Executeur, L'
Titre original: Blastfighter
Genre: Action
Année: 1983
Pays d'origine: Italie / France
Réalisateur: Lamberto Bava
Casting:
Michael Sopkiw, Valentina Forte, George Eastman, Stephano Mingardo, Ottaviano Dell'Acqua, Michelle Soavi...
 

Condamné à dix ans de prison pour avoir abattu le meurtrier de sa femme et son coéquipier, Tiger Shark sort enfin de prison. Un ami lui remet un fusil expérimental pour qu'il se venge, mais au dernier moment l'ex policier hésite et décide de partir se réfugier dans les montagnes.

 

 

Lamberto Bava est le fils du célèbre Mario Bava, un héritage dur à porter qui a souvent relégué le fiston dans le rôle parfois injuste de besogneux tâcherons. Rassurez vous ce n'est pas le cas ici, n'ayons pas peur de l'affirmer, c'est peut être le meilleur film de Lamberto Bava. Ce dernier signe une excellente série b italienne dont les influences aussi multiples que variées n'entache en rien son efficacité et son capital sympathie. Conscient de la minceur de son script, Bava se concentre avant tout sur l'action avec une virtuosité que l'on ne lui soupçonnait pas. L'accroche publicitaire indiquait "Rambo" au pays de "Délivrance", on notera surtout une nette influence du polar italien des années 70 et du western spaghetti.
Tout commence par la libération du "héros" après de longues années d'incarcération injustifiée (?), bien décidé a oublier le passé, ce dernier décide de retourner dans son village natal croyant y retrouver la paix et la quiétude. Il découvre bien vite que certains habitants du coin pratique une chasse intensive et stupide afin de fournir un mystérieux chinois, celui-ci utilise les organes des animaux pour concocter divers aphrodisiaques et autre potion d'amour. Très vite la tension monte entre l'ex policier et une bande de chasseur particulièrement agressif et l'arrivée de sa fille ne va pas arranger les choses. De plus le chef des chasseurs n'est autre que le frère du meilleur ami de Tiger. Evidemment les choses tournent mal, la fille de Tiger et ces amis sont tués, la coupe est pleine (de sang) et la note sera salée. Après une chasse à l'homme sanglante pendant laquelle le "Tiger" expérimente tous les gadgets de son super fusil (visée nocturne, balle explosive, perforante, incendiaire, ...) contre ces agresseurs, les survivants se retrouvent pour le duel final comme à la grande époque du western italien.

 

 

Le héros est interprété par Michael Sopkiw ("2019, après la chute de New York") qui se paye pour l'occasion une moustache à la Maurizio Melli dont il adapte aussi le jeu minimaliste tout en mâchoire serrée et regard d'acier. Face à lui l'éternel méchant George Eastman alias Luigi Montefiori ("Anthropophagous", "Horrible", ...) qui pour une fois hérite d'un personnage plus fouillé que d'habitude. Un homme qui malgré son handicap (il est boiteux) est devenu riche et important grâce notamment à la chasse, mais qui se trouve tiraillé entre un frère qui est un parfait crétin et son meilleur ami qu'il a toujours envié (M. Spokiw). Pour l'anecdote notez la présence dans un rôle secondaire du futur réalisateur Michelle Soavi ("Bloody Bird", "Dellamorte Dellamore"), qui fait aussi office de co-réalisateur (seconde équipe).
Remplacez le cow-boy solitaire par un policier, les grandes plaines de l'ouest par les rocheuses et voilà le tour est joué. Le film de Bava Jr carbure aux références, évidemment les personnages sont dessinés à la serpe et les incohérences font feu de tout bois (mais que fait la police !). Mais qu'importe le résultat est la, tout en respectant son cahier des charges Bava signe une oeuvre de pur divertissement sans temps mort, totalement décérébrée et bigrement jouissive. On retrouve ce mélange d'ultra violence et de bon sentiment qui faisait le charme et la démesure du cinéma d'exploitation des années 70, tendance polar urbain (voir les excellents flash-back qui rappellent la belle époque). Un film qui ne lésine donc pas sur la violence (à l'époque il fut même censuré lors de sa sortie en salle) avec des scènes bien senties, en effet comment ne pas prendre son pied quand on voit le "héros" exploser une boite de lait sur la g... d'un chasseur qui vient d'égorger le faon qu'il venait de recueillir ou lorsque ce dernier dans le plan final revient en ville dans une camionnette pleine de cadavres, non plus d'animaux, mais de chasseurs, de grands moments de ciné bis. Bref Bava Jr rempli son contrat au delà de nos espérance et signe un film, certes pas toujours abouti, mais teigneux et plein d'énergie !

 

 

The Omega Man
Vote:
 
6.60/10 ( 10 Votes )
Clics: 3485
0

Autres films Au hasard...