Dernières News

De Palma : embryon

News image

Intéressant de (re)découvrir ces deux De Palma oldies, assez peu convoités finalement, Greetings et Hi, Mom! ...

Fast Reviews | 3 Juin

Week-end sauvage - 1976

News image

Produit par Ivan Reitman, et réalisé par un William Fruet alors au début de sa carrière, Death weekend est un film démarrant comme un thriller et s'achevant en rape and revenge bien sanglant

Fast Reviews | 25 Mai

L'Enfer des Mandingos - 1976

News image

En 1976, après le détonnant Mandingo de Richard Fleischer qui plomba la carrière du réalisateur de Blind Terror, Steve Carver s'attelait à une suite...

Fast Reviews | 20 Mai

The Last Survivors - 2014

News image

Selon Princesse Rosebonbon, The Last Survivors, aka The Well, est un western post apocalyptique qui vaut le détour...

Fast Reviews | 14 Mai

L'Évadé de Yuma - 1968

News image

Dans la série "avis succincts des psychovisionautes, un petit spagh réalisé par Camillo Bazzoni, qui tournera ensuite Abus de pouvoir, en plus de scénariser certains films de son frangin Luigi...

Fast Reviews | 13 Mai

Lâchez les Monstres – 1970

News image

Scream and scream again est un thriller horrifique et science-fictionesque adapté d'un roman de Peter Saxon - The Disoriented Man - publié en 1966...

Fast Reviews | 12 Mai

The Last Survivors - 2014
Écrit par Princesse Rosebonbon   

Selon Princesse Rosebonbon, The Last Survivors, aka The Well, est un western post apocalyptique qui vaut le détour...

 

 

 

The Last Survivors
(The Well)
US - 2014
Réalisé par Thomas Hammock
Avec Haley Lu Richardson, Booboo Stewart, Max Charles

Dans un Oregon devenu désertique après 10 années sans pluie, une adolescente tente de survivre et de trouver la sortie de cet enfer fait de pénurie d'eau, de pillards et de traque des derniers survivants.

 

 

Oh la bonne pioche !
En voilà un petit film qui ne paie pas de mine et qui s'avère extrêmement bien fichu.
La première qualité qui saute aux yeux c'est l'esthétique générale. Avant de se lancer dans ce premier film en tant que réalisateur, Hammock a fait ses armes comme chef décorateur (Mandy Lane, You're Next,...) et ça se ressent au niveau de la photo superbe, du souci apporté à la crédibilité des décors et de la débrouillardise qui s'en dégage face à un budget de toute évidence très étriqué.

 

 

Il semble avoir fait de l'humilité et de l'efficience sa ligne conductrice. Le casting n'est certes pas pléthorique mais il est solide. Le territoire couvert se limite à un rayon de quelques heures de marches sous le soleil mais on a envie d'y croire. Les effets spéciaux sont aussi rares que les cartouches pendant la fin du monde mais artisanaux, au bon sens du terme. L'histoire ne nous vend pas l'apocalypse en général, juste un petit épisode d'une poignée de gens dans un coin paumé et c'est amplement suffisant.
Là où je suis assez admiratif, c'est qu'Hammock applique les mêmes rigueur et parcimonie à sa narration : pas de babillages inutiles, pas de plan superflu, tout à un sens, rien n'est laissé au hasard.
Ainsi à défaut de nous renverser par son originalité, le film réussit à transformer une poignée de pelés dans une baraque en ruine et un terrain vague de Californie en un petit western-SF solide et prenant, avec juste ce qu'il faut de sauvagerie et de bons sentiments.