Secret de la Panthère Noire, Le
Titre original: Mavri Afroditi
Genre: Erotique , Action , Espionnage
Année: 1977
Pays d'origine: Grèce
Réalisateur: Pavlos Filippou (sous le pseudo de Saul Filipstein)
Casting:
Ajita Wilson, Annik Borel, Haris Tryfonas (Harry Stevens), Anda Vartholomeou, Clay Half...
Aka: Blue Passion (Angleterre) / Black Aphrodite
 

A New-York, dans les bureaux de l'American Intelligence Agency, le patron des services secrets est inquiet. Ayant appris qu'un important stock d'armes destiné à une faction de révolutionnaires africains va bientôt transiter par Athènes, il décide d'envoyer ses meilleurs hommes sur place afin d'empêcher la transaction et neutraliser les trafiquants. L'opération a pour nom "Black Aphrodite", en raison du leader de cette dangereuse mission : Tamara, une sculpturale noire qui a toute la confiance du boss. Et cette confiance va être capitale, dans la mesure où un traître s'est infiltré au sein des Services Secrets, une taupe que Tamara est seule capable de débusquer, en usant de son charme et de son intelligence.
L'équipe est donc composée de cinq personnes : quatre mercenaires aguerris sous la férule de Steve, le beau gosse de la bande, et Tamara, qui va très vite faire du rentre-dedans au Steve en question qui n'en demandait pas tant. Par ailleurs, Steve est l'amant d'Edwige, une journaliste en quête de scoops pour son journal. La journaliste est elle-même bisexuelle, et entretient une liaison avec Julie, jolie brunette en rapport avec des personnages louches, et qui s'intéresse de très près à Steve, et surtout aux raisons qui le conduisent à se rendre en Grèce. Les ennuis ne tardent pas à commencer, avec l'assassinat d'un membre du groupe dans les toilettes d'un bar. Puis, un deuxième subit le même sort lors du voyage. C'est une équipe amoindrie qui parvient à Athènes. Tamara apprend que les armes doivent arriver par un bateau sur le canal de Corinthe. Aidée de Steve, elle va remonter la filière et démasquer le traître...

 

 

Sous une apparence de film d'espionnage, "Le Secret de la Panthère Noire" est en réalité un film à dominante érotique, dans laquelle l'intrigue policière et les scènes d'action sont secondaires. Distribué en France apparemment grâce à Jean-Marie Pallardy, il a connu une sortie vidéo en 1982 chez VIP, dans la catégorie "espionnage". Mais d'espionnage, il y en a peu, et ce n'est pas la présence éclair de Teddy Savalas : 20 secondes au début du film, et à peu près autant à la fin, qui vont tromper le spectateur. On a même l'impression que les deux scènes en question sont tirées de stock-shots, tellement on a du mal à croire que le "chauve à la Chupa Chups" ait pu cachetonner dans ce pur film d'exploitation. Mais pourtant, c'est bien le cas. La véritable vedette du "Secret de la Panthère Noire" est en fait Ajita Wilson, magnifique actrice noire qui a la particularité d'être née avec un sexe d'homme, mais le corps d'une femme. Ce trouble identitaire la conduira à subir une opération chirurgicale, et devenir l'une des transexuelles les plus célèbres du cinéma.
Il faut croire que la belle Ajita ait tapé dans l'oeil de Jean-Marie Pallardy, cité plus haut, puisqu'il la fera tourner dans l'un de ses films : "L'Amour chez les Poids Lourds". A ses côtés, on retrouve la française Annik Borel, connue surtout grâce à "La Louve sanguinaire", de Rino di Silvestro, où elle incarne une lycanthrope à tendance nymphomane. Le reste du casting est essentiellement constitué de Grecs, peu connus par chez nous, parmi lesquels Haris Tryfonas (qui fera une partie de sa carrière sous le pseudo d'Harry Stevens), et Anda Vartholomeou, qui ont joué également tous les deux dans un Black Emanuelle grec : "Emanuelle Queen of Sados".

 

 

Le metteur en scène n'est guère plus connu, et ses oeuvres ont rarement dépassé les frontières de son pays. "Le Secret de la Panthère Noire" souffre d'un scénario minimaliste et d'une réalisation assez faible. On sent que la trame a été tissée pour s'intercaler entre les scènes érotiques. L'intrigue s'en ressent, notamment dans la première partie du film, relativement confuse et décousue. Cela dit, on suit ce pur produit du cinéma bis sans déplaisir. Une fois l'effet de surprise passé (ceux qui n'ont jamais entendu parler du film avant de le voir ne s'attendent pas à voir défiler autant de scènes érotiques), on se laisse prendre au jeu et aux charmes conjugués des actrices, notamment Ajita Wilson, qui aura marqué sa présence dans le cinéma de genre pendant une décennie, avant de mourir d'une hémorragie cérébrale suite à un accident de voiture, en 1987, à l'âge de trente sept ans.

 

 

Note : 6/10

 

Flint
Vote:
 
3.44/10 ( 9 Votes )
Clics: 8824
0

Autres films Au hasard...