Qui l'a vue mourir ?
Titre original: Chi l'ha Vista Morire ?
Genre: Giallo
Année: 1972
Pays d'origine: Italie
Réalisateur: Aldo Lado
Casting:
George Lazenby, Anita Strindberg, Peter Chatel, Adolfo Celi...
 

Roberta (Nicoletta Elmi : "Le Baron Vampire", Démons, "Emilie, l'enfant des ténèbres") se rend à Venise afin de voir son père sculpteur (Georges Lazenby). Peu après son arrivé, celle-ci a le sentiment d'être observée par une ombre mystérieuse ; très vite, ce que l'on aurait pu attribuer à l'imagination de la fillette se révélera malheureusement vrai.
En effet, assassinée peu après, son corps est retrouvé dans un canal ; le papa fera tout alors pour retrouver le meurtrier, aidé d'un journaliste qui mettra lui aussi tout en oeuvre afin de découvrir l'identité de l'assassin. Ce qui intrigue davantage encore, c'est que le meurtre rappelle étrangement celui d'une autre fillette, rousse aussi, survenu quelques années avant. Les morts commencent à se multiplier autour de Franco, et une silhouette noire habillée en femme, en serait responsable...

 

 

On peut presque voir le film comme le précurseur de l'excellent "Ne vous retournez pas" de Nicolas Roeg, tourné l'année suivante et en tout cas ce Lado là, montre qu'il n'est pas maladroit, loin s'en faut.
Là où ce dernier réussi un tant soit peu son pari, c'est dans son titre, fort bien illustré à l'écran, lequel peut paraître de prime abord classique mais se justifie très vite amplement, nous mettant directement, nous spectateurs, en position de voyeurs, car "Nous" l'avons vue mourir...

 

D'entrée celui-ci tourne le dos à une Venise gorgée de stéréotypes touristiques ; la Venise de Lado est grise, brumeuse et inquiétante ; chaque habitant semble y cacher quelque chose, et même les personnages les plus influents peuvent être impliqués dans des affaires de pédophilie pornographique ; comme chez Lucio Fulci et sa Longue nuit de l'exorcisme, il ne fait pas bon fréquenter le genre humain ; et pour continuer la comparaison avec le film (quand même supérieur) de Fulci, l'idée d'un tueur pédo-sadique s'acharnant sur des enfants frappe d'entrée ; d'ailleurs, il frappa aussi la censure à l'époque qui le contraignit à faire quelques coupes ; du reste le film est encore interdit à ce jour aux moins de 18 ans en Italie et en Angleterre... on a pourtant vu bien pire, mais c'est une autre histoire...

 


Ce qui frappe également, c'est l'utilisation de la neige, ici symbole (un peu lourd) de la pureté et l'innocence des jeunes victimes, et dès les premiers plans subjectifs, chers au genre, le contraste entre cette neige éclatante et candide et ce même décors vu à travers le chapeau sombre du tueur, ombre annonciatrice de mort, éclate très efficacement dans le film, et contribue d'entrée à instaurer une ambiance inquiétante.
L'une des plus belles scènes reste celle dans laquelle la jeune Roberta apprend un nouveau jeu à ses amis, tous en cercle, chantant la comptine annonciatrice Chi l'ha Vista Morire ; alors que la scène devrait être une aire de repos au sein du film, il n'en est rien, la ronde des enfants est même inquiétante... inquiétude confirmée, puisque la jeune fille rousse sera assassinée peu après ; l'une des autres scène les plus troublante également est le passage où les parents de la défunte se retrouvent au lit à faire l'amour, avec les yeux en larmes.

 

 

Le film fonctionne donc plutôt bien, malgré quelques passages un peu obscurs, quelques trous narratifs et gros défaut du genre : une fin tellement prévisible qu'on peut rester déçu au final ; mais ce qui fait le prix de Qui l'a vue mourir?, c'est principalement son décor qui confère une atmosphère malsaine, inquiétante, dans laquelle la tension se relâche jamais, et où chaque coin de rue fait peur ; autre qualité : ses acteurs, dont Georges Lazenby parfait en moustachu 'rouflaquetté', père dépassé de la victime, il livre même une belle prestation dans un personnage pourtant plus que déjà vu ; la fillette, Nicoletta Elmi, habituée du genre, est presque une icône de victime, tant on la connaît déjà bien et son visage pourtant familier reste gravé ; ailleurs on est assez content de retrouver Anita Strindberg, même si on l'a vue dans mieux quand même, Aldolpho Celi est excellent en marchand d'art un peu étrange, tandis que le jeune Alessandro Haber dans le rôle du prêtre oratoire volerait presque la vedette à tout le monde.


Ailleurs, ça se fait parfois plus lourd, avec notamment un flic stupide, quasi incompétent, et vaguement antipathique ; tout cela est un peu trop caricatural, même si, en cinéaste engagé, Aldo Lado force trop le trait, voulant dénoncer à la fois les méthodes véreuses dont les policiers ne sont pas toujours exclus en se lançant dans une charge un brin pataude de la bougeoisie (plus proche de Boisset que de la verve Chabrolienne.) avec des notables bien trop caricaturaux pour paraitre crédibles et pour que ladite charge atteigne donc sa cible au lieu de plomber ce pourtant bon film dans un hors sujet peu inspiré. Bref, bourgeois et policiers sont trop vite mis dans le même sac...

 

 

Dommage alors, car c'est vraiment dans sa direction d'acteurs et l'utilisation de son décor principal que le film trouve son issue de secours, et permet à Aldo Lado de livrer ici un bon Giallo, enrobé d'une bien chouette partition de Morricone, tout en chants d'enfants, donnant sa petite contribution à la dimension ambiguë du film, une partition en forme de comptine perverse, inquiétante, vénéneuse et sournoise. Il rappelle là une fois de plus quel grand compositeur il est, quelles partitions originales il peut nous offrir et Chi l'ha Vista Morire lui doit pas mal au final.

 

A noter enfin que le script est cosigné par un certain Francesco Barilli, réalisateur ensuite de deux très belles réussites évoluant aux frontières du drame, du fantastique et du thriller : Le Parfum de la Dame en Noir et Pensione paura. Ceci expliquant peut-être aussi la réussite de Chi l'ha Vista Morire avec, derrière la caméra, un Aldo Lado confirmant alors un talent certain après le très réussi La Corta Notte Delle Bambole Di Vetro.

 

 


Mallox

 

 

En rapport avec le film :

# La fiche dvd The Ecstasy of Films de Qui l'a vue mourir ?
Vote:
 
7.58/10 ( 38 Votes )
Clics: 8676
0

Autres films Au hasard...