Du sang dans la poussière
Titre original: The Spikes Gang
Genre: Western
Année: 1974
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Richard Fleischer
Casting:
Lee Marvin, Gary Grimes, Ron Howard, Charles Martin Smith, Arthur Hunnicutt, Noah Beery Jr...
 

Ils s'appellent Will Young, Les Richter et Tod Mayhew, ont à peine dix-huit ans, et travaillent comme garçons de ferme dans le ranch du père de Will. Un jour, tandis qu'ils se rendent dans les bois avoisinants, ils découvrent le corps d'un homme ensanglanté. Cet homme, Harry Spikes, leur demande de l'aider, le cacher et le soigner. Après quelques hésitations, le trio planque le blessé, soigne ses blessures et lui apporte de la nourriture. Les jeunes fermiers apprennent que Spikes est un bandit de grand chemin, spécialisé dans le braquage de banques.

Une fois rétabli, Harry Spikes s'en va comme il était venu. S'il s'agissait pour lui d'une simple rencontre parmi tant d'autres, une péripétie dans sa vie tumultueuse, cet épisode va par contre complètement bouleverser la vie des trois garçons. A la suite d'une altercation avec son père, Will décide de quitter le foyer familial. Il est suivi par ses deux compagnons. Mais très vite, le trio réalise que la vie d'aventurier n'est pas une sinécure. Tenaillés par la faim, Will, Les et Tod envisagent de dévaliser une banque...

 


Richard Fleischer a fait rêver plusieurs générations de cinéphiles durant sa longue carrière, que ce soit à travers ses films d'aventures ("20 000 Lieues sous les mers", "Les Vikings", "Barabbas"), ses thrillers ("L'étrangleur de Boston", "10 Rillington Place") ou ses œuvres d'anticipation ("Le voyage fantastique", "Soleil vert"). Avant d'entamer une seconde partie de carrière plutôt décevante dès le milieu des années 70, il a réalisé ce western, "Du sang dans la poussière", bien moins connu que tous les films précités.

Sans être un chef d'œuvre, ni un incontournable du genre, "Du sang dans la poussière" est intéressant à plus d'un titre. Déjà, dans l'esprit, il se démarque des œuvres de spécialistes comme John Ford ou Sam Peckinpah. En effet, le film de Fleischer ne possède ni l'aspect épique du premier, ni le côté spectaculaire du second. "Du sang dans la poussière" est un film plus intimiste, doublé d'une étude de caractères, un western qui démystifie le personnage du hors-la-loi, porté aux pinacles par la jeune génération représentée par nos trois héros.

 


D'ailleurs, le terme "héros" paraît tout autant galvaudé, puisque de ce trio, seul le personnage de Will paraît le mieux armé pour affronter les épreuves qui ne manqueront pas.

Dans la forme, Richard Fleischer parvient à surprendre le spectateur, non seulement en variant le rythme de l'intrigue, mais en changeant constamment le ton de cette dernière. Ainsi passe-t-on du drame à la comédie, avant de basculer ni plus ni moins dans la tragédie.

En limitant au maximum les prises de vue en "plan large", et le nombre de figurants, le réalisateur témoigne de sa volonté de se concentrer sur ce qui le préoccupe, à savoir peaufiner ses quatre personnages principaux, et faire ressentir au spectateur la façon dont chacun évolue au fur et à mesure de l'intrigue. Plusieurs fois dans le film, les chemins des trois jeunes fermiers et d'Harry Spikes viennent à se croiser. Chaque rencontre marque une étape dans l'évolution des liens qui se tissent entre les représentants d'une génération qui se cherche et celui d'une génération dépositaire du savoir, et qui va progressivement faire profiter ses élèves de son expérience.

 


Mais la fin justifie les moyens, dit le proverbe, et l'enseignement prodigué par Spikes aux apprentis-bandits n'est pas désintéressé. Cette étude du père spirituel recherché par ces garçons désireux de sortir de l'adolescence et de partir à la connaissance du monde est probablement la partie la plus intéressante du film, puisque Fleischer s'applique à montrer toutes les facettes de cet enseignement, qui va conduire nos trois "Candide" à connaître à la fois les plus beaux moments de leur existence aussi bien que les pires. En cela, l'équilibre comédie/drame rythme le récit de la meilleure des façons, jusqu'au dénouement relativement inattendu, et dont les deux protagonistes, Lee Marvin et Garry Grimes, rappellent un peu Lee Van Cleef et Giuliano Gemma dans "Le dernier jour de la colère".

Garry Grimes est probablement celui qui tire le mieux son épingle du jeu, après l'indéboulonnable Lee Marvin. Et pourtant, il est le moins connu du trio représentant la nouvelle génération. Charles Martin Smith et Ron Howard, déjà associés l'année précédente dans "American Graffiti", connaîtront une carrière plus conséquente dans le 7ème Art.

On verra notamment Martin Smith dans "Starman" et "The Hot Spot" (thriller sulfureux de Dennis Hopper). Quant à Ron Howard, il entamera en cette même année 1974 une longue collaboration au célèbre feuilleton "Happy Days" ("Les jours heureux"), incarnant le personnage de Richie Cunningham durant dix années. D'acteur renommé, il passera à la réalisation avec autant de succès, même si l'on peut regretter qu'il se soit si ouvertement tourné vers le "Star System".

 


"Du sang dans la poussière" est adapté d'un roman, "The Bank Robber", de Giles Tippette. Il a été tourné en Espagne, sur le site célèbre d'Almeria ou tant de westerns spaghetti furent réalisés. La musique a été confiée à Fred Karlin, dont la B.O. la plus connue reste celle de "Mondwest". Le regard désabusé et sans concession que porte Richard Fleischer à travers ce film le rapproche d'un Arthur Penn, voire d'un Clint Eastwood. C'est donc un film à (re)découvrir, d'autant plus que Lee Marvin montre une fois encore quel acteur talentueux il était.


Note : 7,5/10

Flint
 
En rapport avec le film :
 
Vote:
 
7.50/10 ( 6 Votes )
Clics: 4950
0

Autres films Au hasard...