Tous ces pas vers l'enfer
Genre: Recueils de nouvelles
Année: 2008
Pays d'origine: France
Editeur: Editions Glyphe
Collection: Imaginaires
Auteur: Jean Pierre Andrevon
 

Il y a des livres comme ça... Une fois que vous les avez refermés les mots vous manquent... Si je voulais exactement retranscrire ce que j'ai ressenti en lisant Tous ces pas vers l'enfer cela donnerait : ouah !! Ouch !! La claque !! Reconnaissez que ce ne serait pas sérieux et que sincèrement, ça ne suffirait pas à rendre tout ce que ce livre comporte ! Mais ces onomatopées retranscrivent pourtant tout à fait ce que l'on ressent à la lecture de ce recueil de nouvelles (en fait sept nouvelles et un court roman). L'écriture de Jean Pierre Andrevon, ici, ne touche pas, non, elle égratigne, elle écorche, elle fait mal. A l'image de cette femme, dans "Des vacances gratuites", qui perd son sang, qui se vide peu à peu sous un soleil qui écrase les êtres, liquéfie les corps et les transforme.
Jean Pierre Andrevon est un touche à tout de génie, musique, écriture bien sûr et peinture. C'est d'ailleurs lui qui fait la première de couverture du recueil et il ne m'en voudra donc pas, d'autant que c'est son peintre préféré, si je convoque un autre artiste pour "résumer" son ouvrage. Imaginez Van Gogh à Auvers sur Oise, le flanc percé d'une balle qu'il s'est lui-même tirée, tanguant à moitié mort dans les rues et répétant sans cesse cette phrase : "la tristesse durera toujours..." Il s'agit bien sûr d'une image mais c'est ce qui ressort du livre de Jean Pierre Andrevon. "La tristesse durera toujours" ! Quoiqu'on fasse, qui que l'on soit, on sera toujours rattrapé par la misère, la mort, la sienne ou celle de l'autre, par ce train que l'on a pris un jour contraint et forcé et qui s'arrêtera toujours trop vite et sans qu'on le veuille...
Jean Pierre Andrevon est l'auteur de plus de cent livres et je dois avouer que jusqu'à présent je ne m'étais pas vraiment penché sur son oeuvre. Je crois que c'est une erreur ! "Tous ces pas vers l'enfer" est un vrai bijou qui convoque Buzzati, Kafka, Camus et qui distille un fantastique étrange, ancré dans le quotidien, un fantastique qui dérange !


Le début du voyage se fait en train ("Dans le train"), un train que l'on connaît tous, on l'a déjà pris, il est en marche et on sait tous comment finit ce trajet... Des souvenirs qui remontent à la surface et le train qui continue d'avancer sans que l'on puisse l'arrêter ! Et au final, pas grand-chose, la mort. Car chez Jean Pierre Andrevon, l'ombre de la faucheuse est toujours bien présente, elle n'est pas grand-chose, elle n'est pas libératrice, à la rigueur elle n'est même pas fatalité. Dans "Tu n'as pas fini d'en baver", un homme vient de mourir et il voit autour de son cadavre encore chaud qu'un croque mort prépare, sa femme, ses enfants et tous ces hypocrites toujours prêts à pleurer sur un mort. Mais voilà rien n'est fini, il n'y a pas d'enfer ni de paradis et on n'a pas fini d'en baver... La nouvelle est troublante et elle ne cache rien de ce processus qu'est la mort. Dérangeant ! Et la tristesse durera toujours...
C'est une évidence, l'écriture de Jean Pierre Andrevon est une écriture longuement murie, riche et réfléchie et c'est pour cela sans aucun doute qu'il peut se permettre d'être un brin cynique, voire désabusé. Dans "Si nombreux !" un homme voit tous les jours en partant au travail des SDF devant la gare. Alors voilà qu'il veut les aider. Quoi de plus normal n'est ce pas ? Il donne, il donne... Mais peut-on vraiment changer le monde, peut-on vraiment éradiquer la misère ? Car elle est là depuis longtemps, trop longtemps, à tel point même qu'elle est enracinée dans la ville... A trop contempler la misère on devient la misère... La tristesse durera toujours.
L'enfance elle-même n'est pas heureuse, ni même nostalgie. Elle est dans "Le sacrifice", une rébellion violente sur fond de guerre. Un homme tente de fuir un conflit avec une enfant qui n'est pas la sienne, qui l'énerve, le fatigue. Plus pour longtemps... Difficile dans cette nouvelle de ne pas penser à Dino Buzzati et à sa chasse aux vieux.

Il n'y a pas de place pour l'amour chez jean Pierre Andrevon et sa vision du couple est affolante, désespérante. Dans le cours roman "Des Vacances Gratuites", un couple au bord du gouffre se voit offrir des vacances pour un lieu étrange. C'est l'occasion pour l'auteur de dépeindre un monde noir, violent, étrange, un brin surréaliste mais surtout de donner une analyse du couple très noire. Un homme macho, une femme qui ne se trouve pas belle et qui ne se sent pas aimée et bien sûr au bout de la route, l'enfer, car la tristesse durera toujours.


Rares sont les livres qui m'ont autant touché, déprimé, fait mal, dérangé, troublé, captivé et je pourrais continuer comme ça longtemps. Encore aujourd'hui j'ai du mal à parler de ce livre et de tout ce qu'il contient de noirceur. Le style est effarant, direct, incisif, sans détour, pointu... Bref, un chef-d'oeuvre !

Entre-temps, je me suis penché sur ce que faisait Jean Pierre Andrevon et entre autres sur ses chansons. Il y en a une, même si ce n'est pas trop ma tasse de thé, qui correspond bien à l'état d'esprit du livre, elle s'appelle "vieux 68ard". Car c'est peut-être ça la clef du livre, l'idée d'un homme qui a cru dans les femmes, l'amour, l'enfance, les combats, la vie et qui se rend compte qu'au final c'est vraiment peu de chose et que parfois même ça ne compte pas plus que du vent, que seule la tristesse reste et que le monde ne changera pas. Noir et pessimiste mais j'espère que l'auteur se trompe quand même ! En tout cas "Tous ces pas vers l'enfer" est pour moi devenu instantanément un classique du fantastique français !! Une lecture forte et troublante, un grand recueil de nouvelles !


Note : 10/10

Le Cimmerien

 

A propos de ce livre:

 

- Site de l'Auteur: http://jp.andrevon.com/

- Site de l'éditeur: http://www.editions-glyphe.com/

- Lire un extrait de "Tous ces pas vers l'enfer"

Vote:
 
7.20/10 ( 5 Votes )
Clics: 2937
0
Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Extraordinaires et fantastiques enquêtes de Sylvo Sylvain 3 - Confessions d'un elfe fumeur de lotus Extraordinaires et fantastiques enquêtes de Sylvo Sylvain 3 - Confessions d'un elfe fumeur de lotus
Ces "Confessions d'un Elfe fumeur de lotus" sont donc la quatrième aventures de l'elfe Sylvo Sylvain après "Rue farfadet", "Après le déluge" et la nouvell...
Bitterblue Bitterblue
Paru à la suite de "Graceling" et de "Rouge", "Bitterblue" nous ramène dans cet univers des sept royaumes où l'on peut croiser les graceling, personnages a...
Worlds and Wonders Worlds and Wonders
S'il y a bien un artiste illustrateur français qui méritait grandement qu'un énorme artbook lui soit entièrement dédié, c'est bien Aleksi Briclot ! Et q...

Autres films Au hasard...