Sacre de la Nuit, Le
Titre original: Sacrament of Night
Genre: Fantasy , Romance
Année: 2006
Pays d'origine: Angleterre
Editeur: Nestiveqnen
Collection: Fractale "World Fantasy"
Auteur: Louise Cooper
Traducteur:
Nicolas Cluzeau
Sortie VO: 1997
 

Dès les toutes premières pages, vous pénétrez grâce au Sacre de la Nuit dans un univers dont vous savez d'emblée que vous n'en ressortirez pas indemnes. Un univers qui bouleverse insidieusement nos croyances et nos certitudes, un univers merveilleux et onirique, cruel et tragique. Je vous l'annonce de but en blanc, le Sacre de la Nuit est une pure merveille. Un roman superbe, somptueux, qui va vous emmener très très loin dans l'une des plus belles histoires d'amour qui m'ait été donnée de lire depuis longtemps...
Impossible de vous situer l'histoire de ce roman car Louise Cooper nous entraîne par sa plume enchanteresse dans un ailleurs indéfinissable, une sorte de XIXème siècle qui a beaucoup de similitudes avec notre siècle passé, mais où les lampes brûlent grâce à de petites créatures luminescentes (des élémentaires), où les médecins sont plus ou moins alchimistes et croient en des pratiques mystiques et où les gardiens d'hospices sont des anges dont on ne saura jamais tout à fait si cette appellation est un surnom onirique ou une réalité tangible.
Le monde de Louise Cooper est réellement atypique et original, et il nous propulse dans une proximité déroutante en nous proposant un monde bien connu et en le déréalisant peu à peu, nous emportant ainsi lentement, presque à notre insu, vers une réalité qui s'éloigne progressivement de la nôtre et qui annihile nos repères. Louise Cooper brouille les pistes et c'est peut-être l'un des points qui rend son roman si fort et si attachant : on parvient sans peine à s'identifier à ces héros qui semblent vivre dans notre monde, mais en même temps, certaines petites touches viennent nous indiquer la voie du merveilleux et nous convier à oublier nos marques et nos repères, à nous plonger sans peur dans ce monde à la croisée du nôtre et de nos rêves les plus fous...

Dans l'univers du Sacre de la Nuit, il existe donc une seconde réalité, un monde parallèle d'où s'échappent parfois quelques créatures qui franchissent le Portail pour venir nous visiter. Cet autre monde, c'est un monde crépusculaire où les êtres sont dénués de couleurs et se déclinent sur toutes les nuances de gris possibles. Un monde de nuit éternelle où les flammes apportent le gel et la froideur et surtout un monde dans lequel la chaleur et la lumière sont les pires des tortures... Un monde absolument incompatible avec le nôtre, mais dont les habitants maîtrisent le secret du Portail et savent comment pénétrer dans notre dimension, mus par une intense curiosité et un besoin de voir de leurs yeux ce monde des humains, ce monde de lumière qui les attire tout en sachant qu'il peut les détruire...
Mais comme d'habitude, les humains sont des idiots, des créatures bêtes à manger du foin et dès qu'une créature crépusculaire a le malheur de se dévoiler à leurs yeux, elle est aussitôt abattue, pourchassée et cruellement détruite et torturée. Car les humains ont peur, les humains craignent farouchement ce qu'ils ne connaissent pas et ce qui diffèrent d'eux et ils pourchassent sans relâche, sans même tenter de les comprendre, les pauvres êtres sans couleur qui tentent de connaître le monde des humains...
Foss, le père de Calliope Agate, est donc un éminent scientifique qui rêve quant à lui de capturer un jour un être crépusculaire vivant. Non pas par bonté d'âme ou par une intelligence plus accrue que ses contemporains, mais simplement par envie dévorante de mener des expérience sur une telle créature et pour la traiter en bête de laboratoire afin d'analyser leurs différences et similitudes avec les humains.
Alors quand Foss et ses collègues parviendront à mettre la main sur Charn, un être crépusculaire en tout point semblable à un humains hormis sa couleur, ils vont se livrer sur lui aux pires tortures et expériences. Mais ce qu'ils ne savent pas c'est que Charn est envoyé par la reine Sélénaé pour enquêter sur la mort de son fils disparu dans le monde des humains par amour de l'une d'entres elle. Il doit à tout prix retrouver la clef qui permet un passage entre les mondes, cadeau qu'il fit à son élue, et obstruer définitivement le Portail qui permet de passer d'un monde à l'autre pour protéger le monde crépusculaire de la folie humaine, au risque de sa vie.
Mais lorsqu'il va faire la rencontre de Calliope, la fille de Foss, durant sa captivité, sa quête prendra très rapidement une autre dimension et la différence entre les deux mondes, la profonde incompatibilité entre les deux êtres deviendra le plus tragique des fardeaux et la plus cruelle des tortures. Le Sacre de la Nuit sera alors peut-être pour eux la seule solution dans ce monde d'incompréhension, de trahison, de douleur, de souffrance et d'amour. La solution de l'abnégation et de l'oubli des différences...

