Réaction en chaîne
Titre original: The Chain reaction
Genre: Thriller , Action
Année: 1980
Pays d'origine: Australie
Réalisateur: Lan Barry
Casting:
Steve Bisley, Arna-Maria Winchester, Ross Thompson, Ralph Colterill, Hugh Keays-Byrne, Loma Lesley, Richard Moir, Patrick Ward, Margo Lloyd, Laurie Moran...
 

Un tremblement de terre fracture des containers de stockage de déchets radioactifs, une seconde secousse sismique provoque alors la libération des déchets dans la nappe phréatique. Dans l'accident, Heinrich, chercheur atomiste, se trouve mortellement contaminé. Conscient du fait que la Waldo va chercher à dissimuler la fuite radioactive au risque de provoquer une catastrophe écologique sans précédent, Heinrich s'enfuit avec l'idée d'avertir l'opinion publique. Obligé de fuir devant les agents de la Waldo, il échoue dans la maison de campagne d'un couple en vacances, Larry et Carmel.

 

 

Il y a fort a parier que sans le succès de "Mad Max" et le nom de George Miller au générique comme producteur, cette petite production australienne ne serait jamais parvenue jusqu'à nous. Cela aurait été bien dommage car ce film d'action mâtiné de considération écologique est une petite série B bien dynamique qui n'a rien à envier à ces homologues américaines ou européennes. Le film nous présente une multinationale qui n'a pas du tout l'intention que les millions qu'elle gagne en recyclant des déchets radioactifs lui soit retiré sous le prétexte anodin qu'elle a pollué la nappe phréatique pour des années et contaminé ainsi toute forme de vie dans les environs.
Elle envoie donc une équipe pour retrouver un technicien contaminé qui a réussit à s'échapper et pourrait révéler des choses bien gênantes, une équipe qui se charge aussi de "nettoyer" derrière elle en éliminant les gêneurs. Pas de chance pour eux ils vont tomber sur un os, un pilote et sa femme infirmière en vacance. Ces derniers vont recueillir un pauvre inconnu qui n'est autre que le technicien irradié et amnésique. Ils ne se doutent que ce geste de compassion aura pour eux de graves conséquences, ils vont devenir la proie de la fameuse équipe de "nettoyeur" et surtout de leur chef, un tueur (qui a la manie de tout enregistrer sur un magnétophone) et son bras droit muet et homosexuel (?). Heureusement nos deux tourtereaux peuvent compter sur leur bolide surpuissant pour s'enfuir et dévoiler la vérité.

 

 

Filmé avec brio et efficacité par Ian Barry, dont c'était la première réalisation, cette petite production réalisée dans les magnifiques paysages australiens mélange habilement plusieurs thèmes : le film catastrophe (pour le début), le thriller avec un brin d'érotisme grivois et quelques scènes d'actions dont la fameuse poursuite en voiture finale, dont le montage vif et rythmé nous font penser qu'elle aurait bien été supervisée par Miller lui-même, comme le suppose la rumeur.
Reprenant le thème classique de l'intrusion d'éléments perturbateurs (naturel ou non !) dans le quotidien, notre couple va devoir affronter un ennemis plus dangereux que les radiations, l'homme, ici représenté par la multinationale Waldo et sa fameuse équipe de "Décontamination". Habillé de tenue de protection blanche le visage couvert de masque et se déplaçant dans des camions, l'effet est assuré et leurs apparitions sont aussi inquiétantes que visuellement réussies. Seul le chef et son bras droit se promènent à visage découvert (il ne semble pas trop préoccuper par les radiations !), subterfuge qui permet l'identification en vue de l'affrontement final. Mais même une fois leurs poursuivants neutralisés, les deux héros ne seront pas pour autant sauver, car comme leur déclare un de ceux-ci lors d'une séance de décontamination assez croustillante : "Vous êtes bien décontaminé... à l'extérieur !".
Dans le rôle principale on retrouve des têtes connues, en effet Steve Bisley incarnait l'ami de Mel Gibson dans le fameux "Mad Max" (le motard qui finit en méchouis) et Hugh Keays-Byrne lui incarnait son supérieur dans le même film. On peut d'ailleurs apercevoir furtivement au début du film Mel dans la peau d'un mécano.

 

 

De toute évidence on n'est pas dans le militantisme pur et dur façon "Le Syndrome Chinois", même si les deux films ont quelques similitudes. L'écologie sert ici avant tout de toile de fond au service d'un film d'action nerveux et tendu qui sacrifie au culte de l'automobile (Australie oblige !) le temps de quelques séquences. Il n'en demeure pas moins aussi pertinent que d'autres films plus engagés. Un film assurément à découvrir, un divertissement plus qu'honnête issu d'une époque révolue où le cinéma australien faisait preuve d'une grande vivacité en produisant des oeuvres originales et passionnantes (ex : Mad Max, Harlequin, The Survivor, Long Week End, Last Waves, ...).

 

The Omega Man
Vote:
 
8.08/10 ( 13 Votes )
Clics: 3728
0
Écrire un commentaire pour ce film Écrire un commentaire pour ce film
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous enregistrer...

Autres films Au hasard...