Solstice volume 1 - Facettes d'imaginaire
Genre: Fantastique , Humour , Urban Fantasy , Fantasy , Anthologie
Année: 2007
Pays d'origine: France
Editeur: Cinquième Saison (aujourd'hui Mille Saisons)
Auteur: Anthologie dirigée par Aurélia Rojon
 

Je dois vous avouer que c'est avant tout un nom, une unique auteure qui m'a attiré vers cette anthologie et qui m'a fait découvrir les éditions de Mille Saisons: Virginia Schilli. Depuis la fermeture de Nuit d'avril où elle avait publié deux romans vampiriques absolument époustouflants, les textes de cette auteure ne sont pas simples à trouver et même se font rares. C'est dommage... Plus que dommage même surtout quand on lit la nouvelle publiée ici : "Dernier soupir". Un chef-d'œuvre sombre, une poésie noire, un bijou de sensibilité, soutenu par une plume splendide. Sitôt le livre ouvert j'ai donc directement foncé vers cette nouvelle, l'une des plus belles du recueil, et j'y est lu l'histoire des derniers jours de ce vieil homme qui voyant sa vie décliner rapidement se sent plus proche de "son" arbre que de ses amis et même que de sa famille. La mort rôde, terrible et belle en même temps. Une nouvelle pleine de sensibilité mais qui fait aussi froid dans le dos tant on sent que l'humanité n'a peut-être pas tant d'importance que cela. J'ai ainsi lu et relu cette nouvelle, qui m'a ému jusqu'aux larmes et je me suis jeté sur le reste de l'anthologie. Et c'est un fait, cette "antho" est une merveille du début jusqu'à la fin, elle nous offre un panel de tout ce que l'imaginaire peut nous offrir de mieux, on rit, on pleure, on pense et au final on est émerveillé! Un livre sensationnel !

C'est Laetitia Millet, que l'on a pu lire dans différents numéros de Borderline (excellent fanzine!) qui ouvre le bal avec une dance macabre, où la mort s'invite au détour des pages et qui nous raconte une très belle histoire de femmes. Dans "Carmina Rangda" l'auteure nous invite à un voyage à Bali où l'eau coule rouge, couleur sang, dans le caniveau et où la féminité tient une place importante. J'ai adoré!
Mais tout l'intérêt de ce Solstice est de ne jamais se répéter et de varier les tons. Et l'on continue alors avec une franche rigolade, avec un texte qu'aurait pu écrire Pratchett ou bien même Gaiman. Tordant de rire le texte de Léni Cédre, "Comment on devient roi d'Angleterre", est une réécriture de la légende Arthurienne. Et franchement chaque page est un éclat de rire, c'est tordant, poilant et plutôt malin!
Pour que les choses soient claires, et que je n'ai pas à me répéter, autant vous le redire une dernière fois ici, cette anthologie est faite pour tous tant elle est variée, les textes superbement choisis et toujours surprenants et différents. Ainsi, après vous être marrés comme des bossus sur les mésaventures de Merlin et bien vous voilà plongés dans une fable politique et une très belle et très originale réflexion sur la liberté. Le texte "Ennemi de la liberté" de Nicolas Delong est une analyse simple et efficace de ce fameux concept qui n'est pas si connu que cela.  Ce concept de liberté, qu'en est-il vraiment? Génial!
Puis Solstice nous entraîne alors vers une visite des mythes grecs des plus intéressantes, une visite qui nous conduira à l'âge des Titans, avec le texte "Le prisonnier du Caucase" de Gabriel Feraud. Un conte court qui plaira aux amateurs de mythologie !
Attention, après Virginia Schilli voici l'autre nouvelle forte du recueil, la beauté à l'état pure, sombre et très triste. "Enfermé" de Julien Simmon nous entraîne vers une sorte d'apocalypse, de prison infernale (l'enfer?), mais reprenant à son compte l'art de la nouvelle avec brio, bientôt la chute du texte nous amène à un rebondissement complètement inattendu qui personnellement m'a déchiré le cœur. Une nouvelle forte, sombre et dérangeante, l'un des meilleurs textes de l'anthologie!
A la rigueur, les gens de Mille Saisons (Cinquième Saison à l'époque de cette publication) auraient pu s'arrêter là. Mais non, ils vont plus loin, plus loin dans la variété, plus loin dans l'émotion et plus loin dans le rire avec "Doux comme un agneau" de Guillaume Suzanne où un inventeur vient déposer dans un lieu étrange un brevet pour une nouvelle religion. C'est hilarant et en même temps très intelligent. Et si la religion, toutes les religions, n'étaient qu'une histoire d'argent ? Là encore on pense à Gaiman et à Pratchett. Personnellement je me suis vraiment bien marré en lisant ce texte...
Diversité, originalité voilà bien encore les mots qui collent plus on avance dans cette phénoménale anthologie. Car maintenant c'est dans la fantasy barbare et héroïque que l'on plonge avec le texte "Il venait du nord" d'Antoine Desroche. Qu'est-ce qu'être un héros? Qu'est-ce que mourir en héros? Une nouvelle autant inspirée par la mythologie scandinave que par l'histoire, très bien écrite et passionnante qui prolonge en quelque sorte les réflexions d'un David Gemmell! Soit encore une fois de la qualité!
Fantasy encore mais d'un autre genre, avec "Après le triomphe" de Romain Aspe où se mélangent magie, amour et complots politiques. Peut-être plus classique même si je n'avais jamais lu dans le format court de nouvelles de fantasy de ce genre. L'exercice est osé et le tout plutôt très bien écrit. La preuve encore que les gens de Mille Saisons savent choisir leurs textes et leurs auteurs! 
Fantasy encore et bien différente celle-ci avec Irène Delse qui prend à contre-pied en quelque sorte le texte d'Antoine Desroche, comme si les auteurs dialoguaient et se répondaient dans cette anthologie. Quand tout est perdu dans une bataille que faut-il faire? Qui sont les héros lorsque tout semble perdu? Et si la chair à canon refusait le combat? Une fantasy encore une fois originale et bien éloignée des carcans du genre! Un régal!
Mais attention, ça continue fort, très fort avec encore une fois une nouvelle époustouflante, marquante qui n'est pas sans rappeler certains textes de Franck Ferric et ses "Marches nocturnes". Qu'est-ce qui se cache dans cette ampoule? Et comment saisir l'insaisissable? Christian Simon et nous livre avec Oubli une  nouvelle d'une rare sensibilité qui convoque à la fois une certaine urban fantasy et la féérie sombre et belle. Je dois vous avouer que cette nouvelle m'a très fortement émue et marquée, à tel point même qu'aujourd'hui il m'est encore difficile d'en parler. Emouvant jusqu'aux larmes!
Mais bien sûr on ne s'arrête pas là, comme si cette anthologie était sans fin, inépuisable, le lecteur va de surprise en surprise pour son plus grand bonheur. Avec Fabrice Clavel et la nouvelle "Les déterrés", les vivants prennent la place des morts dans d'étranges enterrements! Mais que deviennent vraiment les morts? Et si c'était l'œuvre du diable... Encore une fois le spectre de la faucheuse passe et habite le texte pour une nouvelle, mais vous êtes habitués maintenant, rondement bien menée et très efficace!
Cependant même les meilleurs choses ont une fin et c'est la nouvelle "Daccord le magnifique" qui clôt cet ouvrage d'une façon remarquable. Un homme, une télé. Qui observe qui? Qui est d'un côté, qui est de l'autre? Où est la réalité? Un jeu de miroir absolument fantastique et prenant!

