Lost Canvas 1, The
Titre tome: La légende d'Hadés. Les chevaliers du zodiaque
Genre: Mythologies , Shonen , Manga
Année: 2008
Pays d'origine: Japon
Editeur: Kurokawa
Collection: Shônen
Scénario:
Shiori Teshigori et Masami Kurumada
Dessin:
Shiori Teshigori et Masami Kurumada
Sortie VO: 2007
 

Une chose est sûre : Les chevaliers du zodiaque ne mourront jamais. Et même quand Masami Kurumada disparaitra, ils lui survivront et d'autres mangaka perdureront son oeuvre.
Pourtant rien n'est aussi simple... Des préquelles, des suites de la légende de St Seiya existent bel et bien mais beaucoup sont décriées et certaines même frisent le néant absolu. Pourtant The Lost Canvas a été l'une des oeuvres les plus attendues et les plus plébiscitées en 2008. Alors qu'en est-il véritablement de ce manga? Arrive-til à faire oublier l'épisode G (une des oeuvres les plus décriées)?  Pour moi, clairement, oui, du moins sur ce premier tome...
La grosse différence d'avec les oeuvres précédentes, c'est qu'il ne s'agit pas d'une oeuvre forcée ou d'une oeuvre de commande. La mangaka Shiori Teshigori est une vraie fan et une vraie amoureuse de nos héros en armure et ça se voit. Le nouveau chevalier Pégase ressemble beaucoup à ce qui s'est fait précédemment et donc le fan ne se sentira pas trahi. Il suffit aussi de regarder le travail fait sur le découpage et sur la mise en scène, on y retrouve le style Kurumada avec une touche personnelle. Un vrai plaisir! Le chara design arrive donc à jouer sur l'ancien tout en proposant un petit renouveau et c'est un vrai plaisir!

Dans Lost Canvas on retrouve aussi toute la mythologie propre à l'univers de Kurumada : dépassement de soi, quête du cosmos, amitié, amour, personnages orphelins etc... Encore une fois le fan n'est pas perdu et retrouve avec plaisir les personnages dans ce manga complètement réussi. Mais alors me direz-vous, quel est l'interêt d'un tel manga si ce n'est de faire plaisir au fan de St Seiya?
Ici, ce qui m'a véritablement fasciné, c'est l'aspect mystique, la mise en scène de la nature et le réveil d'Hadès, le dieu du mal, mis en image comme cela n'avait jamais été fait! Pour bien comprendre, revenons sur l'histoire. Alone est un jeune garçon passionné de peinture, fondamentalement bon, croyant, qui aime à peindre dans la cathédrale de son village. Teshigori le dessine avec un brin d'androgynie, personnage superbe et fascinant. Il est orphelin, tout comme son meilleur ami, Tenma. Ces deux là sont inséparables et pourtant si différents. Tenma est plutôt costaud, prêt à se battre, et sans le savoir il maitrise le cosmos. C'est le futur chevalier Pégase. Mais Teshigori met surtout l'accent dans ce premier tome sur le futur Hadés, Alone. Le jeune homme est pur, la nature semble l'écouter. Alors qu'il part en quête du rouge parfait lui apparait une femme toute de noir vêtue : Pandore. Et dans un baiser, subliment dessiné, une des plus belles planches de ce tome, Alone découvre autre chose, quelque chose qui pourrait bien lui révéler le summum de l'art mais qui pourrait bien aussi corrompre le jeune homme. Oui, car la beauté et la fragilité sont toujours menacées et il est toujours difficile de les préserver.
Teshigori I met l'accent sur la relation qui unit ces deux personnages et, contrairement à Kurumada, ce n'est pas l'action qui est la plus importante dans ce tome, même si l'apparition des chevaliers d'or et des spectres maléfiques est bien présente et superbement dessinée. Ce qui fascine,  c'est cette idée de la corruption, cette idée de la création du mal et comment un être humain un peu perdu et en souffrance peut devenir un être mauvais par manipulation.

Le dessin de Teshigori  est superbe et on retrouve bien sûr les armures et des combats très bien mis en scène mais c'est surtout tous les passages avec Hadés qui sont admirablement réussis et qui m'ont pour ma part complètement fasciné. La mangaka n'hésite pas à utiliser des pleines pages et à mélanger un dessin typiquement Shojo avec un style très Shônen! Le scénario reste classique et ravira autant les fans de la première heure que les néophytes et Teshigori  arrive ainsi à un mélange des genres plutôt habile.

Difficile de dire ce qui arrivera par la suite et donc difficile de se faire un jugement sur cette nouvelle saga, ce qui est sûr, c'est que ce premier tome est un pur bonheur, une oeuvre superbe, une réflexion sur la nature et sur l'homme et certains passages font déjà partie de mes planches préférées en matière de manga. Reste à voir la suite...


Note : 9/10

 

Le Cimmerien

 

A propos de ce manga :

 

- Site de l'éditeur : http://www.kurokawa.fr/

Vote:
 
9.00/10 ( 1 Vote )
Clics: 2557
0
Écrire un commentaire pour cette bd Écrire un commentaire pour cette bd
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Autoroute sauvage 1, L' Autoroute sauvage 1, L'
Le monde tel que nous le connaissons n'existe plus, une grande catastrophe a détruit la majorité de l'espèce humaine et des infrastructures construites dep...
Six-gun Gorilla Six-gun Gorilla
Au XXII ème siècle, les humains ont colonisés d'autres planètes afin de pouvoir produire la nourriture qu'il leur manque, sur une de ces planètes, les co...
Carthago 6 Carthago 6
Lou Melville a bien grandi. Douze ans se sont écoulés depuis qu'elle et sa mère ont découvert avec le milliardaire Feiersinger les ruines d'une cité sous...

Autres films Au hasard...