Sorcières et sortilèges
Genre: Sorcières , Urban Fantasy , Magie Noire-Vaudou , Anthologie , Contes et Légendes
Année: 2010
Pays d'origine: France
Editeur: TheBookEdition.com
Auteur: Anthologie du collectif Les Enfants de Walpurgis
Illustrateur: Cécile Guillot
 

Les enfants de Walpurgis, collectif de neuf auteurs crée autour entre autres d'Ambre Dubois, Alexis Lorens ou Céline Guillaume, nous proposent aujourd'hui leur première anthologie, au thème fort original : La sorcière et ses sortilèges. Et pour une première c'est une vraie réussite, un parcours quasi sans faute qui nous invite à revoir le mythe, un mythe pas si exploité que cela en littérature, et surtout au final peu connu, voire pleins de clichés qu'ont su habilement éviter les enfants de Walpurgis. Alors oubliez tout de suite la vielle femme penchée sur ses grimoires et son chaudron, on est loin de l'univers Disney...

Comme nous le rappelle Peggy Van Peteghem (plus connue sur notre site sous le nom de Chaperon rouge!) dans la préface de "Sorcières et Sortilèges", parler de Walpurgis, de sorcellerie, fait remonter immédiatement en nous des peurs, des appréhensions, des choses enfouies au fond de nous depuis notre enfance. En effet, qui n'a jamais été effrayé devant la vilaine sorcière de Blanche neige? Qui n'a pas tremblé devant le projet Blair Witch? Et puisque l'on parle de Blanche Neige et de sa sorcière, c'est l'occasion de rappeler au final ce qu'est la sorcière et ce qu'ont très bien compris les auteurs qui écrivent ici et ce qui fait aussi que pour moi cette anthologie fera date: La sorcière est double ! Elle est à la fois la femme belle et séduisante, mais elle est aussi le monstre, quelque chose de plus bestial. Elle est à double face. De ce fait, la sorcière est en quelque sorte la petite sœur du vampire. En effet, elle peut séduire, elle peut charmer, mais elle peut aussi nous faire agir contre notre volonté et même nous prendre notre énergie. On retrouve dans le mythe de la sorcière, le mythe du vampire, on retrouve dans la peur de la femme dite démoniaque (ce que bien entendu elle n'est que rarement) la peur du chasseur nocturne. C'est cela que cette anthologie met remarquablement en valeur pour moi avec en plus des qualités littéraires indéniables!
Ainsi, si l'on prend les textes ici présentés, on retrouve la sorcière en tant qu'être nocturne justement dans beaucoup de textes. Dans l'excellente nouvelle "La demoiselle d'Oakwood", la sorcière est un être de la nuit, damné et vivant plus ou moins dans un cimetière (je tiens à ce que le lecteur ait le plaisir de la découverte!). On retrouve  dans cette nouvelle une ambiance excellente, digne des plus grands films de la Hammer et si l'on voyage entre des pierres tombales, dans le texte de Marianne Gellon, c'est comme pour mieux critiquer une certaine pensée judéo-chrétienne qui bien sûr condamne la sorcellerie au nom de la croix...
Dans la nouvelle, absolument géniale, de Stéphane Soutoul qui s'inspire ici des plus grands maîtres du fantastique allant de Poe à Barbey D'Aurevilly en passant par Maupassant bien sûr, la sorcière est à nouveau un être lunaire, sensuel et séducteur. C'est encore une ambiance nocturne qui nous est ici décrite, qui nous fait voyager entre deux mondes et qui nous narre aussi une fabuleuse histoire d'amour où la femme mène la danse! C'est une des nouvelles les plus poignantes et les plus admirablement écrites de cette anthologie.
Puis, le texte d'Ambre Dubois prolonge cette ambiance d'une façon des plus remarquables. On connaît cette auteure pour ses récits vampiriques, ainsi que, je tiens à le préciser, son site spécialisé sur le vampire, La Crypte, que je vous invite à visiter. Pour moi rien d'étonnant donc que de la lire dans une anthologie sur la Sorcière! Alors ici l'ambiance est moins nocturne, on est toujours dans un fantastique superbement écrit et la sorcière tient bien le rôle de la méchante, de la séductrice, aujourd'hui on parlerait de femme fatale et de celle qui se lie avec les forces les plus obscures. Je ne peux pas bien sûr trop vous en dire, afin de ne pas divulguer la chute, mais la sorcière est aussi celle qui peut agir comme un vampire psychique plus ou moins, celui qui vous pompe votre énergie. Je ne vous en dis pas plus mais c'est un texte très fort….
Il s'agit donc là de trois textes qui correspondent parfaitement à l'idée que je me fait pour ma part de la sorcière, qui nous montre bien toute l'ambigüité de cette femme et tous les liens qui l'unissent à la nuit et à ses créatures. Etre double, qui sait être séducteur et aussi monstrueux, voir égoïste! C'est avec la nouvelle, remarquable, décidément, de Cécile Guillot (qui signe aussi la couverture, quel talent!) que je me tournerais pour conclure sur ce sujet. "Cœur de cristal", c'est le titre, nous montre une jeune fille qui croit pouvoir délivrer sa mère de la mort. Mais voilà, au bout d'un certain temps les liens familiaux importent peu… Difficile de vous en dire plus une fois encore mais ici l'auteure nous montre bien que la sorcière est celle qui n'a pas d'attache, qui peut vivre éternellement, libre de ses opinions, de sa famille et de tous les liens sociaux en général! Comme le vampire, non?! La nouvelle est courte, la chute implacable et comme la plupart des textes ici présentés, c'est beau et troublant.
Vous l'avez déjà compris, cette anthologie est donc une merveille, où la plupart des textes sont admirables tant dans le style que dans les idées et portent en eux à la fois la marque du fantastique mais nourrissent aussi une réflexion très intéressante et qui mériterait bien plus qu'une simple chronique.
Mais il y a aussi des textes dont je n'ai pas parlé. Entre autres deux, qui sont pour moi de véritables chef-d'œuvres pour des raisons totalement différentes d'ailleurs. Le premier, c'est celui de Bettina Nordet, auteure que j'avais découvert dans une autre anthologie, "Or et sang", sortie aux Editions du Petit caveau.  Ici, rien de nocturne bien au contraire. L'histoire se passe à Beverly Hills, lieu du clinquant et du bling bling, où une femme utilise la sorcellerie et les sortilèges pour monter une affaire : proposer à des femmes riches et fortunées les services de beaux jeunes hommes! Remarquable déjà par le style. Il est difficile de dire le style d'un auteur mais celui qu'utilise Bettina Nordet ici est simple, direct et du coup on accroche immédiatement aux personnages. Cette histoire de sorcellerie nous raconte plus ou moins le phénomène de retour de sort, et nous montre combien il peut être dangereux de jouer à la sorcière... Et du coup l'auteure en profite pour critiquer une certaine société prête à tout pour arriver à ses fins, autrement dit la richesse à tout prix! On est loin de ce qui nous a été présenté précédemment et c'est rudement original et c'est tout un autre versant de la sorcière qui nous est présenté ici. A découvrir absolument!
Second texte qui est pour moi un vrai bijou, un petit chef-d'œuvre de cinquante pages : "Le miroir au fond du puits" de Vanessa Terral. On change complètement par rapport à ce qui a été fait précédemment avec un sujet sacrément original : le vaudou! Et non pas le vaudou pratiqué au fin fond du bayou, mais bien celui d'ici, chez nous en France à Bordeaux et il fallait oser! Et on plonge alors dans une fantasy urbaine où se mélangent mystère, action, policier et magie. C'est simple et efficace, ça se lit comme un roman de Bit-Lit, comme un roman à suspens avec ces révélations qui arrivent petit à petit, jusqu'à une scène finale tout simplement époustouflante! Une fois la nouvelle terminée, on en redemande! Pour moi c'est la vraie révélation de cette anthologie, une grande claque!
"Sorcières et sortilèges" nous propose donc des textes essentiellement tournés vers le fantastique, seul deux textes sont clairement orientés fantasy : "Mille et une senteurs" d'Angélique Ferreira et "la Forteresse de Nihm" d'Alexis Lorens. C'est aussi dans ces textes que la sorcière est à mon sens la moins bien exploitée et avec la vision la plus classique de cet être mythique. Dans "Mille et une senteurs", l'auteur place son histoire à Avalon mais cela aurait pu être n'importe où ailleurs et je dois avouer que je n'ai pas réussi à vraiment rentrer dans cette histoire malgré de fortes qualités littéraires du texte. De même que je n'ai pas vraiment compris la nouvelle d'Alexis Lorens et cela même après plusieurs lectures, ces lectures m'ayant plus dévoilé des incohérences dans l'histoire que véritablement éclairé sur les intentions de l'auteur!
J'aimerai conclure cette chronique avec le texte de Céline Guillaume, texte emprunt d'une superbe poésie et surtout au symbole fort. L'auteure semble ne nous poser qu'une seule question : savez-vous qui vous condamnez? Savez-vous qui vous brûlez quand vous mettez une sorcière au bûcher? Une histoire d'amour troublante et qui conclue à merveille cet ouvrage qui est pour moi indispensable!

