Autres, Les
Titre original: Others
Genre: Horreur , Fantastique
Année: 2009
Pays d'origine: Angleterre
Editeur: Bragelonne
Collection: L'Ombre
Auteur: James Herbert
 

Lorsque Shelly Ripstone, jolie veuve éplorée, pousse la porte de l'agence de détective de Nicholas Dismus, c'est évident elle ne s'attendait pas à ça. Oui, il faut l'avouer, Nicholas Dismus ce n'est pas Humphrey Bogart… Non, c'est même l'opposé et l'on pourrait même dire que Dismus est un freak, un monstre. Bossu, marchant avec une canne, petit, un œil en moins, le détective souffre de nombreuses difformités.

Mais Dismus est aussi, et avant tout, un être humain, un cœur sensible et c'est sans aucun doute ce qui le pousse à accepter l'affaire. Plutôt tordue l'affaire d'ailleurs et elle va le conduire à de terribles vérités sur lui et sur les autres... Un livre qui commence comme un polar pour finir dans l'horreur la plus abjecte et la violence la plus sale.


Shelly vient de perdre son mari qu'elle aimait et qui lui laisse une grande fortune. Elle serait l'héritière directe? En fait non, rien n'est aussi simple car après la mort de son homme, Shelly est allée voir une voyante et cette dernière lui a appris qu'elle a en fait eu un enfant, qu'on a fait passer pour mort à la naissance. La voyante le sait, la voyante l'entend, lui et les autres. Dismus accepte donc de tenter de retrouver l'enfant, pour le pire et encore le pire.

Tout commence donc comme un polar et s'il n'y avait pas la puissance d'Herbert à créer des personnages  époustouflants, originaux et inoubliables, je vous dirais que c'est trop classique. Mais voilà il y a Nicholas Dismus, un homme étrange, drogué et à moitié alcoolique, et il y a de quoi. Imaginez-vous une vie où les gens passent leur temps à vous regarder, à vous prendre en pitié et parfois même à vous tabasser car vous n'êtes pas comme les autres? Et il y a des années que ça dure pour notre détective. Alors Herbert fait parler ce personnage et tout au long du livre c'est la voix de Dismus qui nous guide dans l'horreur mais aussi dans cette superbe réflexion, vieille comme le monde mais génialement mise en scène par Herbert : qui est l'autre? Se cacher face à autrui, ne pas se dévoiler, ne pas être compris, presque tous les personnages de Herbert sont ici travaillés dans ce sens, accentuant le mystère mais aussi la réflexion remplie d'humanisme et sans pitié de l'auteur britannique. Ainsi le collaborateur direct de Dismus, Henry Solomon, juif, vivant chez sa mère et obligé de cacher son homosexualité. Et voilà donc une sorte de "Freak show" qui part enquêter sur les dires d'une médium et qui vont découvrir des choses, de terribles vérités et entre autre celle-ci : on est parfois laid de l'extérieur, mais parfois l'âme ou le cœur ont bien plus d'importance que l'extérieur... C'est simple mais quand c'est Herbert qui le met en scène c'est fabuleux et l'auteur ne nous épargne aucune horreur, du snuff en passant pas la pornographie hardcore. Car attention la fin du roman est glaciale, dure et prenante...

Bientôt Dismus va découvrir une étrange maison de retraite paumée en rase campagne, il va y découvrir l'amour (superbe passage!) mais il va aussi y faire de bien macabres découvertes et peu à peu il va comprendre que les autres sont là... Je ne vous en dis pas plus.

Si la fin est intéressante pour son ambiance - on avance à la lampe torche dans le noir, un noir grouillant d'étrangeté atroce, de cris déchirant l'inquiétante nuit, des tableaux de Jérôme Bosch qui prennent vie - je trouve qu'Herbert a un gros problème de rythme dans certaines parties du roman et peine à trouver le moment où il faut accélérer, se plaisant peut-être trop à nous montrer l'inmontrable. On suffoque, on est scotché par l'horreur mais cela aurait peut-être pu être amené autrement. Mais attention ne vous y trompez pas, si vous aimez l'horreur ou le polar glauque et le thriller dérangeant à souhait, plongez dans ce roman, même si à mon avis il ne s'agit pas du meilleur Herbert.


"Les autres" vaut beaucoup pour ses personnages, qu'ils soient bons ou méchants, et Herbert prouve encore une fois qu'il est l'un des maîtres à ce petit jeu, qu'il sait créer des personnages attachants, vivants, véritables et que vous n'êtes pas prêt d'oublier. L'histoire est superbement menée même si parfois elle aurait peut-être pu être un peu écourtée mais les amateurs d'horreur pure et dure seront comblés par ce final à la fois macabre et beau! Du grand art ! Et puis Herbert n'écrit pas que pour nous faire plaisir, que pour nous faire trembler, car derrière il y a une vraie réflexion sur l'acceptation de l'autre, la laideur, la religion aussi (pour ça il faut tout lire et je ne peux vous en dire plus) la vie, la mort... Bref une grande œuvre au final à laquelle on pardonne les quelques longueurs. Vous aussi vous brûlez de savoirs qui sont les autres? Alors allez-y vous ne regretterez pas ce voyage en enfer et au bout du compte en rencontrant les autres, peut-être vous rencontrez-vous vous-même... Mais attention les monstres ne sont pas toujours ceux que l'on croit...

Un roman qui fait froid dans le dos, un James Herbert à ranger à côté de la trilogie des Rats soit de l'horreur, du suspens, de l'émotion et une bien belle parabole!


Note : 8/10

 

Le Cimmerien

 

A propos de ce livre :

 

- Site de l'auteur : http://www.james-herbert.co.uk/

- Site de l'éditeur : http://www.bragelonne.fr/ 

Vote:
 
6.33/10 ( 3 Votes )
Clics: 3256
0
Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Lunes de sang 4, Les - Crépuscules Lunes de sang 4, Les - Crépuscules
Si certaines séries se contentent de suivre leur chemin tranquillement, ne cherchant plus à surprendre, d'autres prennent vraiment des routes inattendues pa...
Sang des sept rois 1, Le Sang des sept rois 1, Le
Un premier roman français de fantasy vient donc de paraître chez L'Atalante et il est signé Régis Goddyn qui rejoint ainsi un catalogue de qualité où l'...
Guerre de l'Hydre, La Guerre de l'Hydre, La
Après un space-opéra flamboyant, "Bloody Marie" paru il y a maintenant deux ans, Jacques Martel revient au genre et à l'éditeur de son premier roman Le Sa...

Autres films Au hasard...