Grande casse 2, La
Titre original: The Junkman
Genre: Action , Road-movie
Année: 1982
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: H.B. Halicki
Casting:
H.B. Halicki, Christopher Stone, Susan Shaw, Lynda Day George, Rita Rickard...
 

Un mystérieux commanditaire engage un trio de tueur pour éliminer une star du film d'action. Au volant de bolide et en avion, ils vont essayer par tous les moyens de remplir leur mission...

 

"Point Limite Zero", "Larry le Dingue et Mary la Garce", "L'Equipée du Cannonball", "Chewing Gum Rallye", "Convoy" tous ces films font partie d'un sous genre du film d'aventure aussi populaire en Amérique que les armes et les grosses poitrines, le road movie. Son réalisateur H.B.Halicki est lui carrément une institution dans son pays, à la tête d'un petit empire l'homme est avant tout un passionné d'automobile, et dans les années 70 il décida de réaliser un petit film totalement auto financé intitulé "60 Secondes Chrono / La Grande Casse". La fortune souriant aux audacieux, non seulement le film devient vite une œuvre culte mais rapporta à l'époque pas moins de 40 millions de dollars à son réalisateur. Il fut même l'objet d'un remake totalement grotesque et numérique avec Nicolas Cage (pour l'anecdote le réalisateur du remake fut caméraman sur "The Junkman"). A l'aube des années 80 H.B. Halicki entrepris une nouvelle réalisation intitulée "The Junkman" tourné dans les même conditions avec sa propre collection de voiture et sur une période de deux ans (ce qui explique le changement physique de certains personnages et le nombre d'erreurs de raccord). Halicki trouva la mort en 1989 sur le tournage de "The Junkman 2", c'est sa veuve Denice qui a repris les rênes de l'empire "Halicki".

 


Le bonheur d'Halicki est de montrer sa collection de véhicules et de la démolir avec un plaisir non dissimulé, les voitures de police sont de vrais véhicules achetés au surplus de la police et les divers accessoires (dont les armes) viennent directement de la collection privée du réalisateur. Les scènes d'actions vont de la simple cascade de foire à la folie la plus totale, comme la voiture qui explose en roulant et se retrouve projetée au dessus de la voiture qui la précède (une séquence inégalée depuis) ou le saut au dessus d'un avion. Le cinéma dans tous ce qu'il a de plus basique, une sorte de version soft du "Crash" de Ballard, la mécanique devenant une sorte de palliatif sexuel, un film marqué au fer par une forte connotation fétichiste. On retiendra notamment le personnage de tueuse interprété par Rita Rickard, un des rares protagonistes non mécanique qui bénéficie de toutes les attentions du réalisateur (et qui fera une apparition dans "Deadline auto theft"). Une jolie brune habillée tout en noir, peu loquace, amatrice de grosses cylindrées et adepte des gros calibres. Un parfait résumé de la sainte trinité selon les américains, belles voitures, jolies filles et gros flingues. Pour l'anecdote, certains auront remarqué que l'actrice arbore dans le film une paire de lunettes avec ces vraies initiales RR.

 


Halicki c'est un peu le Russ Meyer du film de voitures, lui aussi est amoureux des grosses cylindrées et des formes rebondies, qu'il filme avec amour et délectation. Ses vedettes se nomment Corvette, Pontiac, Chrysler, Cadillac, Chevrolet, Dodge… Réalisant en dehors de tout circuit officiel sans aucune aide extérieure et sans contrainte, Halicki fait preuve d'un vrai sens de l'image (voir comment il filme cet aéroplane tueur), il étonne en filmant ses vedettes (les voitures) de manière tellement naturelle que l'on pourrait les croire vivantes. Un film de passionné pour les passionnés, qui fera rêver tous ceux qui ont joué dans leur enfance avec une "Matchbox". En dépouillant son film au maximum (le scénario tiens sur une vignette auto) Halicki réalise une sorte de porno mécanique qui ravira les amateurs de belles mécaniques et de cascades et laissera sûrement les autres de marbre. On pourrait même considérer l'œuvre comme expérimentale, un film amateur réalisé de manière professionnelle ou se mélangent des acteurs professionnels comme Christopher Stone ou Lynda Day George et une multitude de passionnés motivés et amateurs, la plupart figurants, membres de l'équipe technique ou cascadeurs. Un film narcissique tout à la gloire de son acteur / réalisateur et qui en même temps est une obole au dieu païen de l'automobile à qui il sacrifie des victimes mécaniques dans un maelström de tôles froissées et de gommes brulées, un film peu bavard et efficace, tout l'inverse d'un certain "Death Proof".

 

 

The Omega Man

 

A propos du film :

 

# Attention le film est sorti chez nous sous le titre "La Grande Casse 2", ce n'est cependant pas une suite directe du précédent film de Halicki, même si l'on aperçoit la voiture utilisée dans "60 Secondes Chrono / La Grande casse". En effet le héros du film, un acteur / cascadeur, est censé être celui de "60 secondes Chrono", ce qui permet au passage de récupérer le matériel publicitaire (affiche, photos, extrait) du film et de l'intégrer à l'histoire.

Vote:
 
5.80/10 ( 5 Votes )
Clics: 6421
0
Écrire un commentaire pour ce film Écrire un commentaire pour ce film
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous enregistrer...

Autres films Au hasard...