Voilà, devant un tel travail, devant une telle anthologie, il m'était difficile de ne pas parler de toutes les nouvelles et de tous les auteurs. Rien n'est à jeter, tout est bon, voire carrément très bon et cette anthologie est l'une des meilleures qu'il m'ait été donné de lire et dans ma bibliothèque, elle tiendra une place à part rejoignant les livres qui ne me quitteront jamais. A tel point qu'aujourd'hui j'ai déjà lu et relu certaines nouvelles.
Au premier abord cette anthologie me paraissait un brin prétentieuse dans sa volonté d'aborder toutes les facettes de l'imaginaire et plus particulièrement le fantastique. Et bien non, c'est possible et en plus en laissant la part belle à des auteurs qui n'ont pas toujours la chance d'être mis en avant. C'était un pari osé et c'est un pari très largement réussi.
Ainsi avec cette anthologie "Solstice" première du nom je découvre des brillantes plumes et un éditeur audacieux. Il me tarde de découvrir ses autres publications et si c'est aussi bon que ça alors c'est fabuleux!
Oui tout est parfait même la couverture qui est l'une des meilleures illustrations que nous ait offert Mélanie Delon! Vous savez ce qu'il vous reste à faire! Courez chez votre libraire le plus proche et commandez cette anthologie, c'est impossible qu'elle vous déplaise!

Note : 10/10

 

Le Cimmerien

 

A propos de ce livre :

 

- Site de l'éditeur : http://www.millesaisons.fr/
Vote:
 
7.88/10 ( 8 Votes )
Clics: 4230
0
Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Le sang que l'on verse Le sang que l'on verse
Depuis la disparition de David Gemmell, l'Héroic-Fantasy semble un peu aux abonnés absents, alors que les autres genres de la fantasy vont de succès en suc...
Transition Transition
  Un petit groupe d'individus, pilotés par le Concern,  a enfin trouvé le moyen de voyager dans le temps et dans l'espace : non seulement notre réalité n...
Rose-aimée.1 : La belle qui porte malheur Rose-aimée.1 : La belle qui porte malheur
  J'avoue qu'avant d'entamer la lecture de ce roman, je n'étais pas plus emballée que ça par cette histoire d'amour. Et pourtant, même si j'ai eu un peu d...

Autres films Au hasard...