Je vous l'accorde, ma chronique est un peu longue. Et pourtant, elle aurait mérité d'être encore plus développée tant le sujet est passionnant et tant cette anthologie est excellente. Je ne peux que saluer ici le travail admirable qui a été fait par tous ces auteurs qui jamais ne tombent dans le facile, se montrent originaux, passionnants, troublants et pour ma part cette anthologie fera date. C'est le genre de livre que je garde près de moi car je sais que j'aurai le besoin et l'envie de l'ouvrir à nouveau et de lire encore et encore certains textes! Bravo aux enfants de Walpurgis et vivement la suite !

Note : 8,5/10

 

Le Cimmérien

 

A propos de ce livre :

 

- Site de l'éditeur : http://www.thebookedition.com/

- Site du collectif : http://www.myspace.com/505583502

Vote:
 
8.15/10 ( 62 Votes )
Clics: 6274
0
Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Steampunk - De Vapeur et d'Acier Steampunk - De Vapeur et d'Acier
Depuis une vingtaine d'année maintenant, on est habitué à côtoyer des illustrations de David Graffet dans les librairies ou les bibliothèques, que ce soi...
Protectorat de l'ombrelle 3, Le : Sans honte Protectorat de l'ombrelle 3, Le : Sans honte
Nous avions laissé Alexia, notre Sans-Ame préférée, en Ecosse, en situation délicate et suspectée d'infidélité par son loup-garou de mari. C'est dans ...
Notre Dame Des Loups Notre Dame Des Loups
"Les gentils vampires, ça n'existe pas" nous disait Morgane Caussarieu sur le quatrième de couv de "Dans les veines" chez Mnémos. Les gentils loups-garous no...

Autres films Au hasard...