IIl y aurait tant de choses dont je voudrais vous parler concernant ce roman, tant de choses magnifiques, tant de sentiments profonds, de tragédies bouleversantes que je pourrais en noircir de pleines pages. Mais je ne peux pas car se serait gâter cet ouvrage indispensable et merveilleux et que je ne me le pardonnerais pas. Si vous ouvrez le dernier roman de Louise Cooper, vous ne pourrez pas le lâcher d'un pouce tant il nous parle au coeur et au sentiment d'une manière totalement universelle et atemporelle.
Le Sacre de la Nuit est peut-être une romance, mais la plus belle qu'il soit. Un Tristan et Iseult ou un Roméo et Juliette réécrit par l'une des plus grandes conteuses qui existe actuellement. Une histoire d'amour et de haine, de vengeance et de trahison, de passion et d'incompréhension, de non-dit et d'absolu. Une histoire bouleversante et profondément belle, humaine et cruelle.
Une écriture sans faille, une voix passionnée et d'une richesse inouïe qui nous envoie un message clair et extrêmement vrai sur l'homme et sur la vanité de ses actes, sa cruauté et sa profonde bêtise. Le Sacre de la Nuit est un hymne à la tolérance, à l'acceptation de l'autre et à l'explosion des barrières entre les peuples et entre les hommes. Charn est un personnage que vous n'oublierez sans doute pas de sitôt et il y a bien longtemps que je n'ai pas eu aussi mal en refermant un roman. Ce déchirement qui vous tiraille de l'intérieur à l'idée de quitter ce monde et ces personnages, cette histoire tellement prenante que vous y pensez tout le temps, jusqu'au moment où vous pouvez enfin vous y replonger. La nostalgie d'une beauté de l'écrit et des sentiments qui vous a fait aimer et vous sentir en vie durant quelques temps...
Le sacre de la Nuit est somptueux, magique et d'une réelle beauté et je ne pourrais pas vous en dire plus pour vous convaincre. Simplement lisez-le et vous comprendrez... Et un dernier mot en forme de remerciement à l'encontre de Nestiveqnen qui nous offre les romans de Louise Cooper car en dépit des seuls 5 ouvrages parus jusqu'à aujourd'hui en France, il ne faut pas oublier que cette auteure est extrêmement féconde et que plusieurs dizaines d'autres romans nous sont encore refusés à nous, pauvres petits français... Alors merci pour Le Sacre de la Nuit et vivement le prochain !

Note : 10/10

Chaperon Rouge

 

A propos de ce livre:

 

- Site de l'auteur: http://www.louisecooper.com/

- Sie de l'éditeur : http://www.nestiveqnen.com/index.php

Vote:
 
7.80/10 ( 15 Votes )
Clics: 2658
0
Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Lila Black 2 - Ascenseur pour Démonia Lila Black 2 - Ascenseur pour Démonia
Bien qu'elle ait réussi à sauver Zal, l'elfe rock-star, des siens, on ne peut pas dire que la mission précédente de Lila Black ait été une réussite. On...
Homme des morts, L' Homme des morts, L'
Etats-Unis, 2018 : depuis quatre ans une mystérieuse épidémie, nommée Résurrection, et qui a débuté en Californie, sépare le pays en deux zones. En Zone...
Toutes nos peurs Toutes nos peurs
"Toutes nos peurs", qui ne porte pas très bien son nom car il ne fait pas peur du tout, s'ouvre sur une citation de Lovecraft. Citation qui porte, je vous le...

Autres films Au hasard...