[M] [Critique] La Disparition - 1977

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Giallo / Thriller / Krimi
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
mallox
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 10 Sep 2006
Messages: 15961
Localisation: Vendée franco-française

MessagePosté le: Sam Oct 07, 2017 2:00 pm    Sujet du message: [M] [Critique] La Disparition - 1977 Répondre en citant





La Disparition - 1977
(The Disappearance)

Origine : Grande-Bretagne / Canada
Genre : Thriller / Film noir

Réalisé par Stuart Cooper
Avec Donald Sutherland, Francine Racette, John Hurt, David Hemmings, David Warner, Peter Bowles, Christopher Plummer, Virginia McKenna...






Après avoir exécuté un de ses contrats, Jay Mallory, un tueur à gages, revient chez lui à Montréal et découvre que son épouse, Célandine, a disparu. Bien que leur relation ait été chaotique, Mallory est convaincu que cette disparition est liée à son dernier contrat. Il est rapidement contacté par Burbank, son supérieur, qui lui confirme cette impression. Bientôt, Burbank lui-même disparait et Mallory se voit assigner un contrat à Londres, qui lui permettra de rembourser une dette...






Dans la série des "disparitions" étonnantes de films, The Disappearance se situe en assez bonne place. On se souvient surtout de Stuart Cooper comme acteur, en Roscoe Lever dans "Les 12 salopards" de Robert Aldrich. Mais, après quelques rôles dans des films et téléfilms au milieu des années 60, Cooper passe derrière la caméra. Il réalise alors deux documentaires avant de tourner son premier film pour le grand écran, dans lequel jouent deux acteurs qu'on retrouve dans La Disparition, John Hurt et David Warner : "Little Malcolm". Bien accueilli, ce premier essai lui permet d'enchainer avec "Overlord", un drame illustrant la préparation des soldats britanniques pour le fameux D-Day de 1944. Le film ne fait pas grande recette, tourné avec des inconnus, il glane cependant quelques récompenses dans des festivals ainsi qu'un assez large succès d'estime. "Overlord" est un film très personnel où l'ex-acteur s'implique à l'écriture, si bien que sa côte monte et, très vite, l'acteur britanique David Hemmings (déjà producteur de Mort d'un prof en 1971) s'associe avec un certain Garth H. Drabinsky (qui produira ensuite L'argent de la banque, L'enfant du diable et L'Homme de Prague) et propose à Stuart Cooper ce projet qu'ils comptent produire.






The Disappearance est adapté d'un roman noir ("Echoes of Celandine") d'un écrivain-scénariste qui porte parfaitement son nom pour le genre emprunté : Derek Marlowe. "Maldonne pour un espion", réalisé en 1968 par Anthony Mann, terminé par Laurence Harvey suite au décès du réalisateur, était déjà une adaptation du romancier, par lui-même. Pour "La Disparition", Marlowe ne récidive pas et le scénario est confié à Paul Mayersberg, qui vient de signer le scénario de "L'homme qui venait d'ailleurs" pour Nicolas Roeg (avec qui il retravaillera pour "Eureka" en 1983). Quant à sa production, elle permet de réunir facilement des acteurs de renom, aussi bien britanniques (John Hurt, David Warner, David Hemmings) que canadiens (Donald Sutherland, Christopher Plummer), chacun d'eux étant quoi qu'il en soit habitués à s'expatrier pour les besoins de tournages. Moins connue mais dans le rôle pourtant conséquent de l'épouse de Mallory, on retrouve Francine Racette, actrice d'origine canadienne elle aussi, déjà aperçue dans 4 mouches de velours gris et "Mr. Klein", que l'on reverra dans "Au revoir les enfants" en 1987. Sa présence parmi toutes ces noms n'est pas le fruit du hasard puisqu'elle est alors la petite amie de Sutherland à la ville. Une relation officialisée dans le film et qui le sera dans le réel, en 1990. Pour en finir rayon casting, on peut signaler la présence de Peter Bowles, déjà présent aux côtés de Hemmings dans "Blow-up" et que l'on reverra entre autres dans La maison des damnés.






Bref, tout est là pour que The Disappearance soit à la fois une réussite artistique et un succès public. Pourtant, le résultat s'avère plus contrasté. En termes de film noir moderne ou revisité, The Disappearance se tient à peu près et les ingrédients sont bel et bien présents. Ambiance romantique sombre et garce (?) fatale pour un rendez-vous au carrefour de la mort. L'intrigue parvient à embrouiller son monde au gré des rencontres que fait Mallory/Sutherland, tout à la fois pour s'acquitter du contrat qui le lie mais aussi pour retrouver son épouse, si celle-ci est bien vivante. Seulement, La Disparition pâtit d'un rythme linéaire qui lui ôte toute part de tension, au profit d'effets arty, souvent de l'ordre du décalage temporel des scènes, qui semblent bien futiles au point même de choquer en début de bobine, avant que l'on finisse malgré nous par s'y habituer. Une acceptation en tant que spectateur qui tient à deux qualités maîtresses du film : un récit suffisamment intriguant et bien écrit pour tenir à lui seul en haleine, ainsi que des acteurs de grande qualité qui, même avec une seule et unique scène (Christopher Plummer par exemple), contribuent à maintenir l'intérêt de bout en bout, jusqu'à un final que l'on peut néanmoins anticiper.






Au rayon sensuel, The Disappearance bénéficie d'une belle photographie signée John Alcott (quatre films pour Stanley Kubrick mais aussi La Grande cuisine, "Le monstre du train", Vice Squad, Dar l'invincible), mais pâtit d'un mauvais choix de composition musicale due à Robert Farnon (la série "Le Prisonnier", "Shalako", "Le secret de la banquise"...) et qui l'oriente systématiquement vers le drame romantique, même dans ses moments les plus tendus ou violents. En l'état, si La Disparition n'est pas déshonorant, il fait partie des néo-films noirs qui annoncent des œuvres à venir plus achevées telles que "La Fièvre au corps" de Lawrence Kasdan ; de même, il ne mérite pas l'oubli dans lequel il est tombé - après tout, l'on suit tout cela sans déplaisir -, toutefois, il reste un peu décevant, au regard notamment de son invraisemblable casting.















En rapport avec le film :

# Le roman original de Derek Marlowe et sa réédition après-film :



_________________


Dernière édition par mallox le Mer Juin 06, 2018 4:43 am; édité 3 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
flint
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 13 Mar 2007
Messages: 8816
Localisation: cusset-plage

MessagePosté le: Mar Jan 23, 2018 8:21 am    Sujet du message: Répondre en citant

Pas vu le film, mais comme tu le résumes dans ta dernière phrase, incroyable qu'il soit au final décevant avec un tel casting.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
sigtuna
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 08 Jan 2010
Messages: 4362

MessagePosté le: Mar Jan 23, 2018 8:46 pm    Sujet du message: Répondre en citant

C'est la lettre e qui a fait le coup. frank_PDT_12
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
flint
Super héros Toxic
Super héros Toxic


Inscrit le: 13 Mar 2007
Messages: 8816
Localisation: cusset-plage

MessagePosté le: Mar Jan 23, 2018 8:59 pm    Sujet du message: Répondre en citant

sigtuna a écrit:
C'est la lettre e qui a fait le coup. frank_PDT_12



Ce qui n'a rien à voir avec Marie-José Perec. icon_arrow
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Psychovision.net Index du Forum :: Giallo / Thriller / Krimi Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum




Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com Charcoal2 Theme © Zarron Media