jack, le shérif local et son équipe s'apprêtent à fermer boutique, tant ils semblent désoeuvrés et désabusés, lorsqu'un jeune homme entre dans leur bureau, ruisselant de sang et armé d'un couteau de chasse que Jack semble reconnaître.
Leur départ est donc perturbé par ce personnage qui semble vouloir rester cloîtré dans son mutisme ; cependant, le garçon finira par leur communiquer malgré lui des indices sur son origine : en effet son sang et ses empreintes digitales sont celles de différentes personnes disparues récemment dans la région.

 

 

Shallow ground, à l'origine inédit vidéo dont on attend pas grand chose, tourné avec un budget dérisoire de 72000 dollars, semblait avoir tout du slasher forestier de plus. Tout faux, car il s'agit d'un thriller horrifique, original et bien écrit, doté d'un scénar très intriguant et distillant twists divers et rebondissements aux moments opportuns et dont la conclusion scotche à son fauteuil. Soit, l'intérêt retombe légèrement au milieu du film, une fois l'intrigue en grande partie dévoilée, mais parvient à rebondir vers un shocker saignant et poisseux comme il faut.
Il s'agit là du second long-métrage de Sheldon Wilson (après "Educed by a thief", obscur téléfilm avec Sean Young, Ron Perlman et John Saxon), qui a l'intelligence de miser sur son scénario, mais reste doté d'une mise en scène travaillée (de très bons plans en steadycam notamment), ainsi que d'acteurs concernés et convaincants ; de plus, la musique, quand bien même stéréotypée, entre montées de violons et rupture de rythme soudain, composée par Steve London, comme le reste, donne la sensation que le film est beaucoup plus gros et professionnel qu'il ne l'est. On reste même avec le sentiment global que le film a coûté au moins dix fois plus, c'est dire l'habileté du bonhomme à plus d'un titre.

 

 

J'ai été surpris bien au-delà de mes espérances, et je pense que nous tenons là l'une des meilleures surprises des dernières années ; les idées de script fourmillent, le film fout (vraiment) la trouille de par son atmosphère (et non par de gros effets putassiers qui parasitent le genre actuellement, comme un second degré à deux balles ici absent), la photo nocturne qui couvre les 3/4 du film est réellement classe, le montage est très nerveux sans affecter la lisibilité du film, la bande originale classique mais judicieuse, et la caméra sait donner aux personnages une vraie consistance par ses plans subjectifs. Bref, monsieur Wilson, chapeau bas !

 

Note : 7/10

 

Mallox
Vote:
 
6.20/10 ( 5 Votes )
Clics: 3359
0

Autres films Au hasard...