Du Sang sur la Tamise
Titre original: The Long Good Friday
Genre: Polar
Année: 1979
Pays d'origine: Angleterre
Réalisateur: John Mackensie
Casting:
Bob Hoskins, Helen Mirren, Dave King, Bryan Marshall, Derek Thompson...
Aka: Racket: Du Sang sur la Tamise
 

Harold Shand contrôle le milieu londonien d'une main de fer, il a corrompu la police et les officiels de la ville. Son but : mettre sur pied un projet ambitieux qui transformera les vieux docks de la ville en un Las Vegas britannique. Pour financer son projet, il invite Charlie, un représentant de la mafia américaine. Mais ce dernier est à peine débarqué que Shand est victime de plusieurs tentatives d'attentats et plusieurs de ses hommes sont tués. Shand décide de prendre les choses en main et de faire le ménage dans le milieu, mais...

 

 

Ce film est considéré en Angleterre comme l'un des meilleurs polars anglais jamais réalisés derrière l'indétrônable “Get Carter”, certains iront jusqu'à le baptiser le "Scarface anglais". Pourtant rien ne prédestinait cette petite production à devenir un classique du genre, le film fut même à deux doigts de tomber dans les limbes de l'oubli. En effet, le film fut produit par Lew Grade's Black Lion Films, une des filiales de la fameuse firme anglaise Lew Grade, lorsque le grand patron vit le produit finit il décida de ne pas le sortir. Pire, considérant l'œuvre comme pro–IRA, il décide de la vendre comme téléfilm aux networks américains et de ramener sa durée à 75 minutes rendant l'histoire incompréhensible. De plus, pour ne pas effrayer les spectateurs américains, on décide aussi de doubler la voix de Bob Hoskins dont l'accent est jugé trop "local". La chose fit grand bruit en Angleterre, surtout dans les milieux artistiques, c'est alors que le miracle se produisit, George Harrison décida de racheter le film à Lew Grade via sa nouvelle compagnie de production Handmade Films Ltd et de le sortir en salle. Une très bonne idée car le film fut un beau succès, mais c'est lors de son exploitation en vidéo que l'œuvre devient un véritable phénomène.

 

 

Comme c'est souvent le cas dans le cinéma anglais l'interprétation est remarquable, Bob Hoskins ("Qui veut la peau de Roger Rabbit ?") et l'actrice Shakespearienne Helen Mirren (une filmographie incroyable de "Caligula" à "The Queen") forme un couple qui se complète parfaitement. Le film repose en grande partie sur les épaules de ces deux acteurs. Lui est une véritable boule de nerfs prête à exploser à tout moment, elle à l'opposé représente la retenue, la diplomatie, le charme, mais aussi la fermeté. Pendant que le mari règle ses comptes, la jeune femme s'occupe des invités en parfaite maîtresse de maison.
Le couple est entouré d'une pléiade de solides seconds couteaux (Gillian Taylforth, Derek Thompson, ...), parmi ceux-ci on remarquera la présence, dans un rôle quasi muet, de Pierce Brosman futur 007 et d'un autre ancien agent secret, le fameux Lemmy Caution alias Eddie Constantine.
La réalisation de Mackensie est solide et efficace, l'homme avait déjà dix bonnes années d'expérience à la télévision anglaise. N'oublions pas que celui-ci offrira à Charles Bronson son meilleur rôle dans "Act of Vengeance" un téléfilm méconnu sur le syndicalisme. Il dirigera aussi Pierce Brosman et Michael Caine dans une excellente adaptation d'un roman de Frederick Forsyth "Le Quatrième Protocole" (87).

 

 

Un scénario fort habile, des images fortes soutenues par une excellente partition musicale, quelques morts brutales (un homme crucifié sur le sol, Bob Hoskins qui égorge un de ses hommes avec un tesson de bouteille), une interprétation sans faille, le tout tourné dans des décors naturels Londoniens, voilà comment on réussit un des meilleurs polars anglais. Ou comment un parrain du milieux Londoniens se retrouve malgré lui entraîné dans un règlement de comptes sanglant dont il ignore les enjeux. Sa première réaction sera de croire à une nouvelle guerre des gangs, il réunira alors ses lieutenants afin de faire comprendre à ses adversaires leur erreur. Incroyable séquence ou ces derniers sont alignés en rang d'oignons dans un abattoir la tête en bas comme de simples quartiers de viande. Mais la réalité est tout autre et le danger vient d'ailleurs plus pernicieux encore, comme le montre la réaction du flic ripoux complètement affolé lorsqu'il découvre l'implication des irlandais, une représentation de l'IRA qui est loin des stéréotypes d'usage (voir "Jeux de Guerre" avec Harrison Ford). Le film nous montre une organisation structurée et omniprésente dont l'évocation du seul nom provoque panique et inquiétude. Lui tenir tête est illusoire et même les pires gangsters n'échappent pas à la vindicte de l'organisation qui se montre aussi impitoyable qu'efficace.

 

 

Voilà une petite merveille qui mérite largement d'être (re)découverte, loin d'être un simple polar c'est aussi un drame, un film politique, un film d'action et une belle étude de moeurs du milieu Londonien. Ne ratez surtout pas le final, qui en plus d'être l'un des plus réussi du genre, nous montre en quelques minutes toute l'étendue du talent de Bob Hoskins qui fait passer son personnage de la colère à la résignation sans une seule ligne de dialogue. Une oeuvre remarquable qui, il faut le rappeler, a bien faillie être honteusement charcutée par des marchands de soupe stupides et bornés, heureusement quelques fois la raison finit par l'emporter. Un grand petit film qui mérite largement son statut d'œuvre culte à déguster sans modération, de préférence une bonne Guinness dans une main et un canon scié dans l’autre. Et si jamais vous n'êtes toujours pas convaincu, ne vous étonnez pas de vous retrouver au fond de la Tamise avec un bloc de béton aux pieds. God save the Queen !

The Omega Man
Vote:
 
8.29/10 ( 7 Votes )
Clics: 5176
0

Autres films Au hasard...