Invasion vient de Mars, L'
Titre original: Invaders from Mars
Genre: Science fiction , Fantastique
Année: 1986
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Tobe Hooper
Casting:
Karen Black, Hunter Carson, Timothy Bottoms, Laraine Newman, James Karen, Bud Cort, Louise Fletcher...
 

En pleine nuit, David Gardner, un garçon de 11 ans est brusquement réveillé, par d'étranges faisceaux lumineux multicolores, éclatant presque comme un feu d'artifice venu d'ailleurs. Le singulier spectacle n'a fait que commencé lorsqu'il aperçoit alors de la fenêtre de sa chambre, un vaisseau spatial atterrir dans les collines qui surplombent la maison...
A regarder de près la filmographie de Tobe Hooper, c'est à la loupe qu'on trouvera quelques réussites du metteur en scène après l'incontournable "Massacre à la tronçonneuse", et ce ne sont certainement pas avec ses dernières livraisons, dont les piteux épisodes au sein de la série des Masters of Horror, puis un "Mortuary" dont la seule originalité au final est d'avoir été exploité en salles, qu'on réévaluera cet artisan bien trop surfait, même si on ne saura remettre en cause sa sincérité vu qu'il a toujours oeuvré au sein du genre de la façon la plus régulière qui soit. Hooper, en plus de s'être sans doute trop souvent reposé sur son statut de cinéaste culte, n'a finalement qu'assez peu de talent voilà tout.

 

 

A peine sorti du modeste "Poltergeist", celui-ci nous pond un "Lifeforce" plutôt médiocre qui doit davantage sa renommée à l'actrice Mathilda May qui s'y ballade nue le plus souvent qu'à ses valeurs dites intrinsèques. C'est pourtant un petit film peu prétentieux, bien qu'un peu trop "Spielbergisé" à mon goût, qu'il livre en 1986 qui est à la fois un remake des "Envahisseurs de la planète rouge" tourné en 1953 par William Cameron Menzies, doublé d'un hommage plus général au genre et à l'esprit de la SF des années 50.

En tant que remake, on gardera sans problème l'original qui en même tant de s'inscrire vraiment dans une époque, ce que ne fait jamais Tobe Hooper, avec quand même un charme original que celui-ci ne parvient pas à complètement transcrire, même s'il n'en est pas totalement dépourvu.
Les effets spéciaux de Stan Winston font mouche et c'est la principale qualité de ce petit "Fifties-like", on s'en régale tandis que les décors ne sont pas en reste. Ces monstres spatiaux ont tant de gueule, qu'on pourra parler de "Kitcho-monsters" pour le moins bienvenus, et offre des intermèdes fantastico-comiques pas dantesques, mais sympatoches en diable, avec des créatures très belles. On pense assez souvent au "Mars Attack" de Tim Burton, avec quelques bonnes années d'avance, surtout au niveau des effets spéciaux donc, car dans l'esprit cela reste bien trop aimable et c'est bien dommage.

 

 

C'est du reste là que la bât blesse, car jamais le réalisateur se réapproprie le genre auquel pourtant il emprunte. Jamais il ne le fait résonner ailleurs que dans un spectacle fermé sur lui-même, le confinant alors dans le tout juste aimable et plaisant, alors qu'en vieux passionné du genre, Tobe Hooper avait sans doute pas mal d'autres choses à nous dire, ce qu'a du reste réussi à faire plus tard Tim Burton ou encore davantage Paul Verhoeven, renvoyant les codes d'hier pour les déplacer dans un contexte socio-politique contemporain, que l'on apprécie leurs films ou non.
Il est vrai que les enfants héros n'ont pour ma part que peu d'attraits, et Hunter Carson renvoie à la sucrerie d'un "E.T." de Spielperg , d'autant que son personnage est à peine plus développé que celui du film original, ce qui est un peu pénible. Je veux bien garder un peu d'âme d'enfant, mais j'ai mes limites. Autant elles sont comblées par l'ambiance, les effets spéciaux et les décors, autant elles n'ont plus accès avec un quelconque processus d'identification avec ce gamin bien trop aseptisé.
Une nouvelle fois, c'est bien dommage, car la distribution est belle et les autres protagonistes du film sont excellemment incarnés par des acteurs qu'on a en plus plaisir à retrouver. Timothy Bottoms ("Johnny's got his gun" / "Hydra, le monstre des profondeurs") et Karen Blake ("Trauma" / "La Poupée de la terreur") sont parfaits et même assez stupéfiants d'abnégation, tant ils jouent le jeu film à fond, tours à tours, crédules, puis contaminés. Louise Fletcher ("L'hérétique" / "Mamma Dracula") livre une prestation hors paire en professeur contaminée, tout comme l'excellent Bud Cort ("Harold et Maud" / "Brewster McCloud") en scientifique si allumé qu'on ne sait jamais son niveau de contamination.

 

 

Bref, c'est un Tobe Hooper distrayant que cette "Invasion", mais sans les talents parallèles des acteurs et autres techniciens talentueux, le spectacle serait bien faible. En l'état, ça se laisse voir, à condition ne n'être pas trop exigeant non plus, et on lui préférera de loin, un Joe Dante à la même époque ("Explorers").

 

Note : 5,5/10

 

Mallox
Vote:
 
5.80/10 ( 5 Votes )
Clics: 3358
0

Autres films Au hasard...