Dis moi qui tu hantes
Titre original: Haunted
Genre: Maisons Hantées , Fantômes , Fantastique
Année: 1988
Pays d'origine: Angleterre
Editeur: Pocket
Collection: Terreur
Auteur: James Herbert
 

Autant vous le dire de suite, s'il n'y avait pas eu le nom de James Herbert sur la première de couverture, j'aurais été moins indulgent. Dis-moi qui tu hantes est d'une banalité affligeante, avec une intrigue déjà vue et une fin qui se devine bien trop facilement.
David Ash travaille a l'Institut de Recherche Métaphysique, mais son truc à lui, c'est l'incroyance. Il ne croit pas aux médiums et démasque les charlatans, et quant aux soi-disant apparitions, il a un don certain pour leur trouver des causes naturelles. Mais David Ash pourrait bien avoir un autre don. Car quelles sont ces images qui viennent frapper son cerveau ? une noyade, une petite fille...

Le bureau confie à David Ash (mon dieu quel épouvantable nom !!) l'affaire de la maison Edbrook, soi disant hantée. L'inspecteur de l'étrange débarque donc avec tout son matériel. Mais peu à peu les faits se multiplient et il devient bien difficile de croire à une cause naturelle...


Classique de chez classique. Un personnage cartésien placé dans un univers de terreur et habité par un lourd secret, rongé par le passé. Du déjà vu et seul le style Herbert fait que ce roman a attiré mon attention. Car avec cette histoire bien trop simple, l'auteur arrive à créer une ambiance très sombre avec des passages véritablement effrayants. Vous savez, c'est comme au cinéma, la porte qui claque et qui fait sursauter une partie de la salle, le personnage qui surgit brusquement créant un effet de peur. Ce sont de vieux trucs mais ça marche. Herbert ici les multiplie et ça fonctionne.

Certains passages pour ma part m'ont vraiment terrorisé (peut-être parce que je suis bon public), comme cette sortie nocturne et la course poursuite avec une jeune fille, ou bien quant Ash est perdu en pleine forêt et qu'il découvre un mausolée étrange.

Herbert multiplie les clichés mais ça plume fait mouche, son style cinématographique nous plonge en plein coeur de la terreur et du coup, même si le livre est très moyen, on s'accroche et on va jusqu'au bout.
Plus je lis de Herbert, plus je le découvre et plus j'entrevois ce que le mot construction psychologique veut dire. Herbert fait dans le détail, ne dit jamais les choses clairement mais emploie l'action, les gestes, pour nous montrer ce que sont ses personnages. Si l'histoire est grossière, l'écriture est subtile...
Le roman est court, très court, et tant mieux car dès le début, ou presque, on a compris la fin. Je ne sais pas si c'est parce que l'histoire est mal bâtie ou bien parce que ce genre de récit de maison hantée a déjà tellement été utilisé, mais c'est un peu frustrant et on reste sur sa faim, même si le final s'avère superbement écrit. Encore une fois, c'est mal amené mais c'est bien écrit...
Si vous avez lu Le Secret de Crikley Hall et que vous avez aimé ce roman, o combien mieux fait, inutile de vous attarder sur Dis-moi qui tu hantes. Par contre, si vous n'avez jamais lu de roman parlant du sujet, ça peut être une bonne introduction mais c'est à peu près tout.
Comme le souligne le titre, toute la question dans ces affaires de fantômes, c'est de savoir qui hante qui et pourquoi. James Herbert l'a bien compris mais il n'arrive pas, ici du moins, à élever le "débat" et à aller au fond de son sujet. Dis-moi qui tu hantes ressemble plus à un brouillon écrit pour Crikley Hall qu'à un vrai roman de fantômes.
Heureusement quelques passages et la plume de l'auteur arrivent malgré tout à faire parfois frémir, mais sans plus...

Dis-moi qui tu hantes m'a déçu, même si j'ai du mal à complètement détester le livre...


4/10

Le Cimmerien

Vote:
 
6.80/10 ( 5 Votes )
Clics: 4363
0
Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Rêves de Gloire Rêves de Gloire
Enfin, le nouveau roman de Roland Wagner est en librairie ! Depuis 2006 qu'on l'attendait ! Certes, l'auteur n'est pas resté inactif pendant ces cinq derniè...
Rubedo, La conspiration des lumières Rubedo, La conspiration des lumières
  Depuis quelques années et plus particulièrement le "Da Vinci Code" de Dan Brown, le thriller ésotérique à la côte dans les librairies. Ce style de rom...
Hécate Hécate
Allemagne, 1941. Les dirigeants nazis sont à la recherche de la force suprême, le Vril, qui devrait leur donner la victoire. Afin de trouver cette énergie ...

Autres films Au hasard...